Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité à la suite des attaques terroristes perpétrées au Nigéria

14 avril 2014
SC/11352-AFR/2861

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité à la suite des attaques terroristes perpétrées au Nigéria

14/4/2014
Conseil de sécurité
SC/11352
AFR/2861
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE FAITE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ À LA SUITE DES ATTAQUES TERRORISTES PERPÉTRÉES AU NIGERIA


On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, Mme Joy Ogwu (Nigéria):


Les membres du Conseil de sécurité condamnent dans les termes les plus forts les multiples attaques terroristes perpétrées par Boko Haram au Nigéria les 13 et 14 avril, qui ont fait de nombreux morts et blessés.


Ils expriment leur profonde sympathie et leurs plus vives condoléances aux familles des victimes et à tous ceux qui ont été blessés au cours de ces attaques, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement de la République fédérale du Nigéria.


Ils réaffirment que les actes de terrorisme sous toutes leurs formes et dans toutes leurs manifestations constituent des crimes injustifiables, quels qu’en soient les motivations, le lieu, l’époque et les auteurs, et ne sauraient être associés à aucune religion, nationalité, civilisation ou groupe ethnique.


Ils réaffirment qu’il importe de combattre par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de toutes leurs obligations découlant du droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire, les menaces contre la paix et la sécurité internationales causées par des actes terroristes.


Ils rappellent aux États qu’ils doivent veiller à ce que les mesures prises pour combattre le terrorisme soient conformes à toutes les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire.


Ils soulignent qu’il faut traduire en justice les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes répréhensibles, ainsi que ceux qui les financent, et demandent instamment à tous les États, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et aux résolutions pertinentes du Conseil, de coopérer activement avec les autorités nigérianes à cet égard.


Ils réaffirment qu’ils sont déterminés à combattre le terrorisme sous toutes ses formes, au titre des responsabilités que leur confère la Charte des Nations Unies.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.