Armes de destruction massive: l’ONU organise un séminaire pour les pays lusophones sur la mise en œuvre de la résolution 1540 à Lomé (Togo), les 5 et 6 juin

4 juin 2014
CD/3503

Armes de destruction massive: l’ONU organise un séminaire pour les pays lusophones sur la mise en œuvre de la résolution 1540 à Lomé (Togo), les 5 et 6 juin

4/6/2014
Communiqué de presse
CD/3503
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE: L’ONU ORGANISE UN SÉMINAIRE POUR LES PAYS LUSOPHONES

SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA RÉSOLUTION 1540 À LOMÉ (TOGO), LES 5 ET 6 JUIN

(Adapté de l’anglais)

NEW YORK, 4 juin (Bureau des affaires de désarmement) -- Le Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies (UNODA), par le biais de son Centre régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique organise un séminaire, les 5 et 6 juin 2014 à Lomé, au Togo, afin d’aider les États lusophones à préparer leurs rapports nationaux sur la mise en œuvre de la résolution 1540 (2004) du Conseil de sécurité relative à la non-prolifération des armes de destruction massive par des acteurs non étatique.

Des représentants de l’Angola, du Cabo Verde, de la Guinée-Bissau, du Mozambique et de Sao Tomé-et-Principe, pour le continent africain, ainsi que du Brésil et du Timor-Leste, participeront à ce séminaire afin de bénéficier de l’expérience des experts du Comité 1540.  L’Angola et le Brésil, qui ont soumis leur premier rapport en octobre 2004, partageront leur expérience avec les États invités.

L’évènement de Lomé est le dernier d’une série de trois séminaires sur la mise en œuvre de la résolution 1540 organisés, en 2014, par le Bureau des affaires du désarmement.  Les deux précédents se sont tenus respectivement en français, au Gabon, et en anglais, en Afrique du Sud au début de l’année.

Le Président du Comité 1540, l’Ambassadeur Oh Joon, de la République de Corée, a souligné qu’il était nécessaire, en 2014, de poursuivre les efforts visant à universaliser l’établissement des rapports sur la mise œuvre de la résolution 1540 (2004).  Actuellement, 21 États —dont 17 africains— n’ont toujours pas soumis leur premier rapport national décrivant les mesures prises pour la mise en œuvre de la résolution 1540 (2004).

Le 28 avril 2004, le Conseil de sécurité avait adopté à l’unanimité la résolution 1540 (2004) en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, dans laquelle il décidait que les États devaient, entre autres, s’abstenir d’apporter un appui, quelle qu’en soit la forme, à des acteurs non étatiques qui tenteraient de mettre au point, de se procurer, de fabriquer, de posséder, de transporter, de transférer ou d’utiliser des armes nucléaires, chimiques ou biologiques ou leurs vecteurs.  La résolution demande à tous les États d’adopter et appliquer une législation appropriée et efficace à cet égard.

En 2011, le Conseil de sécurité avait adopté la résolution 1977, qui appelle les États qui n’ont pas encore soumis leur premier rapport sur les mesures prises ou qu’ils souhaitent prendre pour mettre en œuvre la résolution 1540 (2004) de soumettre un tel rapport au Comité 1540.

Pour davantage d’informations, veuillez contacterle Centre régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC), par tél.: +228 22 53 50 00; email: mail@unrec.org; web: www.unrec.org.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.