Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 juillet 2013

30 Juillet 2013
Point de presse

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 juillet 2013

30/7/2013
Communiqué de presse
Point de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 30 JUILLET 2013


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Eduardo del Buey, Porte-parole adjoint du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Conseil de sécurité


Le Conseil de sécurité a conclu, aujourd’hui, son programme de travail pour le mois de juillet en adoptant, ce matin, la prorogation du mandat de trois missions de maintien de la paix des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Chypre et Darfour.


Le Conseil de sécurité a décidé, à l’unanimité, de proroger le mandat de l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) jusqu’au 31 août 2014.  Il demande aussi au Secrétaire général de présenter des options et recommandations au Conseil de sécurité sur les moyens d’améliorer l’efficacité de la MINUAD, d’ici au mois de février 2014.


Le Conseil a également décidé, à l’unanimité, de proroger le mandat de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) jusqu’au 30 juin 2014.  Il a aussi décidé de reconfigurer la Mission qui comprend un effectif de 7 137 militaires.


Par un vote de 13 voix pour, aucune voix contre et deux abstentions -Azerbaïdjan et Pakistan-, le Conseil de sécurité a décidé de proroger le mandat de la Force des Nations Unies à Chypre (UNFICYP) jusqu’au 31 janvier 2014.


Syrie


Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime que 6,8 millions de personnes continuent d’avoir besoin d’une aide à l’intérieur de la Syrie et que 1,8 million de personnes ont fui le pays depuis le début du conflit.  Les institutions des Nations Unies et leurs partenaires humanitaires ont organisé, depuis le début de l’année, 21 convois à travers les lignes de front pour toucher près de 1,8 million de personnes privées de nourriture, d’eau et de soins de santé dans des zones difficiles d’accès.


Le Programme alimentaire mondial (PAM), qui travaille avec 22 ONG locales, a pu fournir, au cours de ce mois, une aide alimentaire à 2,4 millions de personnes.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont fourni des services de santé primaires et des fournitures médicales à travers tout le pays.  Plus de 153 000 enfants ont bénéficié d’une visite médicale par le biais de 51 équipes médicales mobiles appuyées par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans les 14 provinces du pays.


L’organisme des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fourni, cette année, une assistance à plus de 1,4 million de personnes en Syrie, y compris sous forme d’aide en espèces.  En coopération avec le Ministère syrien de la santé, le HCR a acheminé, par voie aérienne à Qamishly, des équipements et des fournitures médicaux essentiels destinés à des personnes se trouvant dans des villes difficiles d’accès dans le nord-est de la Syrie.  


Libye


La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) condamne dans les termes les plus forts les actes de violence qui ont eu lieu dans plusieurs endroits de Libye, y compris à Tripoli et Benghazi.


La Mission exprime ses graves inquiétudes au sujet de la détérioration des conditions de sécurité et du nombre croissant d’actes de violence qui ont visé des militants politiques, des institutions judiciaires, des missions diplomatiques, du personnel de l’armée et de la police, des édifices publics et autres bâtiments.


La Mission appelle les autorités de l’État à intensifier leurs efforts pour lutter contre les défis auxquels fait face la Libye en matière de sécurité.


Un communiqué de presse sur la question est disponible au Bureau du Porte-parole.


République démocratique du Congo (RDC)


Compte tenu des risques élevés auxquels est exposée la population dans la région de Goma-Sake, au Nord-Kivu, la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) aidera l’armée congolaise à mettre en place une zone de sécurité à Goma et ses quartiers nord.


La Mission des Nations Unies indique que depuis la mi-mai, le M23 a multiplié ses attaques contre des positions de l’armée congolaise dans une apparente tentative d’avancer sur Goma et Sake.  Elle ajoute qu’au cours de ces attaques, dont la plus récente a été perpétrée le 14 juillet, le M23 fait usage de ses armes, y compris des armes lourdes, sans discernement et de manière indirecte, causant ainsi des pertes parmi la population civile.  Le M23 a également visé des installations des Nations Unies.


La Mission indique que la zone de sécurité repoussera ces menaces hors de portée de Goma.  Elle indique également que la zone de sécurité pourrait être étendue ou établie ailleurs, si elle le juge nécessaire.


Un communiqué de presse sur la question est disponible au Bureau du porte-parole.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.