Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le meurtre de James Foley

22 août 2014
SC/11531-IK/689

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le meurtre de James Foley

22/8/2014
Conseil de sécurité
SC/11531
IK/689
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE FAITE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ

SUR LE MEURTRE DE JAMES FOLEY


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’août, M. Mark Lyall Grant (Royaume-Uni):


Les membres du Conseil de sécurité condamnent fermement le meurtre du journaliste américain James Foley, lâchement assassiné par l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL).  Cet acte odieux et tragique vient nous rappeler que les journalistes présents en Syrie affrontent au quotidien des périls toujours plus grands.  Il est de surcroît une manifestation supplémentaire de la brutalité exercée par l’EIIL, qui a commis des exactions à l’encontre de milliers de Syriens et d’Iraquiens.


Les membres du Conseil adressent leur profonde sympathie et leurs sincères condoléances à la famille de James Foley, au Gouvernement des États-Unis, et aux familles de toutes les victimes de l’État islamique d’Iraq et du Levant. 


Les membres du Conseil insistent sur la nécessité de vaincre l’État islamique d’Iraq et du Levant et d’éradiquer l’intolérance, la violence et la haine qu’il fomente.  Ils soulignent en outre que les gouvernements et les institutions, en particulier ceux de la région la plus touchée, doivent agir de concert pour mettre un terme aux agissements de l’EILL, du Front el-Nosra et de tous les autres individus, groupes, entreprises et entités associés à Al-Qaida, ainsi qu’il est prescrit dans la résolution 2170 du Conseil.


Les membres du Conseil rappellent que, conformément au droit international humanitaire, les journalistes, les autres membres des médias et le personnel associé affectés à des missions professionnelles dangereuses dans des zones de conflit armé doivent normalement être considérés comme des civils et être respectés et protégés comme tels.  Ils demandent de nouveau à toutes les parties à un conflit armé de respecter pleinement les obligations mises à leur charge par le droit international humanitaire, y compris celles relatives à la protection des civils en période de conflit armé.


Les membres du Conseil exigent que tous les otages détenus par l’État islamique d’Iraq et du Levant, le Front el-Nosra et tous les autres individus, groupes, entreprises et entités associés à Al-Qaida soient libérés immédiatement, sans conditions et en toute sécurité.


Les membres du Conseil insistent sur la nécessité de traduire en justice les auteurs d’actes de terrorisme.  Ils soulignent que les responsables du meurtre de James Foley doivent être amenés à répondre de leurs actes et engagent vivement tous les États à respecter les obligations qui leur sont faites par le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité en coopérant activement avec les autorités des États-Unis et toutes les autres autorités compétentes en l’espèce.


Les membres du Conseil réaffirment qu’il est impératif de combattre par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies, les menaces que les actes de terrorisme font peser sur la paix et la sécurité internationales, et rappellent que tous les actes de terrorisme sont des crimes injustifiables, quels qu’en soient les motivations et les auteurs et indépendamment de l’endroit et du moment où ils sont commis.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.