Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la persécution de minorités à Mossoul

21 Juillet 2014
SC/11484

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la persécution de minorités à Mossoul

21/7/2014
Conseil de sécurité
SC/11484
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE FAITE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ

SUR LA PERSÉCUTION DE MINORITÉS À MOSSOUL

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Eugène-Richard Gasana (Rwanda):

Le Conseil de sécurité se déclare profondément préoccupé par les informations concernant des menaces dirigées contre des minorités religieuses et ethniques à Mossoul et dans d’autres parties de l’Iraq tenues par l’État islamique d’Iraq et du Levant, notamment l’ultimatum récemment adressé aux chrétiens, sommés de quitter la ville, ou de payer un tribut ou se convertir à l’Islam s’ils restent, sans quoi ils s’exposeraient à une mort imminente.  Le Conseil est également préoccupé par les informations selon lesquelles des Turkmènes, des yazidis et des shabaks ont été enlevés ou tués, et leurs biens détruits, et selon lesquelles les habitations de chrétiens, de shiites et de shabaks vivant à Mossoul ont été marquées.

Le Conseil déplore que, depuis quelques semaines, des groupes minoritaires cohabitant depuis des centaines d’années à Mossoul et dans la province de Ninive soient la cible d’attaques directes et de persécutions de la part de l’État islamique d’Iraq et du Levant et des groupes armés qui y sont associés.  Des dizaines de milliers de membres de ces minorités ethniques et religieuses ont été déplacés ou forcés de fuir et de trouver refuge ailleurs, et beaucoup ont été kidnappés et exécutés.

Le Conseil condamne dans les termes les plus fermes les persécutions systématiquement dirigées contre les membres de populations minoritaires d’Iraq par l’État islamique d’Iraq et du Levant et les groupes armés qui y sont associés.

Le Conseil rappelle que le terrorisme, sous toutes ses formes et manifestations, constitue l’une des menaces les plus sérieuses contre la paix et la sécurité et que tous les actes de terrorisme, quels qu’ils soient, sont criminels et injustifiables, quels qu’en soient les motivations, l’époque et les auteurs.

Le Conseil rappelle également que l’attaque généralisée ou systématique dirigée contre les membres de toute population civile en raison de leur origine ethnique, de leurs convictions religieuses ou de leur foi peut constituer un crime contre l’humanité, dont les auteurs doivent être tenus responsables.  Tous les groupes armés, y compris l’État islamique d’Iraq et du Levant et les groupes armés qui y sont associés, doivent se conformer au droit international humanitaire et protéger les civils qui vivent dans les zones sur lesquelles ils exercent leur contrôle.

Le Conseil se félicite des efforts que fait le Gouvernement iraquien, avec les autorités locales et régionales et en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, pour répondre aux problèmes humanitaires urgents des personnes déplacées par le conflit, ainsi que pour faire face à la menace terroriste pesant sur les membres des minorités iraquiennes et sur le pays, et demande que ces efforts s’intensifient.

Le Conseil demande également à toutes les entités politiques de surmonter leurs différends et de participer ensemble, d’urgence, à un processus politique ouvert à tous afin de renforcer l’unité, la souveraineté et l’indépendance de l’Iraq.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.