La Cinquième Commission est saisie d’un budget de 313 millions de dollars pour le financement de la MINUSCA, en Centrafrique, pour la période allant du 10 avril au 31 décembre 2014

29 mai 2014
AG/AB/4113

La Cinquième Commission est saisie d’un budget de 313 millions de dollars pour le financement de la MINUSCA, en Centrafrique, pour la période allant du 10 avril au 31 décembre 2014

29/5/2014
Assemblée générale
AG/AB/4113
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Cinquième Commission

Deuxième partie de la reprise de session

43e séance – après-midi


LA CINQUIÈME COMMISSION EST SAISIE D’UN BUDGET DE 313 MILLIONS DE DOLLARS POUR LE FINANCEMENT DE LA MINUSCA, EN CENTRAFRIQUE,

POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 10 AVRIL AU 31 DÉCEMBRE 2014


Le budget annuel couvrant le cycle « 1er juillet 2014-30 juin 2015 »

du financement de la MINUSCA sera examiné en automne lors de la 69e session de l’Assemblée générale


La Cinquième Commission (chargée des questions administratives et budgétaires) a examiné, ce matin, le financement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) pour la période allant du 10 avril au 31 décembre 2014 et celui du compte d’appui aux opérations de maintien de la paix pour l’exercice allant du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015. 


Présentant la note* du Secrétaire général sur le financement de la MINUSCA, le Contrôleur des Nations Unies, Mme María Eugenia Casar, a expliqué qu’en raison du temps nécessaire à la préparation du budget annuel couvrant la période allant du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015, ce budget ne pourra être examiné et adopté qu’à l’automne lors de la soixante-neuvième session de l’Assemblée générale.  En attendant, le Secrétaire général demande que lui soit donnée l’autorisation d’engager des dépenses d’un montant total brut de 312 976 400 dollars (montant net 308 704 700 dollars), pendant la période allant du 10 avril au 31 décembre 2014.


Le Président du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB)**, M. Carlos Ruiz Massieu, a indiqué que le CCQAB appuie cette demande, tout en précisant que cette somme comprenait un montant de 59 552 000 dollars (montant net: 58 930 100 dollars) auquel le CCQAB a apporté son appui le 6 mai dernier.  M. Massieu a précisé que ces 59,5 millions de dollars étaient destinés à couvrir les frais de premier établissement de la MINUSCA les plus essentiels, dont l’intégration du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) au sein de la Mission.


Au nom du Groupe des États d’Afrique, le représentant du Togo s’est dit préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire en République centrafricaine, avant de souligner que l’Afrique est déterminée à rétablir une paix et une sécurité durables en République centrafricaine.  Il a pris note de la coordination étroite entre l’ONU et l’Union africaine, pour le déploiement d’une équipe de transition chargée de mettre en place la MINUSCA, ainsi qu’en ce qui concerne le transfert de responsabilités de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) à la MINUSCA d’ici au 15 septembre 2014. 


La note du Secrétaire général examinée aujourd’hui par la Cinquième Commission comprend également des prévisions de dépenses d’un montant brut de 6 114 400 dollars (montant net: 5 722 100 dollars) destinées à couvrir les ressources d’appui correspondantes au moyen du compte d’appui, dont la création de 28 emplois temporaires pour un montant de 4 millions de dollars.  Le montant prévu englobe les traitements, les dépenses communes de personnel et les contributions du personnel pour 26 emplois temporaires pendant 12 mois, et pour 2 emplois temporaires pendant 9 et 10 mois, respectivement.


À cet égard, le Président du CCQAB a estimé que la création de quatre postes -Spécialiste des systèmes d’information géographique (P-3), Spécialiste des achats (P-3), Enquêteur (P-3) et Assistant de recrutement (GS)- n’était pas justifiée car ces capacités existaient déjà.


Aux termes de ce débat, la représentante du Mexique a rendu hommage à sa compatriote, María Eugenia Casar, qui intervenait pour la dernière fois en Cinquième Commission en sa qualité de Contrôleur des Nations Unies.  Après deux ans et deux mois de services à ce poste, Mme María Eugenia Casar est appelée à de nouvelles fonctions au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).


* A/68/874

** A/68/782/Add.18


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.