Sous-titré dans les six langues officielles de l’ONU, le film « La voie vers le génocide nazi » sera distribué par les centres d’information dans 63 pays

24 janvier 2014
Note No. 6403

Sous-titré dans les six langues officielles de l’ONU, le film « La voie vers le génocide nazi » sera distribué par les centres d’information dans 63 pays

24/1/2014
Communiqué de presse
Note No. 6403
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Note aux correspondants

SOUS-TITRÉ DANS LES SIX LANGUES OFFICIELLES DE L’ONU, LE FILM « LA VOIE VERS LE GÉNOCIDE NAZI » SERA DISTRIBUÉ

PAR LES CENTRES D’INFORMATION DANS 63 PAYS

(Adapté de l’anglais)

Le réseau des centres d’information des Nations Unies peut désormais distribuer dans 63 pays le film « La voie vers le génocide nazi ».  Grâce à un partenariat entre le Département de l’information de l’ONU et le Musée du Mémorial de l’Holocauste des États-Unis, le film, destiné aux enseignants, a été sous-titré dans les six langues officielles de l’ONU à savoir l’arabe, l’anglais, le chinois, l’espagnol, le français et le russe.

En offrant un bref résumé de l’Holocauste et de ce qui l’a rendu possible, « La voie vers le génocide nazi » encourage les gens à examiner le rôle du citoyen ordinaire, des institutions et des nations entre 1918 et 1945 et à tirer les leçons des décisions prises alors, a estimé Mme Sarah Ogilvie, Directrice de l’Institut national pour l’éducation à l’Holocauste du Musée du Mémorial.

Le film commencera à être distribué aux enseignants le 27 janvier, date de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.  Cette initiative nous aide à faire d’un film un outil pédagogique dans les pays où cette question n’est pas encore entrée dans les salles de classe, s’est félicité M. Peter Launsky-Tieffenthal, Secrétaire général adjoint des Nations Unies à la communication et à l’information et Coordonnateur pour le multilinguisme. 

Le film n’est pas seulement important parce qu’il donne des informations utiles mais aussi parce qu’il montre que l’Holocauste pouvait être évité si le monde avait fait attention aux antécédents.  Ce sont là des leçons que le monde doit appliquer dans les situations actuelles de génocide, a renchéri Mme Margit Meissner, survivante de l’Holocauste.  

En avril 2010, elle avait raconté son histoire aux écoliers de sept pays d’Amérique latine dans une séance de vidéoconférence organisée par le Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies et les Centres d’information des Nations Unies de Asuncion, Buenos Aires, Santa Fe de Bogota, La Paz, Lima, Mexico City et Panama City.

Le film est aussi utilisé aux États-Unis par les programmes du Musée de l’Holocauste, y compris les programmes de formation pour les agents de l’ordre, les avocats, les juges et les militaires.  Aux États-Unis, des centaines d’enseignants et de centres sur l’Holocauste vont présenter le film pour expliquer les leçons et l’héritage de cette tragédie. 

Le Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies mettra le film dans le projet-pilote de formation qu’il développe sur l’Holocauste et la prévention du génocide pour « l’ONU mise en scène ».

Le film sous-titré est déjà accessible sur le site du Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies, http://www.un.org/en/holocaustremembrance/, et sur celui du Musée de l’Holocauste, ushmm.org, où les enseignants peuvent commander des copies de DVD. 

Le Programme de communication sur l’Holocauste et les Nations Unies a été créé en 2006 par la résolution 60/7 de l’Assemblée générale.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Mme Kristy Buechner, Musée du Mémorial de l’Holocauste, 202-314-1754, kbuechner@ushmm.org, ou Mme Kimberly Mann, Nations Unies, 212-963-6835, mann@un.org.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.