Élu Président de la 69e session de l’Assemblée, le Ministre ougandais des affaires étrangères propose pour thème « un programme transformateur de développement pour l’après-2015 »

11 juin 2014
AG/11520

Élu Président de la 69e session de l’Assemblée, le Ministre ougandais des affaires étrangères propose pour thème « un programme transformateur de développement pour l’après-2015 »

11/6/2014
Assemblée générale
AG/11520
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-huitième session

93e séance plénière – après-midi

ÉLU PRÉSIDENT DE LA 69E SESSION DE L’ASSEMBLÉE, LE MINISTRE OUGANDAIS DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES PROPOSE POUR THÈME

« UN PROGRAMME TRANSFORMATEUR DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015 »

Le Ministre des affaires étrangères de l’Ouganda, M. Sam Kahamba Kutesa, a, cet après-midi, été élu par acclamation Président de la soixante-neuvième session de l’Assemblée générale, dont le thème, a-t-il proposé, sera: « Réaliser et mettre en œuvre un programme transformateur de développement pour l’après-2015 ».  Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a choisi de souligner la « variété des compétences » qu’exige le poste de Président de l’Assemblée générale, dont la capacité de construire des ponts entre tous les États Membres et de servir de « chercheur de consensus ».

Promettant d’être un Président « accessible, transparent, juste et équilibré », M. Kutesa, qui sera investi le 16 septembre prochain, a affirmé que l’activité de l’Assemblée générale serait notamment orientée vers le futur programme de développement pour l’après-2015.

Le Président élu a ainsi jugé « essentiel » que soit développé un « programme transformateur » avec comme « objectifs primordiaux » l’élimination de la pauvreté et de la faim, la promotion d’une croissance économique soutenue et inclusive. 

Dans cette perspective, M. Kutesa a mis l’accent sur la nécessité d’un « renforcement du partenariat mondial », d’un rôle accru du secteur privé, d’un régime commercial international équitable et d’un accroissement des investissements nationaux et étrangers directs.

« Notre objectif ultime devrait être de formuler un programme de transformation qui prend en charge des solutions globales, guide les efforts nationaux de développement et permet aux gens d’améliorer leurs moyens d’existence et de déterminer leur propre avenir », a dit M. Kutesa.

Le Président élu a insisté sur l’importance, pendant la soixante-neuvième session, d’imprimer « l’impulsion et l’élan appropriés au processus en cours relevant de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) afin de « parvenir à un accord mondial en 2015 ».

« Pour préserver la planète Terre, pour nous et les générations à venir, nous avons l’obligation de lutter contre les changements climatiques, par le biais, entre autres mesures, de l’atténuation et de l’adaptation », a-t-il déclaré, précisant que le financement et le transfert de technologie constitueraient un « élément central pour cette cause ».

Au cours de l’année à venir, qui marquera le soixante-dixième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, M. Kutesa œuvrera également avec les États Membres, a-t-il promis, à faire progresser les travaux de revitalisation de l’Assemblée générale et de réforme du Conseil de sécurité et d’autres organes des Nations Unies.

M. Kutesa a, de même, annoncé qu’il soutiendrait « davantage le rôle de l’Alliance des civilisations », une « initiative importante des Nations Unies », a-t-il rappelé, visant à « améliorer la tolérance, la compréhension et les relations de coopération entre les nations et les peuples à travers les cultures et les religions ».

Enfin, il a indiqué qu’il se concentrerait sur la promotion de la parité et de l’autonomisation des femmes, alors que la soixante-neuvième session sera marquée par le vingtième anniversaire de la « réunion révolutionnaire de Beijing », laquelle a « fourni un cadre et une feuille de route pour l’égalité des sexes et les droits de la femme ».

Le Président de la soixante-huitième session de l’Assemblée générale, M. John Ashe, a souligné que son successeur mènerait une session à un « moment historique » de l’histoire de l’Organisation, alors que les États Membres s’apprêtent à élaborer un programme de développement pour l’après-2015. 

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a, quant à lui, estimé que M. Kutesa apportait à cette fonction sa large expérience d’avocat, de député, de ministre des finances puis des affaires étrangères.

M. Ban a choisi de rappeler à son interlocuteur la « variété des compétences » qu’exige le poste de Président de l’Assemblée générale.  Il « doit être capable de construire des ponts entre tous les États Membres, et pas seulement les plus puissants » et de servir de « guide tranquille », de « messager », de « chercheur de consensus ». 

« Un Président de l’Assemblée générale est guidé en tout temps et avant tout par les valeurs, les principes et les obligations de la Charte des Nations Unies », a-t-il déclaré, précisant que celle-ci fêterait son soixante-dixième anniversaire sous le mandat de M. Kutesa.

« Ces nombreux rôles seront particulièrement importants lors de la prochaine session de l’Assemblée, où de nombreuses voies essentielles du travail convergeront et toucheront des moments de vérité. »  La soixante-neuvième session, a-t-il prédit, sera « une période de grande conséquence pour le bien-être et le destin commun des populations et de la planète ».

Le Secrétaire général s’est dit « impatient de travailler avec le nouveau Président de l’Assemblée et tous les États Membres pour contribuer à mettre fin à l’extrême pauvreté et à conduire le monde sur une voie pacifique, juste et durable ».

Au nom de quatre groupes régionaux, les représentants de la Gambie, de la Bosnie-Herzégovine, du Royaume-Uni et des Émirats arabes unis, ont félicité le Président élu, attirant l’attention sur son expérience, en particulier en tant que parlementaire et diplomate.  En revanche, le groupe d’Amérique latine et des Caraïbes et les États-Unis, pays hôte, ne se sont pas exprimés.

L’Assemblée générale a également désigné les 21 États, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni), qui occuperont les vice-présidences de la soixante-neuvième session.

Il s’agit du Burkina Faso, de la République démocratique du Congo (RDC), de la Libye, du Niger et du Swaziland, pour le Groupe des États d’Afrique; de Chypre, de Kiribati, d’Oman, du Pakistan et du Tadjikistan, pour le Groupe des États d’Asie; de la Géorgie, pour le Groupe des États d’Europe orientale; de l’Argentine, de la Grenade et de Sainte-Lucie, pour le Groupe d’Amérique latine et des Caraïbes; de l’Islande et du Portugal, pour le Groupe des États d’Europe occidentale et autres États.

Les présidents des six grandes commissions de l’Assemblée générale seront élus lundi 16 juin.

Enfin, bénéficiaire du tirage au sort, Cuba occupera le premier siège dans la salle de l’Assemblée générale pour toute la durée de la soixante-neuvième session.  La délégation cubaine sera ainsi assise à droite, face à la tribune présidentielle, et les autres États Membres suivront, par ordre alphabétique des noms de leur pays en anglais.

La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.