« Les changements climatiques sont « la priorité la plus imminente », déclare Ban Ki-moon lors de sa rencontre avec les dirigeants du Burkina Faso

7 novembre 2013
SG/SM/15451-AFR/2744

« Les changements climatiques sont « la priorité la plus imminente », déclare Ban Ki-moon lors de sa rencontre avec les dirigeants du Burkina Faso

7/11/2013
Secrétaire général
SG/SM/15451 AFR/2744
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

« LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SONT « LA PRIORITÉ LA PLUS IMMINENTE », DÉCLARE

BAN KI-MOON LORS DE SA RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU BURKINA FASO

On trouvera, ci-après, la déclaration que le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a faite lors de sa rencontre avec le Premier Ministre et les membres du Gouvernement du Burkina Faso, à Ouagadougou, le 7 novembre:

Je veux remercier le Gouvernement et le peuple du Burkina Faso pour leur accueil chaleureux.  Je suis très content d’être au Burkina Faso accompagné d’une délégation de très haut niveau.

Je me réjouis d’être ici pour la deuxième fois en tant que Secrétaire général.

Le Burkina Faso est la troisième étape de notre voyage.

Je suis encouragé par l’importance accordée par votre gouvernement à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement d'ici 2015.  Je réitère le soutien des Nations Unies à ces efforts.

Le Burkina Faso joue un rôle actif au Sahel.  Vous faites beaucoup pour que des solutions soient apportées aux nombreux problèmes que connaissent le Sahel et l’Afrique de l’Ouest.

Je voudrais vous remercier de me donner l’opportunité de discuter avec vous des meilleurs moyens d’accompagner les efforts de la région pour faire face aux importants défis sécuritaires, humanitaires, et de développement qui frappent le Sahel.

Ce voyage est un voyage de solidarité avec les peuples du Sahel.  Nous sommes ici pour démontrer encore une fois notre solidarité avec le peuple du Burkina Faso et les peuples du Sahel.  La région a trop souffert et depuis trop longtemps.  Nous sommes ici pour écouter et surtout pour agir.  Notre message est clair : la paix et le développement doivent aller de pair.  C’est l’expérience que nous avons eu. 

L’instabilité se retrouve un peu partout au Sahel.  L’insécurité alimentaire. 

Des phénomènes climatiques extrêmes.  Le crime transnational organisé.  La menace de l’extrémisme.  Les inégalités et les frustrations.  Le manque d’emplois pour les jeunes. 

Le manque d’opportunités pour les femmes.

Nous ne pouvons examiner ces problèmes de manière séparée.  Il faut une approche différente. 

Il n’y pas de paix durable sans développement et pas de développement durable sans paix. 

Nous sommes ici pour écouter vos priorités et vos préoccupations.  Nous devons nous attaquer aux causes profondes des problèmes.  Nous ne pouvons pas seulement éteindre des feux – nous devons prévenir ces incendies. 

Je suis encouragé de voir que la région du Sahel se rassemble pour résoudre ses problèmes.  Les pays mènent les efforts et sont engagés dans un mouvement vers l’avant.  Nous devons les soutenir. 

La Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel vise justement à soutenir les efforts nationaux et régionaux en misant sur des solutions coordonnées.  Aucun pays, aucune organisation ne peut y parvenir seul.  C’est en s’unissant que nous réussirons.  Je suis très encouragé que la Stratégie intégrée ait été approuvée par le Conseil de sécurité. 

Nous avons déjà mobilisé plus de huit milliards de dollars pour renforcer la gouvernance, la sécurité et la résilience.  Je veux remercier sincèrement la Banque mondiale et l’Union européenne pour ces généreuses contributions.   

Nous sommes ici pour exprimer notre solidarité avec les peuples du Sahel et surtout pour agir ensemble. 

Nous comptons sur les conseils et les propositions continus des pays de la région afin d’assurer un soutien ciblé et efficace, en coordination avec nos partenaires. 

Monsieur le Premier Ministre, si vous le permettez, je voudrais continuer quelques minutes, pour quelques mots en anglais sur les priorités des Nations Unies que je voudrais souligner ici devant les ministres [..] et fonctionnaires de haut niveau du Gouvernement du Burkina Faso

I would like to emphasize three priorities which the United Nations and the international community all together must do -- particularly at this crucial time when we are aiming to realize the Millennium Development Goals by 2015. 

Three priorities […].  First, we have to accelerate our efforts to realize the Millennium development Goals by 2015.  I appreciate the Government and people of Burkina Faso who have been working very closely with the UN Country Team and all the agencies very closely together.  Depending upon where you are coming from, the African countries’ record of the Millennium Development Goals vary, [they are] all different.  Some countries are doing well, some are not on track.  We have to mobilize the political leadership role.  Political leadership [from] Presidents, Prime Ministers and ministers.  You have to really exercise your all your possible political will and mobilize resources. 

I know that every country has problems, even Europeans and Americans, the whole developed world is going through difficult times.  But depending on political will, the priority can be different.  So if leaders put more priority – political priority – on MDGs, on providing dignified opportunities, dignified life for your people -- I think we can do it. 

The second priority [is that] we have to define the Sustainable Development Goals -- the future development agenda. 

This is the agreement of Member States which was adopted in Rio de Janeiro last year --  « The future we want ».  What kind of a future do we want? What kind of a future are we going to shape for our succeeding generations, not to mention the people who are living at this time. 

The Member States have identified 26 very important challenges starting with climate change, water scarcity, agricultural problems, energy shortages, gender empowerment, education, urbanization, transportation, nutrition issues.  There are so many issues [inaudible].

The Member States have begun their consultations, negotiations already to define what would be our blue print […] from 2016 when the MDGs are over.  From 2016 to 2030, we have to have a blue print as our leaders will gather at the United Nations in 2015. 

Open working groups have already started their work – they met six or seven times.  I hope that Member States will define and agree on Sustainable Development Goals which will carry over and address in a broader and more comprehensive way – socially, economically and environmentally.  All these are three aspects which will cover [every aspect] of our lives.   That’s the number two priority. 

The number three priority and most imminent priority is climate change.  The Member States agreed in Durban, reaffirmed in Doha last year, that we will have a legally-binding climate change agreement by 2015.   We have two years left.  Are we ready to really do it?

Burkina Faso and most African countries have been very heavily impacted.  [inaudible] Extreme weather patterns have shown that climate change is fast approaching —much much faster than one may expect.  There were some scienti[fic] skeptics but these days all these skeptics have almost disappeared. 

The Fifth report of the IPCC, the Intergovernmental Panel on Climate Change, has made it quite clear that climate change is happening because of you, because of human beings, because of us.  We cannot blame nature, we can only blame [all of us].  Therefore it is [of] paramount importance that we […] agree, we have to have a framework. 

Burkina Faso as one of the African countries which has been most impacted and under the leadership of Madame Zuma – the African Union should speak us.  The African Union should really champion this cause.  If you are not speaking up, then who will speak?

The developed world --  they have capacity, they have means, they have money to handle this – but you do not.  It is only natural that developed world provide the necessary funding, necessary technology so that you can address [this] impact, mitigate and adapt to these changing situations.  This will be our priority.  To make this possible, we need to have energy.  The Sustainable Energy for All initiative is getting a lot of support from the international community.  The Global Education for All Initiative -- you have to educate your people, to enlighten your people, and you have to empower women.  […] If they are not given more opportunities than men, at least they should be given half […].  This is our priority.  I am just emphasizing this because I have so many eminent leaders sitting here […]  

As Secretary-General of the United Nations, I am appealing and I am urging you to speak out and work together with the United Nations.  You have good leadership; President Compaore is a respected leader not only in your country, in the region and in the world.  I have a deep admiration for his role, for his leadership.  And I am sure that under his leadership and also the Prime Minister’s, you can make it different. 

Let’s work together to build a future better for all.  Merci pour votre engagement et votre leadership.  

*  ***  *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.