L’Assemblée générale encourage l’ONU et l’Union interparlementaire à poursuivre leur collaboration étroite dans plusieurs domaines

19 mai 2014
AG/11509

L’Assemblée générale encourage l’ONU et l’Union interparlementaire à poursuivre leur collaboration étroite dans plusieurs domaines

19/5/2014
Assemblée générale
AG/11509
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale                                         

Soixante-huitième session                                  

86e séance plénière – matin

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ENCOURAGE L’ONU ET L’UNION INTERPARLEMENTAIRE À POURSUIVRE

LEUR COLLABORATION ÉTROITE DANS PLUSIEURS DOMAINES

L’Assemblée générale a, ce matin, encouragé l’Organisation des Nations Unies et l’Union interparlementaire à « continuer de collaborer étroitement dans différents domaines, en particulier ceux de la paix et de la sécurité, du développement économique et social, des changements climatiques, du droit international, des droits de l’homme et de la problématique hommes-femmes, ainsi que de la bonne gouvernance ».

L’Assemblée générale, dans la résolution*, qu’elle a ce matin adoptée par consensus, encourage également l’Union interparlementaire (UIP), forte des 164 parlements nationaux qui la composent, à continuer de mobiliser ceux-ci en vue de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et de la conception du programme d’action de développement pour l’après-2015.

Dans ce texte, présenté par le Maroc, l’Assemblée recommande par ailleurs que soit conclu un nouvel accord de coopération entre l’ONU et l’UIP « qui tienne compte des progrès accomplis et des événements survenus au cours des 16 dernières années, et que les relations institutionnelles soient affermies entre les deux organisations ».

Depuis la fin des années 90, souligne le Secrétaire général, dans son rapportsur l’interaction entre l’ONU, les parlements nationaux et l’UIP**, les deux organisations n’ont cessé de renforcer leurs liens, notamment au travers d’engagements politiques majeurs tels que ceux énoncés dans la Déclaration du Millénaire, des documents finaux des sommets des Nations Unies de 2005 et de 2010, des déclarations finales de chacune des trois conférences mondiales des présidents de parlement, ainsi que de plusieurs résolutions de l’Assemblée générale.

Compte tenu de la multiplication et de la complexité croissantes des questions internationales, ainsi que des limites de ressources imposées à l’UIP, le Secrétaire général forme sept recommandations en vue de « renforcer les complémentarités et les synergies entre les deuxorganisations afin de maximiser l’impact global des politiques et desopérations ».

Pour l’UIP, doyenne des organisations multilatérales, qui fêtera son cent vingt-cinquième anniversaire en juin prochain, la résolution adoptée par l’Assemblée générale et le rapport du Secrétaire général « témoignent de cette relation florissante » et « attestent d’une évolution croissante de nos liens en seulement deux ans, dans pratiquement tous les domaines, mais aussi de la nécessité de faire encore bien davantage ».

Le Président de l’UIP, M. Abdelwahad Radi, qui effectuait, en cette qualité, sa dernière intervention devant l’Assemblée générale, a fait état des deux « initiatives importantes » prises par son organisation « afin de faciliter le travail qui nous attend et de faire progresser notre relation ».

La première, de nature institutionnelle, est la mise en place d’une commission parlementaire permanente des affaires des Nations Unies, laquelle, a expliqué M. Radi, a vocation, en tant qu’organe central de coordination, à « aider l’UIP et ses parlements membres à intégrer l’agenda de l’ONU ».  « Cette structure sans équivalent doit permettre de porter un regard essentiel sur les dossiers mondiaux et d’en débattre dans les parlements nationaux », a-t-il déclaré.

La deuxième initiative est la tenue de la quatrième Conférence des présidents de parlement qui, comme l’indique la résolution, aura lieu au Siège de l’ONU à New York dans le cadre des réunions de haut niveau prévues en 2015.

La Conférence des présidents de parlement, a dit M. Radi, « sera une occasion en or pour créer une volonté politique autour du nouveau programme mondial de développement et plus généralement, pour nos membres respectifs –les gouvernements et les parlements-, de s’associer pour réaliser nos objectifs communs dans un esprit de partenariat et de respect mutuel ».

L’ensemble des délégations qui se sont exprimées lors du débat ont ce matin salué l’action menée par l’UIP pour continuer de s’engager plus systématiquement aux côtés de l’ONU.  Toutes ont plaidé pour un renforcement de la collaboration entre les deux organisations.

La représentante des États-Unis a, par exemple, témoigné de l’action menée par l’UIP pour mobiliser les parlements en faveur de l’accès universel aux traitements et aux soins pour les personnes souffrant du VIH/sida, elle a évoqué le travail accompli par l’UIP pour la réalisation des OMD.

Pour sa collègue de l’Italie, la prochaine Conférence des présidents de parlement constituera une « opportunité unique » pour l’élan politique à donner aux objectifs de développement durable et pour « promouvoir des réformes politiques destinées à mieux répondre aux besoins des citoyens ».

La représentante du Mexique a, de son côté, mis l’accent sur la nécessité de favoriser une participation plus énergique des parlements au niveau international. 

Le représentant du Cameroun a quant à lui indiqué que l’UIP a joué et continue de jouer en Afrique un rôle important pour le dialogue national en faveur du renforcement de la paix, de la cohésion sociale, du développement et de l’état de droit.

Le délégué de l’Uruguay a jugé primordial de conclure un nouvel accord de coopération qui reflèterait les progrès enregistrés jusqu’à présent et donnerait à l’UIP un statut renforcé en reconnaissance des travaux qu’elle a effectués.

La représentante de la Roumanie a rappelé qu’une réunion parlementaire pour la région de l’Europe centrale et orientale s’était tenue, en février 2014, à Bucarest, tandis que son homologue du Viet Nam a fait observer que son pays accueillerait à Hanoï, en mars 2015, la cent trente-deuxième Assemblée de l’Union interparlementaire, sur le thème « Parlements et mise en œuvre des objectifs de développement durable au-delà de 2015 ».

Les représentants de l’Argentine, du Chili, de l’Espagne et du Kazakhstan ont également pris la parole.

*A/68/L.44

**http://www.un.org/Docs/journal/asp/ws.asp?m=A/68/827A/68/827

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.