Le Conseil économique et social lance un appel à plus d’efforts pour mettre en oeuvre les programmes liés aux huit domaines prioritaires du plan d’action pour les PMA

25 Juillet 2014
ECOSOC/6649

Le Conseil économique et social lance un appel à plus d’efforts pour mettre en oeuvre les programmes liés aux huit domaines prioritaires du plan d’action pour les PMA

25/7/2014
Conseil économique et social
ECOSOC/6649
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil économique et social

Session de 2014

47e séance - matin

LE CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL LANCE UN APPEL À PLUS D’EFFORTS POUR METTRE EN ŒUVRE

LES PROGRAMMES LIÉS AUX HUIT DOMAINES PRIORITAIRES DU PLAN D’ACTION POUR LES PMA

Avant la Conférence Habitat III, prévue en 2016, l’ECOSOC invite les États

à tenir compte du rôle de l’urbanisation et des établissements humains dans le développement durable

Le Conseil économique et social a, ce matin, adopté deux résolutions portant respectivement sur le Programme d’action en faveur des pays les moins avancés (PMA) pour la décennie 2011-2020, et sur les établissements humains. 

Au titre de la première résolution*, l’ECOSOC demande aux PMA et à leurs partenaires de développement de faire davantage d’efforts pour la mise en œuvre des huit domaines prioritaires du Programme d’action d’Istanbul, à savoir: a) la capacité de production; b) l’agriculture, la sécurité alimentaire et le développement rural; c) le commerce; d) les produits de base; e) le développement humain et social; f) les crises multiples et les nouveaux défis; g) la mobilisation de ressources financières pour le développement et le renforcement des capacités; et h) la bonne gouvernance à tous les niveaux.

Aux termes de ce texte, le Conseil économique et social demande aussi aux PMA, agissant en coopération avec leurs partenaires de développement, d’élargir leurs mécanismes d’examen, notamment ceux qui portent sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, l’application des documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté, les bilans communs de pays et les plans-cadres des Nations Unies pour l’aide au développement, ainsi que sur les mécanismes consultatifs existants susceptibles d’examiner le Programme d’action d’Istanbul.  L’ECOSOC demande aussi aux pays en développement d’apporter leur soutien à la mise en œuvre effective du Programme d’action d’Istanbul dans des domaines de coopération définis d’un commun accord dans le cadre de la coopération Sud-Sud, laquelle complète, sans la remplacer, la coopération Nord-Sud. 

Au nom des États du Groupe des PMA, le représentant du Bangladesh s’est félicité de l’adoption par consensus de ce texte, qui réaffirme qu’il est essentiel que les pays les moins avancés disposent d’une masse critique de capacités de production viables et concurrentielles dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie manufacturière et des services pour pouvoir s’intégrer davantage à l’économie mondiale.

D’autre part, saluant les travaux menés par ONU-Habitat en vue d’atteindre l’objectif de la réalisation d’un développement urbain durable, l’ECOSOC a encouragé les gouvernements à tenir dûment compte, dans leurs plans nationaux de développement, du rôle de l’urbanisation et des établissements humains dans le développement durable afin d’assurer la mise en œuvre concertée des différentes politiques sectorielles dans les villes et les établissements humains en général, et à définir et mettre en œuvre des politiques nationales de développement urbain.  Par le texte** adopté ce matin sur la question, l’ECOSOC invite de nouveau les gouvernements à continuer d’œuvrer en faveur d’une urbanisation durable sans qu’il n’y ait de laissés-pour-compte et de renforcer le rôle joué par les autorités locales, ainsi qu’à tenir compte, en examinant le programme de développement pour l’après-2015, de l’importance des villes et des établissements humains au regard de la promotion de la viabilité écologique à long terme, de l’inclusion sociale et de la productivité économique.

Le représentant du Kenya a jugé très importante l’adoption de ce texte dans le contexte de la tenue, en 2016, de la Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III).

L’ECOSOC a, ce matin, également pris note de quatre rapports du Secrétaire général et d’une note du Secrétariat dont il est saisi pour ses travaux.  Il s’agit respectivement des documents suivants: Rapport du Secrétaire général sur les options concernant la portée et les méthodes d’établissement d’un rapport mondial sur le développement durable (E/2014/87); Rapport du Secrétaire général sur les tendances et progrès en matière de coopération internationale pour le développement (E/2014/77); Rapport du Secrétaire général intitulé « Régler les problèmes actuels et ceux qui se profilent à l’horizon pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement en 2015 et de préserver à l’avenir les acquis du développement » (E/2014/61); Rapport du Secrétaire général sur la gouvernance, l’élaboration de politiques et la planification efficaces pour une urbanisation durable (E/2014/67); et, Note du Secrétariat sur les résultats des cinquante-quatrième, cinquante-cinquième et cinquante-sixième sessions du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (E/2014/3).

En fin de séance, le Président de l’ECOSOC a indiqué que le Conseil tiendra, les 17 et 18 novembre 2014, sa troisième réunion de coordination pour y aborder notamment les questions de la cartographie; du programme d’appui à long terme à apporter à Haïti; de l’appui aux pays africains sortant de conflit; et de la coopération régionale et des droits de l’homme. 

*Projet de résolution E/2014/L.28

 ** Projet de résolution E/2014/L.29

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.