Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité concernant le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest

9 Juillet 2014
SC/11466-AFR/2930

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité concernant le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest

9/7/2014
Conseil de sécurité
SC/11466
AFR/2930
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE FAITE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT

LE BUREAU DES NATIONS UNIES POUR L’AFRIQUE DE L’OUEST


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Eugène-Richard Gasana (Rwanda):


Le 8 juillet 2014, les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit.


Les membres du Conseil ont dit qu’ils appuyaient pleinement les activités du Représentant spécial et du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), en particulier en matière de coordination des stratégies régionales et internationales à l’appui de la paix et du développement en Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel.


Les membres du Conseil ont relevé que des progrès avaient été accomplis dans le règlement des problèmes d’ordre politique et sécuritaire que connaît l’Afrique de l’Ouest.  Ils se sont félicités des avancées enregistrées, au premier rang desquelles la mise en œuvre de la Stratégie relative à la sécurité des frontières de l’Union du fleuve Mano, avec l’appui de l’UNOWA et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le rétablissement de l’ordre constitutionnel en Guinée-Bissau et la bonne exécution du mandat du BINUCSIL.


Les membres du Conseil ont également relevé que l’UNOWA et la CEDEAO coopéraient de plus en plus étroitement dans les domaines de la diplomatie préventive, de la réforme du secteur de la sécurité et de la gestion des conflits.  Ils ont invité les partenaires à intensifier leurs efforts pour favoriser l’instauration d’un climat propice à la stabilité politique et à la croissance économique dans la région.


Les membres du Conseil ont toutefois exprimé leur préoccupation face aux défis que doit relever la sous-région, en particulier la criminalité transnationale organisée, le trafic de drogue, le terrorisme, la piraterie dans le golfe de Guinée et les problèmes de sécurité transfrontières dans le Sahel et le bassin du fleuve Mano.  Ils ont souligné que ces défis menaçaient la paix, la stabilité et le progrès de la sous-région (et au-delà) et appelaient une coopération multilatérale entre États Membres.


Les membres du Conseil se sont également dits extrêmement préoccupés par l’épidémie due au virus Ebola qui sévit actuellement dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, et exhorté la communauté internationale à rapidement prêter assistance pour en empêcher la propagation.


Les membres du Conseil ont encouragé tous les acteurs à faire leur possible pour que les élections qui doivent se tenir en 2015-2016 dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest soient multipartites, libres, crédibles et pacifiques.  Ils ont encouragé l’UNOWA à continuer de travailler en étroit partenariat avec la CEDEAO et à faire appel à ses bons offices dans la région.


Les membres du Conseil se sont également inquiétés de la menace que posaient les activités du groupe terroriste Boko Haram, dans le nord-est du Nigéria et dans les pays voisins (Niger, Tchad et Cameroun).  Ils ont salué l’action menée par le Représentant spécial, en tant que haut représentant du Secrétaire général au Nigéria, pour faciliter l’appui que l’ONU fournit aux efforts déployés pour obtenir la libération, en toute sécurité, des écolières enlevées à Chibok (État de Borno), le 14 avril 2014, et à l’assistance fournie d’une manière générale pour lutter contre la menace que représente Boko Haram.


Les membres du Conseil encouragent les membres de la Commission mixte Cameroun-Nigéria à poursuivre leurs efforts en vue de mener à bien la démarcation de la frontière, en conformité avec la décision de 2002 de la Cour internationale de Justice.


Les membres du Conseil ont pris acte que le Secrétaire général avait recommandé la création d’un groupe analytique spécialisé au sein de la Section des affaires politiques de la CEDEAO chargé d’appuyer les missions de bons offices et de permettre l’adoption de mesures préventives dans les meilleurs délais.  Ils ont dit compter que cette recommandation soit mise en œuvre sans tarder.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.