« Arafat », un documentaire qui nous rappelle que le rêve d’une Palestine libre ne s’est toujours pas matérialisé, déclare le Président du Comité pour les droits du peuple palestinien

20 mars 2013
AG/PAL/1260

« Arafat », un documentaire qui nous rappelle que le rêve d’une Palestine libre ne s’est toujours pas matérialisé, déclare le Président du Comité pour les droits du peuple palestinien

20/03/2013
Assemblée générale
AG/PAL/1260
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité pour l’exercice des droits

inaliénables du peuple palestinien

349e séance – après-midi                                   

« ARAFAT », UN DOCUMENTAIRE QUI NOUS RAPPELLE QUE LE RÊVE D’UNE PALESTINE LIBRE NE S’EST TOUJOURS

PAS MATÉRIALISÉ, DÉCLARE LE PRÉSIDENT DU COMITÉ POUR LES DROITS DU PEUPLE PALESTINIEN

Le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, a organisé aujourd’hui, au Siège des Nations Unies à New York, l’avant-première de « Arafat », le tout premier documentaire qui raconte l’histoire du dirigeant palestinien, de sa naissance à son inhumation, le 12 novembre 2004, au lendemain de sa mort, à Paris. 

« Arafat » est un film remarquable, qui traite non seulement de Yasser Arafat mais aussi de la lutte de l’ensemble du peuple palestinien, a dit l’Observateur permanent de l’État de Palestine, M. Riyad Mansour.

En 90 minutes, le film retrace le parcours de celui dont le nom est devenu synonyme d’une vie de lutte pour les droits légitimes du peuple palestinien et pour ce faire, s’appuie sur les témoignages de ses vieux compagnons d’armes et de rares images d’archives.  

Le documentaire s’efforce de capter l’esprit de l’époque car il est impossible de séparer la vie de Yasser Arafat de la cause palestinienne, tout comme il est impossible de dissocier le conflit palestinien des conflits régionaux, a expliqué Mme Sahar Baassiri, journaliste libanaise, scénariste et coproductrice du documentaire « Arafat » en collaboration avec la Fondation Yasser Arafat. 

« Ce film nous rappelle pourquoi nous sommes ici », a déclaré le Président du Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.  Dix ans après la mort de Yasser Arafat, « son rêve d’une Palestine libre, indépendante et prospère avec Jérusalem comme capitale, n’est toujours pas une réalité ». 

« Nous devons rester fidèle à l’héritage d’Arafat et contribuer de manière décisive à l’instauration de la paix, pour laquelle cet homme a tant travaillé et qu’il ne verra jamais », a ajouté M. Abdou Salam Diallo devant quelque 300 représentants des missions permanentes, des ONG et des médias. 

Le film revient d’ailleurs sur ce 13 novembre 1974 où devant la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, Yasser Arafat, Chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) avait déclaré: « Je suis venu aujourd’hui avec un rameau d’olivier et un fusil de révolutionnaire.  Ne laissez pas le rameau d’olivier tomber de ma main.  Je répète: ne laissez pas le rameau d’olivier tomber de ma main ».

Ce qui était alors le premier discours de Yasser Arafat devant l’Assemblée générale qui a accueilli par une ovation debout, en présence de M. Abdelaziz Bouteflika, Ministre algérien des affaires étrangères et Président de la vingt-neuvième session de l’Assemblée générale, et de Kurt Waldheim, Secrétaire général de l’ONU.  Le 22 novembre 1974, l’OLP sera, après un vote, admise comme observateur de l’ONU.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.