Le Conseil économique et social procède à des élections pour nommer des responsables dans neuf de ses organes subsidiaires

7 November 2013
ECOSOC/6586

Le Conseil économique et social procède à des élections pour nommer des responsables dans neuf de ses organes subsidiaires

7/11/2013
Conseil économique et social
ECOSOC/6586
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil économique et social

Session de fond de 2013                                    

51e séance – matin

LE CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL PROCÈDE À DES ÉLECTIONS POUR NOMMER DES RESPONSABLES

DANS NEUF DE SES ORGANES SUBSIDIAIRES

L’ECOSOC décide d’autoriser la tenue d’une réunion

d’un groupe d’experts internationaux sur le thème « Droits sexuels et procréatifs »

Le Conseil économique et social (ECOSOC) s’est réuni ce matin afin de pourvoir certains postes vacants dans neuf de ses organes subsidiaires et d’examiner, en vue de les adopter, des projets de décision* dont il a été saisi par l’Instance permanente sur les questions autochtones, projets de textes contenus dans le rapport de la douzième session de l’Instance.

L’ECOSOC a décidé**, au cours de la réunion de ce matin, que la vingt-huitième session du Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques se tiendra du 28 avril au 2 mai 2014, au Siège de l’Organisation des Nations Unies, à New York.

Concernant les postes à pourvoir, le Conseil a élu, par 33 voix sur les 49 votes exprimés, comme membre de l’Organe international de contrôle des stupéfiants, M. Alejandro Mohar Betancourt, du Mexique, pour un mandat qui s’achèvera le 1er mars 2017, en remplacement de M. Jorge Montaño, du même pays. 

L’ECOSOC a ensuite approuvé la nomination des 24 experts*** nommés par le Secrétaire général en qualité de membres du Comité d’experts de l’administration publique, pour un mandat de quatre ans qui commencera le 1er janvier 2014. 

Pour ce qui concerne le Conseil d’administration de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes), l’ECOSOC y a élu 24 membres pour un mandat de trois ans prenant effet le 1er janvier 2014.

Dix-huit membres de ce Conseil d’administration ont ainsi été élus parmi les cinq groupes régionaux pour un mandat de trois ans qui commencera le 1er janvier 2014 et expirera le 31 décembre 2016.  Les pays suivants ont été élus: Guinée équatoriale, Sénégal, Somalie, Afrique du Sud, Togo (Groupe des États d’Afrique); Bangladesh, la République populaire de Chine, Inde, Japon, République de Corée (Groupe des États d’Asie); Bosnie-Herzégovine, Pologne (Groupe des États d’Europe orientale); Colombie, Cuba, Suriname (Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes); et Australie, Liechtenstein, Espagne (Groupe de l’Europe occidentale et autres États).  À ces pays se sont ajoutés les six pays contributeurs suivants: Arabie saoudite, États-Unis, Mexique, Norvège, Royaume-Uni et Suède.

Concernant toujours le Conseil d’administration de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes), l’ECOSOC a ensuite élu deux nouveaux membres, l’Islande et la Nouvelle Zélande, en remplacement de deux membres démissionnaires (Suisse et Irlande), pour un mandat qui débutera le 1er janvier 2014 et s’achèvera le 31 décembre 2015.

Passant à la Commission de la population et du développement, l’ECOSOC a élu la Roumanie pour pourvoir un poste devenu vacant, pour un mandat qui prend effet aujourd’hui et s’achèvera à la clôture de la cinquantième session de la Commission en 2017.  Pour les cinq autres postes à pourvoir, l’ECOSOC a reporté à plus tard la tenue des élections y afférentes, du fait de l’absence de candidats.

La Roumanie a également été élue pour pourvoir un poste vacant à la Commission du développement social, pour un mandat qui commence aujourd’hui et qui prendra fin à la clôture de la cinquante-cinquième session de la Commission en 2017.  Pour les deux autres postes à pourvoir, l’ECOSOC a reporté les élections du fait de l’absence de candidats.

En ce qui concerne la Commission de la condition de la femme, l’ECOSOC a élu l’Égypte pour un mandat qui commencera lors de la première réunion de la cinquante-neuvième session de la Commission en 2014 et se terminera à la clôture de sa soixante-deuxième session en 2018.  En outre, le Soudan a été élu en remplacement du Malawi qui a démissionné, pour un mandat prenant effet aujourd’hui et qui expirera à la clôture de la soixantième session de la Commission en 2016.

Par ailleurs, l’ECOSOC a nommé le Maroc comme candidat pour être membre du Comité du programme et de la coordination, en vue des élections qui seront organisées par l’Assemblée générale.  Si l’Assemblée entérine cette nomination, le mandat du Maroc débutera le 1er janvier 2014 et expirera le 31 décembre 2016.  Pour les quatre autres postes à pourvoir, l’ECOSOC a reporté sa décision concernant les nominations à présenter à l’Assemblée générale.

S’agissant du Conseil d’administration du Programme alimentaire mondial, l’Espagne a été élue pour un mandat commençant le 1er janvier 2014 et s’achevant le 31 décembre 2016.

Enfin, pour le Conseil de coordination du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida, le Maroc a été élu pour un mandat commençant le 1er janvier 2014 et s’achevant le 31 décembre 2016.  L’ECOSOC a aussi élu le Danemark en remplacement de la Norvège, qui a démissionné de son siège, pour un mandat commençant le 1er janvier 2014 et s’achevant le 31 décembre 2014.

L’ECOSOC a ensuite pris des décisions recommandées par l’Instance permanente sur les questions autochtones dans le rapport de sa douzième session.  Ainsi, le Conseil a décidé de demander à l’Instance permanente de poursuivre l’examen du projet de décision IV prévoyant un changement de nom de l’Instance qu’il est proposé d’appeler dans l’avenir « Instance permanente sur les droits des peuples autochtones ».

L’ECOSOC a ensuite adopté les trois autres projets de décision recommandés par l’Instance permanente.  Dans le premier, l’ECOSOC autorise la tenue, pendant trois jours, d’une réunion d’un groupe d’experts internationaux sur le thème « Droits sexuels et procréatifs (art. 21, 22.1, 23 et 24 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones) ».  L’ECOSOC décide en outre que la treizième session de l’Instance permanente se tiendra au Siège de l’ONU à New York, du 12 au 23 mai 2014.  Enfin, par une troisième décision, l’ECOSOC prend note du rapport de la douzième session de l’Instance permanente sur les questions autochtones et approuve l’ordre du jour provisoire de la prochaine session de cette instance.

En clôturant la séance de travail de ce matin, le Président de l’ECOSOC, M. Néstor Osorio, de la Colombie, a indiqué qu’il conduisait toujours des consultations sur le projet de déclaration ministérielle relatif au segment de haut niveau de la session de fond de l’ECOSOC, tenu en juillet 2013, sur la science, la technologie et l’innovation, et le potentiel de la culture pour promouvoir le développement durable et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).  Cette déclaration contient une cinquantaine de paragraphes, dont deux seulement restent à finaliser.  « Je vous donne jusqu’à la mi-décembre pour parvenir à un consensus », a-t-il dit aux délégations, en soulignant les grandes attentes des pays en développement envers ce texte.

La prochaine réunion de l’ECOSOC sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

* E/2013/L.41 et E/2013/43

** E/2013/L.40

*** Les 24 experts nommés au Comité d’experts de l’administration publique sont les suivants: M. Giuseppe Maria Armenia (Italie); Mme Türksel Kaya Bensghir (Turquie); Mme Rowena G. Bethel (Bahamas); M. José Castelazo (Mexique); M. Xiaochu Dai (Chine); Mme Meredith Edwards (Australie); M. Walter Fust (Suisse); M. Alexandre Navarro Garcia (Brésil); Mme Angelita Gregorio-Medel (Philippines); M. Igor Khalevinsky (Fédération de Russie); M. Mushtaq Khan (Bangladesh); M. Francisco Longo Martínez (Espagne); M. Paul Oquist (Nicaragua); M. Dalmas Anyango Otieno (Kenya); Mme Marta Oyhanarte (Argentine); M. Palouki Massina (Togo); M. Eko Prasojo (Indonésie); Mme Odette Ramsingh (Afrique du Sud); M. Allan Rosenbaum (États-Unis); Mme Margaret Saner (Royaume-Uni); Mme Dona Scola (République de Moldova); M. Pontso Susan Matumelo Sekatle (Lesotho); Mme Najat Zarrouk (Maroc), et M. Jan Ziekow (Allemagne).

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.