Conférence de presse mensuelle du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon

10 janvier 2014
SG/SM/15577

Conférence de presse mensuelle du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon

10/1/2014
Secrétaire général
SG/SM/15577
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE MENSUELLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU, M. BAN KI-MOON

Le Secrétaire général de l’ONU a donné aujourd’hui au Siège des Nations Unies à New York, sa première conférence de presse de l’année.  M. Ban Ki-moon a présenté ses « priorités stratégiques », tout en mettant un accent particulier sur les crises en République centrafricaine, au Soudan du Sud et en Syrie « qui n’ont fait qu’empirer ».    

Le Secrétaire général a dit avoir pris note de la démission, annoncée ce matin même, du Président et du Premier Ministre de la transition en République centrafricaine, MM. Michel Djotodia et Nicolas Tiangaye.  Il a appelé à un rétablissement « plein et rapide » des institutions parce qu’« il y a des limites à ce que la communauté internationale et les Nations Unies peuvent faire sans gouvernement ni institutions opérationnels ».  M. Ban Ki-moon s’est dit pressé de renforcer la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA).

Je salue, a poursuivi le Secrétaire général, les pourparlers d’Addis-Abeba sur la crise au Soudan du Sud.  Il a dit s’être entretenu hier au téléphone avec le Président sud-soudanais, M. Salva Kiir, et lui avoir demandé de faire preuve « de leadership et de flexibilité politique » et de libérer immédiatement les prisonniers politiques.  Compte tenu des graves violations des droits de l’homme, M. Ban Ki-moon a dit son intention de dépêcher sur place et dès ce week-end le Haut-Commissaire adjoint aux droits de l’homme, M. Ivan Šimonović. 

Lundi dernier, a aussi confié le Secrétaire général, j’ai lancé les invitations à la Conférence de Genève II sur la Syrie, qui commencera le 22 janvier.  Le but est, a-t-il expliqué, de parvenir à « un organe de gouvernement transitoire doté des pleins pouvoirs exécutifs et formé sur la base du consentement mutuel », conformément au Communiqué de Genève du 30 juin 2012.  Les participants se réuniront d’abord en conférence, pendant une journée, prendront ensuite une pause d’un jour pour se rendre de Genève à Montreux et entameront enfin des négociations conduites par les Syriens eux-mêmes et facilitées par le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, M. Lakhdar Brahimi.  

Le Secrétaire général n’a pas manqué de parler de l’élimination des armes chimiques en Syrie dont la date limite « très serrée » est fixée au 30 juin 2014.  Les progrès actuels portent à croire que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) réussira à combler les retards. 

Compte tenu de la situation humanitaire dans le pays, M. Ban a exhorté les donateurs à faire preuve de solidarité, y compris à la Conférence d’annonces de contributions pour la Syrie et les pays voisins qu’il présidera le 15 janvier au Koweït.  Parmi ces pays voisins, le Secrétaire général s’est particulièrement inquiété de l’escalade de la violence au Liban où malgré la nomination du Premier Ministre, le Gouvernement n’est pas toujours pas formé.  M. Ban a dit espérer rencontrer ce mois-ci le Premier Ministre libanais, Najib Mikati, ou le Président, Michel Sleiman, « peut-être au Koweït ».

Le Secrétaire général a ajouté que l’année 2014 sera aussi celle au cours de laquelle l’ONU soutiendra la transition en Afghanistan, tout comme les autres pays « où le processus de transition a déraillé, où la fragilité s’aggrave, où les institutions se sont avérées défaillantes et où la gouvernance démocratique s’est affaiblie ». 

M. Ban a dit avoir eu, ces trois derniers jours, des entretiens téléphoniques avec le Premier Ministre de la Thaïlande, Mme Yingluck Shinawatra, et le Chef de l’opposition, M. Abhisit Vejjajiv.  Il s’est dit très inquiet d’une possible détérioration de la situation après l’annonce des manifestants de paralyser Bangkok, le 13 janvier prochain.

Le Secrétaire général a aussi dit attendre des Israéliens et des Palestiniens des progrès décisifs pour résoudre le conflit et surmonter un « dangereux » statu quo. 

En revanche, M. Ban Ki-moon a dit ne rien savoir des informations selon lesquelles le Gouvernement iraquien aurait trouvé entre les mains d’Al-Qaida des voitures qui ne sont vendues qu’en Arabie saoudite, et une somme de 150 millions de dollars qu’un membre du mouvement terroriste aurait avoué avoir reçu des services secrets saoudiens. 

Le Secrétaire général a commencé sa conférence de presse en disant que 2014, qui marque le centième anniversaire de la Première Guerre mondiale, doit être l’année d’une diplomatie intensifiée, des progrès dans la lutte contre la pauvreté et de l’action contre les changements climatiques. 

« 2014 sera cruciale pour les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui approchent de leur date limite. »  Nous devons, a-t-il encouragé, faire des progrès dans l’élaboration du programme de développement pour l’après-2015 et établir une série d’objectifs du développement durable assortis des moyens de les financer. 

Nous devons arriver à Lima en décembre prochain avec un projet de négociations solide, comme les États l’ont promis, en novembre 2013, à la Conférence de Varsovie sur les changements climatiques. 

Le Sommet sur le climat que je présiderai le 23 septembre 2014, a dit le Secrétaire général, a pour but d’avancer vers une action « ambitieuse » et de mobiliser la volonté politique autour d’un accord « tout aussi ambitieux ». 

2014 verra aussi l’ONU renforcer la résilience des pays aux catastrophes et avancer vers un monde exempt d’armes nucléaires, a ajouté le Secrétaire général, avant de souligner sa volonté d’approfondir le nouveau Plan d’action « Les droits avant tout », qui souligne le rôle intégral des droits de l’homme dans la mission de l’Organisation dans le monde.

*  ***  *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.