Le Secrétaire général demande aux États Membres d’user de leur influence dans la région des Grands Lacs pour apaiser les tensions

30 août 2013
SG/SM/15245-AFR/2689

Le Secrétaire général demande aux États Membres d’user de leur influence dans la région des Grands Lacs pour apaiser les tensions

30/8/2013
Secrétaire général
SG/SM/15245 AFR/2689
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DEMANDE AUX ÉTATS MEMBRES D’USER DE LEUR INFLUENCE

DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS POUR APAISER LES TENSIONS

La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par le Porte-parole de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU:

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par le regain de violence à l’est de la République démocratique du Congo (RDC).  Il condamne en particulier les tirs non ciblés émanant du M23 qui ont causé des morts, des blessés et des dégâts matériels parmi la population civile à l’est de la RDC et dans les zones frontalières au Rwanda, de même que parmi les Casques bleus.

Le Secrétaire général encourage toutes les parties prenantes à poursuivre un processus politique global qui s’attaque aux causes profondes du conflit.

Le Secrétaire général appelle tous les acteurs régionaux concernés à exercer la plus grande retenue et à s’abstenir de tous actes ou déclarations susceptibles d’entrainer une détérioration supplémentaire de la situation.  Il demande aux États Membres d’user de leur influence dans la région afin d’aider à l’apaisement des tensions.

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs et le Représentant spécial pour la République démocratique du Congo sont engagés en ce moment dans des actions diplomatiques intenses aux fins d’améliorer la situation actuelle.

Le Secrétaire général tient à souligner que les Nations unies restent déterminées à prendre toutes les mesures nécessaires en accord avec la résolution 2098 (2013) du Conseil de sécurité, et avec les résolutions précédentes du Conseil, afin de protéger les civils à l’est de la République démocratique du Congo.  Il souligne par ailleurs que les personnes qui entravent les processus actuels et celles qui enfreignent le droit international devront répondre de leurs actes.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.