Consterné par les violences intercommunautaires en République centrafricaine, le Secrétaire général appelle à assurer d’urgence la sécurité des civils

26 décembre 2013
SG/SM/15561-AFR/2782

Consterné par les violences intercommunautaires en République centrafricaine, le Secrétaire général appelle à assurer d’urgence la sécurité des civils

26/12/2013
Secrétaire général
SG/SM/15561
AFR/2782
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONSTERNÉ PAR LES VIOLENCES INTERCOMMUNAUTAIRES EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE,

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL APPELLE À ASSURER D’URGENCE LA SÉCURITÉ DES CIVILS


La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Le Secrétaire général est consterné par la poursuite des violences intercommunautaires en République centrafricaine, ainsi que par les informations faisant état, aujourd’hui, de dizaines de corps gisant dans les rues de Bangui.


Le Secrétaire général est attristé par la mort, hier, de six soldats de la paix de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA), à qui il rend hommage pour le sacrifice qu’ils ont fait.  Il appelle toutes les parties et les citoyens à coopérer avec l’Union africaine et les forces françaises.  Il rappelle que leur mission est d’assurer la sécurité dont le pays a désespérément besoin et il précise que ces forces ne sont pas partie prenante du conflit qui oppose les Centrafricains.


Le Secrétaire général est également attristé par la mort d’un membre du personnel national de l’ONU, qui avait été tué mardi dernier.  Il présente ses plus sincères condoléances aux familles de toutes les victimes de la violence en République centrafricaine.  Il apprécie les efforts du personnel des Nations Unies qui travaille dans des conditions extrêmement difficiles pour aider le peuple centrafricain, et il est engagé à assurer leur sécurité.


Le Secrétaire général appelle à nouveau les autorités de transition en République centrafricaine à assumer leurs responsabilités en maîtrisant ceux qui fomentent et commettent des actes de violence.  Il rappelle que les responsables de telles atrocités doivent en être tenus responsables. 


Le Secrétaire général se félicite des appels à la paix des chefs religieux chrétiens et musulmans et il espère que les dirigeants, à tous les niveaux, vont renforcer ce message.


Le Secrétaire général réaffirme le plein engagement des Nations Unies à aider la République centrafricaine à sortir de cette terrible crise et à restaurer la paix.  Il souligne l’urgence, en ce moment, d’assurer la sécurité et la protection des civils, de faciliter l’aide humanitaire et de créer les conditions d’un retour négocié et ordonné à l’ordre constitutionnel.


*  ***  *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.