Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 23 septembre 2013

23 septembre 2013
Point de presse

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 23 septembre 2013

23/9/2013
Communiqué de presse
Point de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 23 SEPTEMBRE 2013


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Martin Nesirky, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)


Ce matin, le Secrétaire général a pris la parole dans le cadre de différentes réunions de l’Assemblée générale pour promouvoir l’accélération de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD ainsi que celle de la définition du nouveau programme de développement pour l’après-2015.  Dans les remarques qu’il a faites ce matin au cours de la réunion tenue par l’Assemblée générale sur les handicapés et le développement, le Secrétaire général a indiqué que les questions relatives aux personnes handicapées font partie intégrante des efforts déployés pour atteindre les OMD, et pour parvenir à la formulation du programme de développement pour l’après-2015.  Il a également rappelé que la Convention relative aux droits des personnes handicapées, qui marque une importante étape, est un instrument puissant de promotion d’un développement inclusif.


Lors de la cérémonie d’ouverture de la manifestation organisée pour promouvoir l’action et les partenariats dans la réalisation des OMD, le Secrétaire général a estimé qu’il était plus facile de réaliser des progrès lorsque des groupes variés travaillent ensemble.


Dans une autre déclaration faite lors d’une différente réunion portant sur la santé maternelle, le Secrétaire général a rappelé que pratiquement toutes les femmes qui meurent pendant leur grossesse ou lors de l’accouchement sont originaires du monde en développement.  Il a ajouté que, si les investissements requis étaient faits, il serait possible de faire une différence dans la vie de chaque femme et de chaque enfant.


Région des Grands Lacs


Le Secrétaire général a assisté à la deuxième réunion du mécanisme de suivi régional de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région des Grands Lacs.


Dans ses remarques, il a noté que la priorité devait porter sur la diffusion des tensions dans la région de manière à pouvoir mettre en œuvre l’Accord-cadre.


Le Secrétaire général a également souligné qu’il fallait aller de l’avant dans la réalisation des engagements pris à Addis-Abeba en février dernier.  Il a salué les efforts conjoints visant à fixer des normes et des indicateurs des progrès accomplis dans l’application de l’Accord-cadre.  Il a également appelé les dirigeants présents à cette réunion à saisir le moment pour adopter et rapidement appliquer les normes régionales proposées.


Pour ce qui est de la crise humanitaire, le Secrétaire général a noté que les ressources disponibles n’étaient pas à la hauteur des besoins, ce qui rend difficile la tâche de sauver des vies et d’alléger les souffrances des populations.  Il a ajouté qu’il ne sera possible de mettre un terme à la violence récurrente qu’en réglant les causes profondes du conflit.


Mali


La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a reçu des plaintes ayant trait à des allégations selon lesquelles des troupes de maintien de la paix se seraient rendues coupables de mauvaise conduite aggravée à Gao entre le 19 et le 20 septembre, en y commettant au moins un acte d’abus sexuel.


Après avoir reçu ces informations le 20 septembre, la Mission a immédiatement réagi pour faire la lumière sur les faits présumés et en préserver les preuves.  Elle a également porté assistance aux victimes présumées.


Le Secrétaire général traite cette affaire avec tout le sérieux requis et, conformément à la procédure établie, est en train de notifier le pays contributeur de troupes concerné.  La responsabilité première, pour ce qui est de mener des enquêtes et de s’assurer que les mesures judiciaires et disciplinaires appropriées soient prises au cas où ces allégations s’avéraient vraies, incombe au pays fournisseur de contingent.  La MINUSMA apportera tout le soutien nécessaire au pays contributeur de troupes pour lui permettre de s’acquitter de ses responsabilités à cet égard.


La Mission de Nations Unies au Mali s’engage à faire respecter les plus hauts standards de bonne conduite par tout son personnel, qu’il soit militaire, de police ou civil.  Le Secrétaire général a une politique de tolérance zéro par rapport à tout acte d’abus ou d’exploitation sexuelle, et il fera tout son possible pour garantir qu’un processus d’enquête rigoureux soit appliqué et, si besoin est, que les responsables de ces actes présumés en assument les conséquences.


Guinée


Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, qui est le facilitateur du dialogue en Guinée, a annoncé pendant le week-end qu’après consultations avec les parties prenantes sur le plan politique, il a été décidé de retarder les élections de quatre jours afin de pouvoir faire les derniers ajustements nécessaires.  Dans une déclaration, M. Saïd Djinnit s’est dit convaincu qu’avec cet accord, rien n’empêchera la tenue d’élections libres, transparentes et inclusives le samedi 28 septembre en Guinée.


Le Représentant spécial a lancé un appel à toutes les personnes concernées pour qu’elles respectent pleinement tous les accords de manière à ce que les élections puissent avoir lieu dans un climat pacifique.


Syrie


Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré que le sort des civils pris au piège dans le conflit en Syrie devient de plus en plus désespéré, et qu’il faudrait immédiatement déployer davantage d’efforts pour permettre l’accès humanitaire aux milliers d’enfants dont la vie peut être sauvée.


L’UNICEF affirme que les enfants continuent à ne pas bénéficier de l’aide urgente nécessaire dont ils ont besoin, y compris les vaccinations, l’eau potable, les abris, l’éducation et le soutien psychologique.


Un exemple concret illustrant comment un accès humanitaire libre pourrait sauver des vies est celui de la campagne de vaccination qui est organisée pour marquer  la Journée de la santé de l’enfant, et qui permettrait de protéger les enfants vivant en Syrie contre des maladies pour lesquelles il existe un vaccin.  Cette campagne s’adresserait en particulier aux 700 000 enfants qui n’ont pas pu bénéficier des campagnes de vaccination récemment menées en Syrie.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.