Conférence de presse du Secrétaire général adjoint à la gestion, M. Yukio Takasu, sur la situation financière de l’ONU

10 mai 2013
Conférence de presse

Conférence de presse du Secrétaire général adjoint à la gestion, M. Yukio Takasu, sur la situation financière de l’ONU

10/5/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT À LA GESTION, M. YUKIO TAKASU,

SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ONU

La situation financière générale de l’Organisation des Nations Unies est saine, a affirmé aujourd’hui M. Yukio Takasu, Secrétaire général adjoint à la gestion, au cours de la conférence de presse qu’il a donnée au Siège de l’ONU à New York, accompagné de Mme María Eugenia Casar, Contrôleur de l’ONU.

Après sa présentation* à la Cinquième Commission, chargée des questions administratives et budgétaires, M. Takasu a présenté à la presse une situation financière fondée sur quatre indicateurs: les contributions mises en recouvrement, les contributions non acquittées, la trésorerie et la dette due par l’Organisation aux États Membres.

Au 31 avril 2013, les liquidités étaient de 654 millions au titre du budget ordinaire, 150 millions pour le fonds de roulement et 259 millions pour le compte spécial, soit un total de 1 milliard 630 millions.  

Pour toute l’année, les contributions mises en recouvrement sont de 2 milliards 606 millions de dollars, dont 1,4 milliard doit encore être réglé par les États Membres.  Le Secrétaire général adjoint a expliqué ces retards de paiement par les cycles budgétaires différés et le nouveau régime des quotes-parts.

C’est le financement des opérations de maintien de la paix qui reste le plus difficile compte tenu des mises en recouvrement à des périodes différentes et de l’imprévisibilité de la demande.  Au 31 décembre 2012, les États Membres devaient encore 1 milliard 329 millions alors que l’ONU devait aux pays fournisseurs de contingents et de matériel une somme de 745 millions qui devrait baisser à 496 millions d’ici à la fin de l’année. 

Le Secrétaire général adjoint à la gestion a confirmé la détermination du Secrétaire général à rembourser les dettes de l’Organisation mais il a rappelé les difficultés inhérentes d’une organisation qui n’a pas de sources de revenu propres, qui ne peut emprunter et qui n’est pas autorisée à financer une mission par les fonds d’une autre. 

Après avoir remercié les 29 pays qui, au 10 mai 2013, avaient réglé la totalité des contributions dues au budget ordinaire, aux opérations de maintien de la paix, aux tribunaux pénaux internationaux et au plan-cadre d’équipement, le Secrétaire général a fait face à la surprise des journalistes devant l’absence des

cinq membres permanents** du Conseil de sécurité dans cette liste.  M. Takasu a expliqué que la liste ne reprend pas ceux qui n’ont payé, à ce jour, qu’une partie de leur contribution.

Le Secrétaire général adjoint a aussi parlé des conséquences d’une coupe budgétaire de 163 millions de dollars conforme à une résolution*** de l’Assemblée générale demandant au Secrétariat de maintenir le budget ordinaire en deçà de la barre des 5 milliards 492 500 000 dollars.  M. Takasu a prévenu qu’il faut s’attendre à des coupes de postes.  L’ONU, a-t-il néanmoins assuré, fera tout son possible pour trouver des solutions souples comme offrir une formation complémentaire au personnel pour pouvoir le redéployer.

Qu’en est-il du « vote de défiance » du Syndicat du personnel de l’ONU contre le Département de la gestion?  M. Takasu a répondu qu’il ne peut y avoir une bonne gestion sans un partenariat avec le personnel.  Mon équipe et moi-même restons ouverts à des discussions sur les solutions à apporter aux problèmes.

*  Voir communiqué de presse AG/AB/4064 du 10 mai 2013….

** Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni

*** Résolution A/RES/67/248 adoptée par l’Assemblée générale, le 24 décembre 2012

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.