Conférence de presse du Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires

4 septembre 2013
Conférence de presse

Conférence de presse du Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires

04/9/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU SECRÉTAIRE EXÉCUTIF DE LA COMMISSION PRÉPARATOIRE

DE L’ORGANISATION DU TRAITÉ D’INTERDICTION COMPLÈTE DES ESSAIS NUCLÉAIRES

M. Lassina Zerbo, Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, a déclaré ce matin que la Commission préparatoire va poursuivre le plaidoyer qu’elle mène afin que le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) puisse entrer en vigueur au plus vite.  Le nouveau Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire de l’Organisation du TICE, qui a pris ses fonctions le 1er  août dernier, s’exprimait au cours d’une conférence de presse tenue aujourd’hui au Siège de l’ONU à New York. 

M. Zerbo a rappelé que huit ratifications supplémentaires sont nécessaires pour que le TICE puisse entrer en vigueur.  Les huit pays concernés par cette ratification font partie de la liste des 44 États de l’annexe 2 du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.  Au total, 183 pays ont à ce jour signé le TICE, tandis que 159 l’ont déjà ratifié.  Mais, en accord avec l’annexe 2 du Traité, les 44 États identifiés comme maîtrisant la technologie nucléaire doivent impérativement ratifier le texte du TICE afin que le Traité puisse entrer en vigueur.  Les huit États dont la ratification reste attendue sont la Chine, l’Égypte, les États-Unis, l’Inde, l’Iran, Israël, le Pakistan et la République populaire démocratique de Corée (RPDC).  De ces huit pays, l’Inde, le Pakistan et la RPDC n’ont pas signé le Traité.

Concernant les États-Unis, le Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire a indiqué que la Commission poursuivait les pourparlers engagés avec les autorités américaines en vue de les convaincre de ratifier le TICE.  Il a également noté que l’entrée en vigueur du Traité serait d’une importance majeure pour la paix et la sécurité internationales.  M. Zerbo a en outre annoncé la mise en place prochaine d’un groupe d’éminentes personnalités constitué d’anciens diplomates et hommes politiques qui seront chargés de mener un plaidoyer international afin que le TICE puisse entrer en vigueur.

L’entrée en vigueur du TICE devrait notamment empêcher les pays qui ne sont pas encore des puissances nucléaires de parvenir à la fabrication de la bombe nucléaire et fera en sorte, dans le même temps, que les pays disposant déjà d’armes nucléaires ne puissent en fabriquer de plus puissantes.  Le but poursuivi par le Traité est de prévenir les retombées radioactives causées par les détonations nucléaires sur les êtres humains, les animaux et les plantes à la suite des essais atomiques.

La Commission préparatoire de l’Organisation du TICE, qui a son siège à Vienne, en Autriche, a été créée le 19 novembre 1996 lors d’une rencontre, à New York, des États signataires du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, en vue d’assurer la transition jusqu’à l’entrée en vigueur du Traité.  La tâche principale de la Commission préparatoire est de mettre en place le régime de vérification prévu par le TICE pour qu’il soit opérationnel au moment de l’entrée en vigueur du Traité.

Le réseau mondial de contrôle est composé de 337 stations de surveillance sismique et radiologique, dont 85% sont déjà fonctionnelles et disséminées à travers le monde.  Ces stations disposent d’instruments de mesure envoyant les informations prélevées au siège de l’Organisation du TICE à Vienne.  M. Zerbo a affirmé que, grâce à ce système, il est très difficile pour un État de dissimuler la conduite de tests nucléaires, même ceux effectués de manière souterraine comme ce fut le cas récemment en RPDC le 12 février dernier.  Il a expliqué que les stations de surveillance analysent les activités sismiques, les anomalies hydroacoustiques ou infrasoniques, et les émanations de particules et de gaz radioactifs découlant de sites suspects détectés aussi bien en mer que sous terre ou sur la surface du globe terrestre.

Le Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire de l’Organisation du TICE prendra part, demain, jeudi 5 septembre, à une réunion spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies organisée en commémoration de la Journée internationale contre les essais nucléaires, qui est chaque année célébrée le 29 août.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.