Le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée retire le nom de Ali Ahmed Nur Jim’ale de sa liste de sanctions

12 mars 2014
SC/11313

Le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée retire le nom de Ali Ahmed Nur Jim’ale de sa liste de sanctions

12/03/2014
Conseil de sécurité
SC/11313
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée

retire LE nom de Ali Ahmed Nur Jim’ale DE sa Liste de sanctions


     Le 11 mars 2014, le Comité a approuvé la radiation de la personne ci-après de la Liste des personnes et entités faisant l’objet de sanctions –gel des avoirs, interdiction de voyager et embargo sur les armes– conformément aux paragraphes 1, 3 et 7 de la résolution 1844 (2008) adoptée en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.


12. Ali Ahmed Nur Jim’ale


Alias:

Ahmed Ali Jim’ale

Ahmad Nur Ali Jim’ale

Sheikh Ahmed Jim’ale

Ahmad Ali Jim’ale

Shaykh Ahmed Nur Jim’ale


Date de naissance: 1954

Lieu de naissance: Eilbur (Somalie)

Nationalité: somalienne

Autre nationalité: djiboutienne

Passeport no  : A0181988 (Somalie), expirant le 23 janvier 2011

Zone d’activité: ville de Djibouti


Ali Ahmed Nur Jim’ale (Jim’ale) occupait des fonctions de direction dans l’ancien Conseil somalien des tribunaux islamiques, également connu sous le nom d’Union des tribunaux islamiques somaliens, structure islamiste radicale dont les membres les plus extrêmes ont finalement formé le groupe connu sous le nom des Chabab.  En avril 2010, le Comité du Conseil de sécurité, faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée, a inscrit les Chabab sur la liste des entités visées par des sanctions ciblées au motif qu’ils se livraient à des actes menaçant directement ou indirectement la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie, y compris, mais sans s’y limiter, des actes mettant en péril le Gouvernement fédéral de transition somalien.


D’après le rapport, en date du 18 juillet 2011, du Groupe de contrôle du Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 751 (1992) et 1907 (2009) sur la Somalie et l’Érythrée (S/2011/433), Jim’ale est un grand homme d’affaires et une personnalité du commerce du charbon de bois et du sucre, contrôlé par les Chabab, avec qui il bénéficie de relations privilégiées.


Jim’ale est connu comme l’un des principaux financiers des Chabab, dont il partage l’idéologie. Il fournit des fonds et un soutien politique essentiels à Hassan Dahir Aweys (« Aweys »), qui figure également sur la liste du Comité. Muktar Robow, ancien vice-émir des Chabab, aurait continué de chercher à se placer politiquement au sein de l’organisation des Chabab à la mi-2011.  Il s’est rapproché d’Aweys et de Jim’ale dans le but de promouvoir leurs objectifs communs et d’harmoniser leur position générale pour profiter des dissensions entre les dirigeants des Chabab.


À l’automne 2007, Jim’ale a créé à Djibouti une société, Investors Group, destinée à servir de façade aux activités extrémistes et ayant pour objectif à court terme de déstabiliser le Somaliland en finançant les activités extrémistes et les achats d’armement.  Elle a facilité la contrebande d’armes légères de l’Érythrée, via Djibouti, vers la cinquième région de l’Éthiopie, où des extrémistes réceptionnaient la marchandise.  À la mi-2008, Jim’ale dirigeait toujours Investors Group.


Fin septembre 2010, Jim’ale a créé ZAAD, entreprise de transfert d’argent de mobile à mobile, et s’est entendu avec les Chabab pour rendre les virements plus anonymes en supprimant la nécessité de présenter une pièce d’identité.


Fin 2009, Jim’ale disposait d’un hawala grâce auquel il collectait le zakat, qui était ensuite versé aux Chabab.


En décembre 2011, des donateurs du Moyen-Orient non identifiés transféraient de l’argent à Jim’ale qui, par des intermédiaires financiers, l’envoyait aux Chabab.


En 2009, Jim’ale s’est associé à des personnes de son bord afin de fragiliser le Gouvernement fédéral de transition somalien en ne participant pas aux initiatives de réconciliation du pays.  Fin 2011, il prêtait un concours actif aux Chabab en mettant gratuitement à leur disposition réseaux de communication, véhicules, aide alimentaire et conseils politiques; il organisait par ailleurs des collectes de fonds à leur bénéfice par l’intermédiaire de divers groupes d’affaires.


Pour obtenir la dernière version à jour de la Liste des personnes et entités visées par les sanctions, les États Membres sont encouragés à consulter périodiquement le site Web du Comité à l’adresse suivante: http://www.un.org/french/sc/committees/751/pdf/1844_cons_list.pdf.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.