Conférence de presse du Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, M. Vijay Nambiar

27 mars 2013
Conférence de presse

Conférence de presse du Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, M. Vijay Nambiar

27/3/2013
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU CONSEILLER SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LE MYANMAR,

M. VIJAY NAMBIAR


Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, M. Vijay Nambiar, a exprimé, aujourd’hui devant la presse, son inquiétude face à la flambée de violence entre les communautés bouddhiste et musulmane dans la ville de Meiktila, appelant les dirigeants à en présenter les auteurs devant la justice.


M. Nambiar, qui était, par téléphone, de Thaïlande, l’invité du Point de presse du Porte-parole du Secrétaire général, au Siège de l’ONU, à New York, a parlé des conséquences « tout à fait dévastatrices » de ces violences.


Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar a pu se rendre dimanche dernier à Meiktila, dans le centre du pays, où des affrontements qui ont eu lieu pendant trois jours entre bouddhistes et musulmans ont fait au moins 20 morts.  Il a notamment visité les six abris où sont hébergées environ 9 000 personnes touchées par ces violences, et « traumatisées », a-t-il dit.


M. Nambiar a indiqué avoir été accompagné sur place par des chefs religieux des communautés bouddhiste, musulmane et chrétienne, ainsi que par deux ministres du Gouvernement.  Il a également rencontré des responsables militaires locaux.


Il a souligné que les victimes, des musulmans pour la plupart, avaient été spécifiquement prises pour cible et que ces attaques avaient été menées « avec une brutale efficacité ».


En dépit du fait qu’elles ont pratiquement tout perdu, la plupart des victimes ne songent pas à quitter leur ville et espèrent que le Gouvernement du Myanmar et la communauté internationale pourront rendre leur retour possible, a expliqué M. Nambiar.


Il a précisé que le Gouvernement avait indiqué qu’il ferait tout pour réinstaller les victimes à l’endroit exact où elles vivaient et qu’elles ne seraient pas déplacées.  Il s’est également dit prêt à leur fournir une assistance pour les aider à reconstruire leur vie et, éventuellement, à les dédommager.


Le Conseiller spécial du Secrétaire général a dit avoir mis l’accent sur la nécessité d’arrêter et de punir les auteurs de ces violences.  Les autorités l’ont informé, a-t-il ajouté, que près de 33 personnes liées aux atrocités commises à Meiktila avaient déjà été appréhendées, et que des enquêtes étaient en cours pour tenter d’en identifier d’autres.


M. Nambiar a également dit avoir rencontré lundi le Président Thein Sein, lequel, selon lui, s’est montré très déterminé à être ferme face aux auteurs de ces violences.  Le Président a assuré que des actions tout aussi énergiques seraient entreprises pour empêcher que de telles attaques ne se reproduisent ailleurs dans le pays.


« Malheureusement, a déploré M. Nambiar, des informations font état d’attaques de ce style contre des communautés, de destructions de maisons et même de mosquées.  Ces attaques s’étendent à d’autres parties du pays. »


La semaine dernière, le Président Thein Sein a décrété l’état d’urgence et imposé la loi martiale dans quatre communes du centre du Myanmar après plusieurs jours d’affrontements entre bouddhistes et musulmans, y compris à Meiktila.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.