Le décompte macabre continue en 2012: 26 morts parmi le personnel de l’ONU sur le terrain dont 10 au Soudan

15 janvier 2013
ORG/1560

Le décompte macabre continue en 2012: 26 morts parmi le personnel de l’ONU sur le terrain dont 10 au Soudan

15/01/2013
Communiqué de presse
ORG/1560
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE DÉCOMPTE MACABRE CONTINUE EN 2012: 26 MORTS PARMI LE PERSONNEL DE L’ONU

SUR LE TERRAIN DONT 10 AU SOUDAN

(Adapté de l’anglais)

Au moins 26 membres du personnel à savoir, 9 civils et 17 Casques bleus, parmi lesquels 2 policiers, ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions en 2012, selon le Syndicat du personnel de l’ONU.  Un consultant et 4 membres d’équipage d’un hélicoptère travaillant pour l’ONU ont aussi été tués.

L’incident le plus meurtrier a été l’attaque du 8 juin qui a coûté la vie à 7 Casques bleus en Côte d’Ivoire et l’attaque du 2 octobre au cours de laquelle 4 Casques bleus sont morts dans l’Ouest-Darfour.  Au moins 5 personnels civils ont été tués durant le conflit en Syrie, 9 Casques bleus au Darfour et un civil au Kordofan méridional, ce qui porte à 10 le nombre des victimes de l’ONU au Soudan.

Plusieurs autres Casques bleus et personnels civils ont été blessés, et plusieurs membres du personnel ont été enlevés, certains pour une longue période.  Deux Casques bleus jordaniens ont été détenus pendant 136 jours, et un membre du Programme alimentaire mondial (PAM) pendant 86 jours.

En 2011, au moins 35 membres du personnel de l’ONU avaient été tués dans l’exercice de leurs fonctions, soit 25 civils, 9 Casques bleus et un Conseiller militaire.  Quatre gardes de sécurité travaillant pour le compte de l’ONU ont aussi été tués.  En 2010, au moins 7 personnels civils, 10 Casques bleus et de nombreux civils travaillant pour des partenaires opérationnels de l’ONU ont également perdu la vie de manière violente.

La Présidente du syndicat du personnel de l’ONU, Mme Barbara Tavora-Jainchill, a exhorté les gouvernements à faire de leur mieux pour protéger ces hommes et femmes et a demandé au Secrétaire général de garantir des conditions de travail plus sûres à son personnel.

À ce jour, 103 États Membresn’ont toujours pas ratifié la Convention de 1994 sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé et 175 n’ont toujours pas ratifié son Protocole de 2005.

Les chiffres donnés ici ne comprennent pas les personnes tuées par leur propre camp.  Un membre du personnel local a été tué par un Casque bleu à Abyei le 13 novembre et un autre blessé.  Quatre Casques bleus ont été tués et un autre blessé le 20 décembre dans l’Ouest-Darfour par les tirs d’un autre Casque bleu.

Selon le Comité permanent sur la sécurité et l’indépendance de la fonction publique internationale du Syndicat de l’ONU, les incidents ont coûté la vie à:

-- Sunday Afolayan, Casque bleu du Nigéria de l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD), tué le21 janvier 2012, lors d’une embuscade organisée par un groupe non identifié alors qu’il participait à une patrouille près de Saleah, à l’est du Darfur.  Trois autres Casques bleus ont été blessés;

-- Birabi Nkpara, Casque bleu du Nigéria de la MINUAD, tué le 29 février par des assaillants non identifiés lors d’une patrouille près de la ville de Shearia, au Sud-Darfour.  Trois Casques bleus ont aussi été blessés;

-- Muhammad Zahid Iqbal, responsable marketing pour le développement communautaire, et son chauffeur, Habibullah, membres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), abattus dans leur véhicule sur la route de Quetta à Mastung, au Pakistan, le 29 mars, par des inconnus en moto.  Un autre personnel de la FAO a été blessé;

--  Bohonyake Tchalo, officier de police togolais a succombé à ses blessures le 21 avril.  La patrouille de la MINUAD avait été attaquée par des hommes non identifiés le 20 avril près du camp de déplacés de Sisi, à l’Ouest-Darfour.  Trois autres Casques bleus togolais avaient été blessés;

-- 7 Casques bleus nigériens de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), tués le 8 juin au cours d’une attaque par des éléments armés non identifies, lors d’une patrouille près de la ville de Tai, au sud-ouest de la Côte d’Ivoire, près de la frontière du Libéria.  Il s’agit d’Abdou Zoranto Aboubacar, Hassane Amadou Sanda, Sahabi Dan Sanda, Djibo Haboubacar, Mounkaila Housseini, Mahamane Mahamadou et Na-Allah Soumaila;

-- Krishan Kumar, Casque bleu indien de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), victime le 5 juillet des tirs croisés entre les Forces armées congolaises et le groupe rebelle M23 dans la ville de Bunagana, au Nord-Kivu (RDC);

-- Abdul Aziz Mahmoud Hamouiyeh, enseignant de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), tué par balle le 17 juillet à Damas, en Syrie;

-- Jamal Al Fadil Farag Allah, membre soudanais du personnel du Programme alimentaire mondial (PAM), tué le 4 août par des assaillants non identifiés alors qu’il conduisait près d’Hilat Yatu, au Kordofan méridional (Soudan);

-- Azgar Ali, officier de police Bangladais de la MINUAD, tué le 12 août à Nyala, au sud du Darfour, lorsqu’une bande a encerclé et tiré sur le personnel du centre de la police de proximité de la Mission au camp de déplacés internes d’Otash camp.  Un autre policier a été blessé;

-- Yassin Mohamed Hassan, personnel somalien de la FAO, tué le 27 août lors d’une attaque par un groupe armé à Merka, au sud de la Somalie, alors qu’il contrôlait la réparation d’une infrastructure d’irrigation;

-- Jihad Husein Suleiman, enseignant de l’UNRWA, tué par balle le 9 septembrealors qu’il était en route pour prendre le bus de Yarmouk, près de Damas, pour se rendre sur son lieu de travail;

-- Hussam Humeidan, enseignant de l’UNRWA à l’école de Qalqilya à Husseinieh, Damas, a perdu la vie le 28 septembre, victime d’un échange de tirs à un point de contrôle près de son domicile à Seyyida Zeinab, Damas rurale;

-- 4 Casques bleus nigérians de la MINUAD -Jibrin Sanusi, John Inalegwu, Shawai Abdullahi et Samaila Sarki– tués le 2 octobre, lorsque leur patrouille a été gravement mitraillée depuis plusieurs endroits par desassaillants non identifiés, à deux kilomètres du siège régional de la MINUAD à El Geneina, dans l’Ouest-Darfur.  Huit autres Casques bleus ont été blessés;

-- Vincent van der Walt, 23 ans, Casque bleu sud-africain de la MINUAD, tué le 17 octobre, lorsque son convoi a été pris pour cible par des assaillants non identifiés alors qu’il se rendait de la ville de Kutum à celle de Hashaba North, dans l’Ouest-Darfour.  Deux autres Casques bleus ont été blessés;

-- RehabAwadallah, enseignante de l’UNRWA, et sa nièce tuées le 4 novembre par l’explosion d’un obus dans le camp de réfugiés de Yarmouk, près de Damas;

-- Marwan Abu El Qumsan, enseignant de l’UNRWA, tué le 13 novembre, lors d’une attaque aérienne israélienne dans le nord de Gaza, alors qu’il était en voiture près du lieu de l’attaque.  Son frère a été gravement blessé;

Par ailleurs, Nermeen Gomaa Khalil, consultante égyptienne d’ONU-Femmes, a été abattue d’une balle dans la tête le 12 février par des tireurs non identifiés circulant dans une voiture dans un quartier chic du Caire.

Le 21 décembre, quatre membres d’équipage russes d’un hélicoptère au service des Nations Unies -Sergei Ilin, Alfir Abrakov, Sergei Egorov et Nikolai Shpanov– sont morts lorsque leur appareil a été abattu dans l’est du Soudan du Sud par les Forces armées nationales. 

Personnel blessé

Plusieurs autres membres du personnel ont été blessés.  Parmi les incidents rapportés, un membre du personnel a été blessé par balle le 1er février près de Juba, au Soudan.  Deux agents de police de la MINUAD ont également été blessés par balle le 24 février dans l’est du Darfour.  Six Casques bleus indiens de la MONUSCO, ainsi que leur interprète, ont été blessés dans une embuscade, le 16 octobre près de Buganza, en République démocratique du Congo. 

Dans ce même pays, deux autres Casques bleus de la MONUSCO ont été blessés le 12 novembre au cours d’un échange de tirs, dans un incident entre l’armée congolaise et des éléments Maï-Maï, à l’ouest de la ville de Pinga.  Enfin, quatre membres de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) ont été blessés lors d’une attaque de leur convoi le 29 novembre, près de l’aéroport international de Damas.

Le 7 juillet, des tireurs non identifiés ont attaqué un groupe de personnes travaillant pour le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) qui étaient sur le terrain pour vacciner des enfants contre la poliomyélite dans la ville de Karam Qol, dans le nord de l’Afghanistan.  Le chef de la mission de l’UNICEF à Faryab a été blessé. 

Le 17 juillet, un médecin ghanéen travaillant comme consultant pour la campagne d’éradication de la polio de l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ainsi que son chauffeur, ont été blessés à Karachi, au Pakistan, après une attaque de leur véhicule par des motocyclistes.  Au moins 6 personnes participant à cette campagne ont été tuées au Pakistan le 17 décembre et 2 autres ont été tués le 19 décembre.

Enlèvements

Voici quelques cas d’enlèvements de membres du personnel de l’ONU qui ont eu lieu au cours de 2012:

-- Deux Casques bleus jordaniens ont été enlevés le 21 août à Kabkabiya, au Nord-Darfour, avant d’être libérés 136 jours plus tard;

-- Un expert logistique britannique travaillant avec le PAM a été kidnappé par des hommes armés non identifiés, le 6 mars à Nyala, dans le Sud-Darfour,avec son chauffeur soudanais.  Les ravisseurs ont ensuite libéré le chauffeur, puis l’expert après 86 jours de captivité;

-- Un Norvégien âgé de 34 ans, travaillant pour le Programme de développement des Nations Unies (PNUD), a été enlevé le 12 janvier par des hommes armés, dans la capitale du Yémen, Sana’a, puis relaché le 27 janvier à Marib, à 173 kilomètres à l’est de Sana’a;

-- Quatre membres du personnel du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) -un Allemand, un Colombien, une Iraquienne et une Palestinienne– ainsi que deux chauffeurs, ont été enlevés le 21 janvier par des hommes armés, à environ 50 kilomètres au Nord-Ouest de Sana’a, puis libérés le 1er  février;

-- Le 19 février, plus de 100 rebelles du Mouvement pour la Justice et l’Égalité ont détenu pendant quelques heures 49 Casques bleus d’une patrouille de la MINUAD dans le village de Shegeg Tova, au Nord-Ouest du Darfour, et ont gardé en captivité trois membres du personnel civil jusqu’au 21 février.

Violations de l’indépendance

Tout au long de l’année, l’indépendance du personnel des Nations Unies a été violée.  Le 6 février, le Représentant exécutif du Secrétaire général en Sierra Leone, M. Michael von der Schulenburg, a dû quitter le pays à la requête du Gouvernement.  Le 25 octobre, le Soudan du Sud a expulsé un cadre des Nations Unies chargé des droits de l’homme.  En outre, il y a eu en 2012 plusieurs cas de restrictions à la liberté de mouvement des membres du personnel de l’ONU, notamment ceux chargés de mener des enquêtes et des patrouilles.

En février, le Soudan a détenu deux Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) qui avaient traversé par erreur la frontière.  Le 28 avril, le Soudan a aussi arrêté quatre démineurs, soit un membre des Nations Unies et trois sous-traitants, et les a détenus jusqu’au 20 mai. 

En Éthiopie, un assistant à la sécurité recruté localement, Yusuf Mohammed, et un membre du Département de la sûreté et de la sécurité, Abdurahman Sheikh Hassan, ont été détenus pendant plusieurs mois sans qu’aucune charge ne pèse contre eux.  Le dernier a été condamné le 22 juin à sept années de prison pour avoir communiqué avec un groupe que les autorités considèrent comme groupe terroriste. 

Quatre citoyens du Myanmar travaillant pour le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et deux autres travaillant pour le PAM ont été détenus au mois de juin.  Deux ont été condamnés en août et les autres ont été libérés.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.