Conférence de presse du Représentant permanent des Palaos sur la question des océans

25 juin 2013
Conférence de presse

Conférence de presse du Représentant permanent des Palaos sur la question des océans

25/6/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT PERMANENT DES PALAOS SUR LA QUESTION DES OCÉANS


À 18 mois du lancement des objectifs de développement durable, le Représentant permanent des Palaos a lancé un appel à l’Assemblée générale pour qu’elle consacre un objectif spécifique à la protection des océans, et assorti d’indicateurs clairs et quantifiables, aux niveaux national et international.


M. Stuart Beck, qui s’exprimait ce matin au cours d’une conférence de presse au Siège de l’ONU à New York, a voulu que cette fois-ci la problématique de la protection des océans ne soit plus oubliée comme ce fut le cas avec les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) de 2000 dont la date butoir a été fixée à 2015.


« L’objectif sur les océans devrait avoir une portée universelle », a plaidé la Fondatrice du Projet TerraMar, Mme Ghislaine Maxwell, car aucun État n’a les moyens d’assurer seul la viabilité des océans.  Il nous faut « une coalition internationale ». 


TerraMar, a-t-elle expliqué, utilise les médias sociaux pour la sensibilisation de l’opinion publique à la protection des océans et promouvoir la transparence sur les questions relatives à la haute mer.  Pour le public, il est difficile de comprendre les enjeux puisque la haute mer n’est pas à portée de vue.  Or, c’est un espace qui couvre 45% de la planète et qui n’est toujours pas régulé.  En matière de pêche, les lois foisonnent mais elles ne sont pas mises en pratique.  L’ONU doit s’impliquer davantage, a tranché la Fondatrice du Projet.


Le Représentant permanent des Palaos a rappelé que son pays a créé en 2009 le plus grand sanctuaire au monde pour les requins.  Les Palaos se proposent maintenant de créer une zone protégée aussi grande que la France.


Ce petit État insulaire en développement du Pacifique constitué de 21 000 habitants n’a pas les moyens de protéger toutes ses zones maritimes avec un seul navire de surveillance, a prévenu le Représentant, en dénonçant les pillages des riches ressources halieutiques par des navires étrangers.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.