Conférence de presse à l’occasion de la publication du Rapport 2013 de la CNUCED sur les pays les moins avancés

20 novembre 2013
Conférence de presse

Conférence de presse à l’occasion de la publication du Rapport 2013 de la CNUCED sur les pays les moins avancés

20/11/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE À L’OCCASION DE LA PUBLICATION DU RAPPORT 2013

DE LA CNUCED SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS

Les gouvernements des pays les moins avancés (PMA) doivent redoubler d’efforts pour créer des emplois, en particulier pour les jeunes, de manière à combler l’écart existant entre une forte croissance économique et un secteur de l’emploi en berne, a expliqué ce matin un représentant de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), au cours d’une conférence de presse organisée au Siège des Nations Unies, à New York.

M. Mussie Delelegn, responsable du Bureau de New York de la CNUCED, a présenté le Rapport 2013 de cette institution multilatérale sur la situation des pays les moins avancés, intitulé « Croissance et emploi pour un développement inclusif et durable ».  Le Rapport met en évidence la nécessité pour les PMA, d’adopter des politiques d’emploi bien ciblées, et de les mettre au cœur des efforts menés en vue d’atteindre le développement durable.  Les auteurs du Rapport avertissent que, sans cet effort, on risque de voir un renforcement des flux provenant du phénomène de la migration internationale, ainsi qu’une aggravation de l’instabilité sociale et politique.

Malgré une forte croissance économique observable depuis l’année 2000 dans les PMA, le secteur de l’emploi n’a pas suivi le rythme de cette expansion, et tant la quantité que la qualité des emplois créés sont en-deçà du niveau voulu, constate le Rapport.  Ce phénomène est lié aux tendances démographiques, à la pauvreté persistante, au rythme accéléré d’urbanisation et aux inégalités croissantes.

M. Delelegn a proposé que le futur programme de développement pour l’après-2015 soit utilisé pour donner de l’élan et des moyens aux efforts et aux stratégies de création d’emplois, de réduction de la pauvreté, de croissance inclusive et de promotion du développement durable.

Dans ce Rapport, la CNUCED recommande aux PMA de renforcer leurs capacités productives, ce qui est une condition préalable à la création d’emplois de qualité.  Elle les invite aussi à orienter leurs politiques macroéconomiques, industrielles, rurales et en matière d’infrastructures, vers la création d’emplois et le développement des capacités productives.  Soulignant que, dans les PMA, les gouvernements sont en général les plus grands investisseurs, M. Delelegn a insisté sur le rôle principal qu’ils jouent en matière de création d’emplois, ce qui les oblige à adopter des politiques dans ce domaine et à investir dans les infrastructures et services.

Dans l’état actuel des choses, les gouvernements des PMA doivent redoubler d’efforts pour augmenter les investissements dans l’éducation et la formation professionnelle, ainsi que pour améliorer le taux d’emploi des jeunes, a ajouté l’Administrateur chargé du Bureau de New York de la CNUCED.  Le Rapport précise que le nombre de jeunes en âge de travailler dans les 49 pays les plus pauvres du monde augmente de 16 millions par an, ce qui exige autant de nouveaux emplois, a-t-il souligné.

M. Delelegn a dressé un tableau alarmant de la situation démographique de ces pays, dont la population constitue 12% de la population mondiale et connaît une croissance démographique de 2,3%, la plus forte au monde.  Dans les PMA, la population des moins de 25 ans devrait atteindre 1,7 milliard de personnes en 2050, tandis que la catégorie des 15-24 ans devrait passer de 168 millions en 2010 à 300 millions en 2050.

Ces pays connaissent aussi un fort taux de fécondité (4,4 enfants par femme), a-t-il relevé.  Il a dans le même temps attiré l’attention sur le fait que les femmes constituent une part très importante de la main-d’œuvre, un élément que les programmes de la CNUCED prennent en compte.

L’évolution démographique s’accompagne d’une forte urbanisation dans les PMA, ce qui y exige une adaptation des politiques et stratégies de développement, a aussi observé M. Delelegn.  Il a d’ailleurs noté la perte de vitesse du secteur agricole dans ces pays, alors que ce secteur y représente la principale source d’emplois et de créations de moyens de subsistance.  Mais la population rurale a malheureusement tendance à migrer vers les villes pour chercher des emplois, a-t-il noté.

« Comment faire en sorte que le secteur agricole attire plus de jeunes? » s’est demandé M. Delelegn.  Répondant à cette question, le responsable de la CNUCED a souligné le rôle crucial qui incombe aux gouvernements des PMA à cet égard.  Le développement agricole doit être placé au cœur des programmes nationaux de développement, a-t-il recommandé.  Observant aussi que l’essentiel de l’aide publique au développement (APD) était dirigé vers le secteur des services, il a encouragé les donateurs à mieux coordonner leurs efforts avec ceux qui en sont les bénéficiaires afin d’affecter les ressources aux secteurs qui en ont le plus besoin.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.