Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 31 décembre 2013

31 December 2013
Point de presse

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 31 décembre 2013

31/12/2013
Communiqué de presse
Point de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE

GÉNÉRAL DE L’ONU: 31 DÉCEMBRE 2013

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Martin Nesirky, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) se dit gravement préoccupée par l’accumulation de preuves de violations flagrantes du droit international humanitaire qui ont été commises au Soudan du Sud au cours des 15 derniers jours.

La Mission signale que les exécutions extrajudiciaires de civils et de soldats capturés ont eu lieu dans différentes parties du pays, comme en témoigne la découverte d’un grand nombre de cadavres à Juba, ainsi qu’à Malakal et Bor, les capitales respectives de l’État du Haut-Nil et de Jonglei.  Elle a observé des déplacements massifs et des détentions arbitraires de civils.

La Représentante spéciale du Secrétaire général au Soudan du Sud, Mme Hilde Johnson, a condamné dans les termes les plus forts les atrocités qui ont été commises par des éléments des deux parties au conflit contre les populations civiles des différentes communautés.  Elle a appelé à tenir responsables les auteurs de ces actes.

Depuis le début de la crise, la Mission recueille, chaque jour, des informations de manière active et continuera à enquêter sur toutes les allégations de violations graves des droits de l’homme.

La Mission rappelle à toutes les parties leur obligation de protéger les civils et d’agir conformément aux droits de l’homme et du droit international humanitaire.  Elle invite également les principaux dirigeants du Soudan du Sud à envoyer des messages publics forts à leurs communautés respectives, en insistant pour que la violence cesse.

Plus de détails sont fournis dans un communiqué de presse de la Mission.

Soudan du Sud - 2

Toujours à propos du Soudan du Sud, la Mission rapporte que des combats ont éclaté aujourd’hui à Bor, dans l’État ​​de Jonglei, et que des forces antigouvernementales ont attaqué la ville à proximité des bases des Nations Unies.

La Mission continue de protéger environ 9 000 civils à l’intérieur de ces bases et elle assure que la base reste sécurisée.

La Mission signale également qu’elle a observé un certain nombre d’individus opposés au Gouvernement qui se déplacent vers l’est de Pibo et également le sud.

Dans la ville de Malakal, dans l’État du Haut-Nil, la Mission a mené des patrouilles.

La direction de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud continue de collaborer avec le Gouvernement du Soudan du Sud au plus haut niveau ainsi qu’avec des représentants politiques de l’opposition.

Comme vous avez pu le constater, le Conseil de sécurité a fait, hier soir, une déclaration à la presse qui soutient les efforts de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) en vue de parvenir à la paix.  Le Secrétaire général a réitéré son plein appui au processus de médiation de l’IGAD, comme il l’a fait hier lors de sa conversation téléphonique avec le Président Salva Kiir.  Il a de nouveau souligné la nécessité de mettre fin immédiatement aux hostilités.

République centrafricaine

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que la situation de la sécurité en République centrafricaine restait tendue et qu’elle avait déclenché une nouvelle vague de déplacements à Bangui, la capitale du pays.  Depuis le 17 décembre, le nombre de personnes déplacées à Bangui est passé de 214 000 à 370 000.  Au total, 785 000 personnes sont déplacées à travers le pays et 2,2 millions de personnes ont besoin d’aide.

Malgré l’insécurité et les difficultés d’accès, les organisations humanitaires fournissent leur aide à autant de personnes que possible.  Le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué, au cours de ce mois, 555 tonnes de nourriture à plus de 133 000 personnes à Bangui.  Il a également pu venir en aide à plus de 41 500 personnes à Bossangoa et à 21 500 personnes à Bouar.

À l’aéroport international de Bangui où les organisations estiment qu’entre 70 000 et 100 000 personnes ont trouvé refuge, les partenaires humanitaires essaient de leur fournir des secours d’urgence, en particulier des soins médicaux et le dépistage de la malnutrition chez les enfants.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) travaille avec ses partenaires pour établir des activités mobiles de protection de l’enfance.  Une évaluation humanitaire globale est prévue sur place afin de développer une réponse coordonnée.

Pour améliorer la réponse humanitaire, les organisations ont redéfini leurs priorités dans un plan d’intervention de 100 jours.  Ce plan vise quelque 152 millions de dollars pour les seuls trois prochains mois.

République démocratique du Congo

Le Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo, M. Martin Kobler, a condamné dans les termes les plus forts les attaques perpétrées par des hommes armés sur un certain nombre de sites stratégiques dans le pays.

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a appelé les autorités congolaises à faire rapidement la lumière sur ces incidents, dans le respect de l’ordre constitutionnel et de la loi.

Elle rappelle également qu’il doit être mis fin aux attaques contre les populations civiles.

La Mission signale que près de 100 personnes auraient été tuées dans les attaques et travaille à vérifier cette information.  La Mission a également appelé les autorités de la République démocratique du Congo à fournir des informations sur les attaques qu’elle suit à travers le cadre juridique national.  La Mission a renforcé la sécurité de ses bases et continue à axer ses efforts sur la protection des civils en République démocratique du Congo.

Syrie – UNRWA

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a indiqué avoir reçu des informations selon lesquelles au moins cinq réfugiés palestiniens du camp assiégé de Yarmouk, à Damas, sont morts de malnutrition, amenant à 15 le nombre de décès imputables à cette cause.

La situation s’est progressivement détériorée pour les quelque 20 000 Palestiniens qui sont pris au piège à l’intérieur de Yarmouk.  Depuis le mois de septembre, l’UNRWA n’a pas pu se rendre dans la zone pour fournir l’aide dont la population a désespérément besoin.  L’UNRWA exhorte toutes les parties à s’acquitter immédiatement de leurs obligations juridiques et d’autoriser la livraison de l’aide humanitaire d’urgence à Yarmouk, ainsi que dans d’autres camps de réfugiés palestiniens.

Syrie – HCR

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés indique qu’au cours de l’année écoulée, le nombre de réfugiés syriens recensés a atteint plus de 2,3 millions et que ce chiffre augmente au rythme d’environ 127 000 personnes par mois.  Selon les estimations du HCR, environ 4,1 millions de réfugiés syriens, dont 2 millions d’enfants, auront besoin d’aide d’ici à la fin 2014.

À l’heure actuelle, dans la région, environ 400 000 réfugiés vivent dans des camps officiels, mais près de 2 millions d’autres réfugiés vivent en dehors des établissements formels.  Afin de suivre l’évolution de cet exode, plus de 196 000 tentes et 809 000 bâches en plastique ont été distribuées à des réfugiés qui se trouvent dans des camps ainsi que dans des établissements de fortune.

Yémen

Dans une déclaration publiée hier, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Yémen, M. Jamal Benomar, a condamné l’attaque contre un cortège funéraire, le 27 décembre, dans la province d’Al Dhale, qui a coûté la vie à au moins 19 personnes, dont des enfants.

M. Benomar s’est dit gravement préoccupé par le fait que cette attaque soit imputable aux forces armées du Gouvernement.  Il se félicite de ce que les autorités aient lancé une enquête pour faire la lumière sur cette attaque et appelle à traduire en justice ses auteurs.

Myanmar

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme se félicite du pardon qui a été accordé, hier, par le Président du Myanmar, Thein Sein, aux prisonniers politiques.  C’est une mesure importante dans le cadre du processus de réforme qui a été lancé l’an dernier et qui démontre que des progrès importants ont été réalisés pour résoudre la question des prisonniers politiques au Myanmar, conformément à l’engagement du Président, se réjouit-il.

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme a toutefois dit regretter que le pardon présidentiel n’ait pas été octroyé aux trois représentants d’ONG et défenseurs des droits de l’homme dans l’État de Rakhine.

Il a appelé les autorités à libérer ces prisonniers et à s’assurer que le comité chargé de l’examen des peines continuera son travail pour clore tous les dossiers qui demeurent en suspens.

Philippines

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que la population dans les zones affectées par le typhon, qui a frappé récemment les Philippines, avait un besoin énorme d’abris.  Malgré ces besoins, le financement des efforts de coordination pour assurer les abris et installer des camps demeure très limité.

Les partenaires humanitaires travaillent avec le Gouvernement des Philippines, tout en encourageant d’autres acteurs, en particulier le secteur privé, à s’impliquer.

Le Bureau a aussi indiqué qu’il faudrait apporter un soutien plus fort pour reconstruire les moyens de subsistance et les mécanismes de marché, en particulier au moment où l’aide alimentaire va être réduite au cours des semaines et mois à venir.

Le rapport le plus récent d’OCHA sur cette situation est disponible en ligne.

Sierra Leone

Le Secrétaire général a fait, aujourd’hui, une déclaration à l’occasion de la fermeture du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, dans laquelle il tient à féliciter les juges, les hauts fonctionnaires et les membres du personnel, tant sierra-léonais que ceux recrutés sur le plan international, pour les avancées importantes qui ont été réalisées au cours des 11 années de son existence.  Les Nations Unies sont fières de leur partenariat avec le Gouvernement de la Sierra Leone qui a débouché sur la création de ce Tribunal spécial, lequel a permis d’assurer la responsabilisation pour les crimes innommables qui ont été commis pendant les 10 années de guerre civile qu’a connue la Sierra Leone, contribuant ainsi grandement à établir la paix et la stabilité et à jeter les bases pour le développement à long terme du pays.  Le Tribunal spécial résiduel pour la Sierra Leone exercera les fonctions résiduelles du Tribunal spécial à partir du 1er  janvier 2014.

De l’impressionnant legs et de toutes les leçons tirées du travail que le Tribunal spécial laisse derrière lui, et au moment où nous avançons pour établir une véritable ère de la responsabilisation, une leçon se distingue des autres: la justice est un élément indispensable pour assurer la durabilité de la paix dans les sociétés postconflit.  L’engagement de principe du Secrétaire général en faveur de la justice pénale internationale demeure inébranlable et résolu.

Nouvelle année

Enfin, très bonne année à vous et vos familles.  Nous avons des petites tensions dans la salle de conférence de presse, comme vous le savez.  J’apprécie, je crois, presque chacun de ces moments.  Je vous souhaite santé et bonheur, ainsi que la même ingénuité dans vos tentatives de me piéger.  Je sais que le Secrétaire général aimerait vous souhaiter personnellement une bonne année, prochainement, mais en attendant je vous transmets ses meilleures vœux.  Il n’y aura pas de point de presse demain.  Nous serons de retour jeudi.

*  ***  *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.