La Deuxième Commission invite l’Assemblée générale à réaffirmer le rôle important de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

27 novembre 2013
AG/EF/3389

La Deuxième Commission invite l’Assemblée générale à réaffirmer le rôle important de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

27/11/2013
Assemblée générale
AG/EF/3389
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Deuxième Commission                                        

38e séance – après-midi

LA DEUXIÈME COMMISSION INVITE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE À RÉAFFIRMER LE RÔLE IMPORTANT

DE LA CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT

La Commission économique et financière (Deuxième Commission) a adopté à l’unanimité, cet après-midi, deux projets de résolution ayant respectivement trait à la question: « Commerce international et développement »*, d’une part, et, d’autre part, à celle de la « Charte de l’Université des Nations Unies »**.

Aux termes du premier projet de résolution, la Deuxième Commission recommande à l’Assemblée générale d’inviter les États à manifester la souplesse et la volonté politique voulues pour faire sortir de l’impasse les négociations du Cycle de Doha tenues sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).  Adopté à la veille de la neuvième Conférence ministérielle de l’OMC qui doit se tenir à Bali (Indonésie) du 3 au 6 décembre prochain, le texte indique que cette Conférence ministérielle « doit aboutir à des résultats équilibrés, ambitieux, de portée globale et axés sur le développement ».

En adoptant ce projet de résolution, l’Assemblée générale réaffirmerait, par ailleurs, le rôle important de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).  Elle inviterait la CNUCED à « continuer, conformément à son mandat, de suivre et d’évaluer l’évolution du système commercial international et des tendances à cet égard dans l’optique du développement ».

Le deuxième projet de résolution adopté cet après-midi par la Commission prévoit deux amendements à la Charte de l’Université des Nations Unies (UNU).  Si l’Assemblée générale approuvait ce texte, elle réduirait le nombre de membres du Conseil de l’UNU, qui passeraient de 24 à 12.  La durée du mandat de ses membres serait de six ans.

Le mandat de l’Université des Nations Unies est de rechercher des solutions aux problèmes mondiaux pressants qui sont du ressort de l’ONU et de ses organismes.  Le Conseil de l’UNU arrête les principes et politiques de l’institution, comme l’a rappelé le représentant du Japon, pays hôte de l’Université.  Le représentant de l’Université a, quant à lui, expliqué que les amendements prévus devraient permettre aux membres du Conseil de l’UNU de se réunir plus souvent sans pour autant engager de dépenses supplémentaires.

Le Président de la Deuxième Commission, M. Abdou Salam Diallo, du Sénégal, a remercié les délégations pour la coopération et la souplesse dont elles ont fait preuve au cours des négociations sur les deux projets de résolution.

La prochaine séance de la Deuxième Commission sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

* A/C.2/68/L.47 

** A/C.2/68/L.46

DÉCISIONS SUR DES PROJETS DE RÉSOLUTION

Questions de politique macroéconomique

La Deuxième Commission a adopté, sans vote, un projet de résolution intitulé« Commerce international et développement  »(A/C.2/68/L.47) aux termes duquel l’Assemblée générale se déclarerait vivement préoccupée par l’absence de progrès dans les négociations du Cycle de Doha tenues sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et inviterait de nouveau à manifester la souplesse et la volonté politique voulues pour faire sortir les négociations de l’impasse où elles se trouvent actuellement. 

Aux termes de ce texte, l’Assemblée générale insisterait sur l’application intégrale, rapide et effective des dispositions pertinentes du Programme d’action d’Istanbul en faveur des pays les moins avancés pour la décennie 2011-2020.  Elle insisterait sur la nécessité de lever les restrictions frappant les exportations de produits alimentaires et d’abolir les taxes extraordinaires sur les aliments achetés par le Programme alimentaire mondial (PAM) à des fins humanitaires et non commerciales, et de se garder d’en imposer à l’avenir.

En adoptant ce texte, l’Assemblée soulignerait qu’il faut accroître les investissements de toutes origines dans l’agriculture et le développement rural, notamment grâce à la fourniture d’une assistance technique et financière.  Elle réaffirmerait l’engagement qu’elle a pris de répondre aux besoins particuliers des pays en développement sans littoral et aux difficultés auxquelles ils font face, et demanderait l’application intégrale, rapide et effective du Programme d’action d’Almaty.

Par ailleurs, l’Assemblée générale réaffirmerait le rôle important de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et l’inviterait à continuer d’accroître sa contribution dans les trois grands axes de son activité, à savoir la promotion du consensus, la recherche et l’analyse des politiques et l’assistance technique.  Elle engagerait la communauté internationale à s’employer à renforcer la CNUCED.  Elle inviterait la CNUCED à continuer, conformément à son mandat, de suivre et d’évaluer l’évolution du système commercial international et des tendances à cet égard dans l’optique du développement.  Enfin, l’Assemblée saluerait le rôle joué par le Cadre intégré renforcé pour l’assistance technique liée au commerce en faveur des pays les moins avancés.

Université des Nations Unies

La Deuxième Commission a adopté, sans vote, un projet de résolution intitulé « Amendements à la Charte de l’ Université des Nations Unies » (A/C.2/68/L.46) aux termes duquel l’Assemblée générale approuverait les amendements ci-après à la Charte de l’Université des Nations Unies.  En vertu du premier amendement, la composition du Conseil de l’Université passerait de 24 membres à 12.  Le texte indique que ces membres proviennent des grandes tendances universitaires, scientifiques, éducatives et culturelles mondiales et des divers domaines d’études.  Le deuxième amendement prévoit que la durée du mandat des membres du Conseil est de six ans, étant entendu que le mandat des six premiers membres vient à expiration au bout de trois ans, et celui des six autres au bout de six ans.  Aux termes de ce texte, l’Assemblée générale déciderait que ces amendements entreront en vigueur à l’expiration du mandat en cours des membres nommés siégeant actuellement au Conseil de l’Université des Nations Unies.

Déclarations après l’adoption

Après l’adoption, le représentant du Japon, en tant qu’auteur principal du projet de résolution, a remercié les pays qui ont apporté leur appui à ce texte.  L’Université des Nations Unies, dont le siège est à Tokyo, doit pouvoir jouer son rôle et faire des recommandations politiques aux États Membres, a-t-il souligné.

Le représentant de l’Université des Nations Unies (UNU) a remercié les membres de la Deuxième Commission pour leur appui aux efforts visant à élargir le contrôle de l’Université.  Créée il y a un peu plus de 40 ans, l’Université des Nations Unies a pour but de rassembler les connaissances nécessaires à la défense des principes de la Chartes des Nations Unies, a-t-il rappelé.  Il a expliqué que les amendements apportés à la Charte de l’UNU devraient permettre au Conseil de l’Université de se réunir plus souvent sans engager de dépenses supplémentaires.  De grands universitaires et scientifiques font partie de ce Conseil, a-t-il rappelé, avant de remercier également la mission permanente du Japon qui a facilité les négociations qui ont eu lieu sur ce texte. 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.