Conférence de presse à l’occasion de la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies

29 mai 2013
Conférence de presse

Conférence de presse à l’occasion de la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies

29/5/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES CASQUES BLEUS DES NATIONS UNIES

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Hervé Ladsous, et le Sous-Secrétaire général à l’appui aux missions, M. Anthony Banbury, ont, cet après-midi devant la presse, rendu hommage au sacrifice et à la bravoure des soldats de la paix partout dans le monde.

« Cette journée est un jour de tristesse mais également l’occasion d’évaluer la situation en termes de partenariat », a déclaré M. Ladsous, qui, avec M. Banbury, étaient les invités du Point de presse du Porte-parole du Secrétaire général, au Siège de l’ONU, à New York.

Les opérations de maintien de la paix sont un modèle de partenariat avec les fournisseurs de contingents, les donateurs, et, plus récemment, avec les organisations régionales, comme l’illustre l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) et d’autres ailleurs.

M. Ladsous a estimé que la situation la plus dramatique actuellement était celle qui prévalait en Syrie où se déroule une « terrible tragédie qui montre la nécessité absolue de mettre fin à la violence ».

Il a rappelé que des groupes terroristes opéraient aussi en Syrie avec leur propre ordre du jour, ce qui accroît les risques pour les soldats de la paix et les observateurs sur place, qui sont déployés dans plusieurs villes mais aident aussi à réduire la violence sur le terrain.

« Certes, la violence n’a pas cessé et il revient aux Syriens de le faire », a-t-il affirmé.  L’objectif est clair, selon lui: « Il faut agir fermement dans le cadre du plan préconisé par le Secrétaire général, faute d’autres initiatives. ».

En réponse à une question sur la sécurité des Casques bleus en Syrie, il a confirmé que ceux-ci étaient délibérément pris pour cibles et qu’il avait personnellement demandé aux différentes parties de s’abstenir d’attaquer le personnel des Nations Unies.

De son côté, M. Banbury a souligné que les opérations de maintien de la paix coûtaient entre 7 et 8 milliards de dollars par an, un « prix modique à payer s’agissant d’une tâche aussi vitale ».  Il a précisé, néanmoins, que ce montant était utilisé avec parcimonie.

Il a signalé que le déploiement de la force en Syrie s’est fait en un temps record et déclaré que les services d’appui veillent à ce que les ressources soient utilisées avec précaution, et que la tendance était à la transparence.

Le Sous-Secrétaire général à l’appui aux missions a rappelé que le 29 mai était une « journée de commémoration des sacrifices ultimes consentis par les soldats de la paix, ainsi que par des hommes et des femmes qui sont partis loin de leurs foyers, sous la bannière du bénévolat, pour servir la cause de la paix au Darfour, en République démocratique du Congo ou encore en Haïti ».

Il a rendu un vibrant hommage à Louis Maxwell, garde de sécurité américain de l’ONU, qui a « bravement défendu la vie de ses collègues, au prix de la sienne », lors de l’attaque contre le bâtiment des Nations Unies en Afghanistan.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.