Malala Yousafzai, l’écolière attaquée par les Taliban, fête ses 16 ans à l’ONU avec des jeunes du monde entier et le Secrétaire général

12 Juillet 2013
DEV/3009-SOC/4808

Malala Yousafzai, l’écolière attaquée par les Taliban, fête ses 16 ans à l’ONU avec des jeunes du monde entier et le Secrétaire général

12/7/2013
Couverture des réunions
DEV/3009
SOC/4808
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Événement spécial

sur l’éducation mondiale

Matin


MALALA YOUSAFZAI, L’ÉCOLIÈRE ATTAQUÉE PAR LES TALIBAN, FÊTE SES 16 ANS À L’ONU

AVEC DES JEUNES DU MONDE ENTIER ET LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL


« Bon anniversaire Malala.  Voilà les mots que les Taliban ne voulaient pas entendre », a lancé aujourd’hui à Malala Yousafzai, l’ancien Premier Ministre britannique et Envoyé spécial de l’ONU pour l’éducation, M. Gordon Brown.  La jeune Malala, dont c’est la première grande intervention publique, depuis la tentative d’assassinat dont elle a été victime le 9 octobre 2012, dans le district de Swat au Pakistan, a choisi de fêter ses 16 ans devant une Assemblée générale transformée en « Assemblée des jeunes », un Secrétaire général de l’ONU heureux et ses propres parents visiblement émus.


« Jamais un seizième anniversaire n’a été célébré de cette façon, et jamais nous avons eu devant nous une adolescente qui a fait preuve de tant de courage et de passion pour promouvoir l’éducation », s’est félicité M. Gordon Brown qui a salué la « volonté incroyable » de Malala et qualifié la présence de la jeune femme de « miracle ».  Très gravement blessée au cou et à la tête, Malala n’est sortie de l’hôpital qu’en janvier de cette année.


« Un enfant, un enseignant, un livre et une plume peuvent changer le monde.  L’éducation est la seule solution, l’éducation avant tout », a dit celle qui a failli perdre la vie à la sortie de l’école.  Deux jeunes parmi les centaines venus de plus de 80 pays pour écouter Malala, ont présenté au Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, et au Président de l’Assemblée générale, M. Vuc Jeremić, la pétition initiée par la jeune pakistanaise en faveur de l’éducation pour tous et qui a déjà recueilli près de quatre millions de signatures.


Les jeunes ont aussi remis à chacune des deux personnalités un sablier géant décomptant le temps qui reste avant 2015, date butoir pour la réalisation des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dont le deuxième concerne l’accès universel à l’éducation primaire.


Vêtue du foulard de Benazir Bhutto, ancien Premier Ministre du Pakistan tuée dans un attentat le 27 décembre 2007, Malala a déclaré, sous des applaudissements nourris: « Les Taliban ont pensé que la balle qui m’a touchée nous pousserait à nous taire, mais ils ont eu tort.  Au lieu du silence, une clameur s’est élevée.  Ils ont pensé changer mes objectifs et mes ambitions, mais une seule chose a changé: la faiblesse, la peur et le désespoir ont disparu et le courage et le pouvoir sont nés.  Je suis la même Malala.  Mes ambitions, mes rêves et mes espoirs sont les mêmes ».


La jeune fille a exhorté les dirigeants du monde à lutter contre l’analphabétisme, la pauvreté et le terrorisme et à assurer un accès gratuit à l’éducation.  « Malala doit savoir qu’elle n’est pas seule », a répondu le Secrétaire général de l’ONU, en rappelant que 57 millions d’enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés et que l’aide à l’éducation a baissé pour la première fois depuis 10 ans.


« Plus que tout », les extrémistes ont peur de l’éducation, a prévenu M. Ban qui a plaidé, une nouvelle fois, pour que les écoles soient des lieux sûrs pour les enfants et leurs enseignants.  « Aucun enfant ne devrait mourir parce qu’il va à l’école.  Aucun enseignant ne devrait avoir peur d’aller au travail. »


La présence de Malala à l’ONU est « la preuve vivante de la façon dont l’action extraordinaire d’une seule personne peut remplir d’espoir les victimes de la violence et de la discrimination dans le monde », a commenté le Président de l’Assemblée générale.


« L’égalité d’accès à l’éducation ne doit pas être considérée comme un objectif inatteignable mais être prise comme un objectif à poursuivre avec ardeur », a-t-il encouragé.


À la lumière des 30 manifestations et plus prévues dans le monde pour célébrer son anniversaire, Malala a dit que cette Journée n’est pas la sienne mais celle de toutes les femmes, tous les garçons et toutes les filles qui se sont manifestés pour exiger le respect de leurs droits.


« Les terroristes ont tué des milliers de personnes et blessé des millions d’autres, et je ne suis que l’une d’entre elles. »  « Je ne parle pas en mon nom mais au nom de tous ceux dont la voix ne peut être entendue.  Au nom de tous ceux qui luttent pour leur droit de vivre dans la paix, leur droit d’être traité avec dignité, leur droit à l’égalité des chances et leur droit à l’éducation. »


Les Taliban, a ajouté celle qui veut brandir « l’arme du savoir », ont peur de la voix et du pouvoir des femmes.  « Voilà pourquoi ils viennent de tuer 14 étudiantes.  Voilà pourquoi ils attaquent les enseignants.  Voilà pourquoi ils détruisent les écoles. »


Mais, a averti Malala, personne ne pourra nous arrêter.  « Nous croyons en la force de nos paroles car nous sommes unis autour d’une même cause, celle de l’éducation. »  « La plume est plus puissante que l’épée. »


Quelques jours après l’attentat dont la jeune fille a été victime, l’Envoyé spécial de l’ONU pour l’éducation proclamait le 10 novembre, « Journée de Malala ». 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.