Le Président élu de l’Assemblée, M. John W. Ashe, d’Antigua-et-Barbuda choisit pour thème « le programme de développement pour l’après-2015: plantons le décor »

14 juin 2013
AG/11383

Le Président élu de l’Assemblée, M. John W. Ashe, d’Antigua-et-Barbuda choisit pour thème « le programme de développement pour l’après-2015: plantons le décor »

14/6/2013
Assemblée générale
AG/11383
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-septième session

87e & 88e séances plénières - matin


LE PRÉSIDENT ÉLU DE L’ASSEMBLÉE, M. JOHN W. ASHE, D’ANTIGUA-ET-BARBUDA CHOISIT POUR THÈME

« LE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015: PLANTONS LE DÉCOR »


« Le développement en général, et le développement durable, en particulier, est le travail de l’Assemblée générale et soyons clairs, notre raison d’être ».  C’est avec ces mots que le nouveau Président de l’Assemblée a dévoilé le thème de la soixante-huitième session, qui s’ouvre au mois de septembre, « Le programme de développement pour l’après-2015: Plantons le décor ».  Élu par acclamation, M. John W. Ashe, Représentant permanent d’Antigua-et-Barbuda, prend les manettes d’une session qui doit définir le nouveau programme de l’après-2015, date butoir pour la réalisation des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)*, en tenant compte de l’« Avenir que nous voulons », Document final de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20)**. 


D’ici à 18 mois, l’ONU lancera un agenda censé définir la relation entre l’humanité et notre environnement physique.  Cet agenda, a estimé le Président de la soixante-huitième session, doit être universel, pertinent et porteur de transformations et de responsabilités partagées mais différenciées.


Ce projet, a-t-il aussi estimé, sera sans doute le plus ambitieux et le plus audacieux que les Nations Unies n’aient jamais entrepris et, si elle veut être à la hauteur de la tâche, l’Assemblée générale doit être tout autant ambitieuse et audacieuse mais aussi coopérative.  « Le défi est énorme et nous devons trouver le courage de le mener à terme », a prévenu le nouveau Président de l’Assemblée.


Pour ce faire, il a voulu que l’on tire les leçons de la mise en œuvre des OMD, que l’on tienne compte des défis nouveaux et émergents du développement, que l’on crée des indicateurs quantifiables, que l’on noue de nouveaux types de partenariats et que l’on intègre mieux les dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable.   


Bref que l’on marie le concret à l’idéal.  L’agenda post-2015 doit représenter une « évolution significative » de la pensée de la communauté internationale et favoriser l’émergence d’une communauté « interdépendante et planétaire quel que soit le niveau de développement ».


Le Président élu a annoncé qu’au cours de sa présidence, il convoquera trois débats thématiques sur la contribution des femmes, des jeunes et de la société civile à l’agenda du développement post-2015; la place des droits de l’homme et de l’état de droit dans cet agenda; et la contribution à ce même agenda des coopérations Sud-Sud et triangulaire et des technologies de l’information et des communications. 


Toujours dans le cadre de l’agenda post-2015, M. Ashe a également prévu d’organiser trois autres débats sur le rôle des partenariats, l’avènement de sociétés stables et pacifiques, et enfin sur l’eau, l’assainissement et l’énergie durable.


Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a salué l’élection d’un homme qui partage sa passion pour le développement durable et ses préoccupations face aux changements climatiques.


M. Ban a aussi salué l’homme intègre, une qualité essentielle dans le monde de la diplomatie où « le verbe est la monnaie la plus précieuse ».  Représentant permanent d’Antigua-et-Barbuda, il aidera l’Assemblée à faire une contribution importante à la Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement qui doit se tenir, l’année prochaine, a prédit le Secrétaire général, en saluant la forte présence et les qualités de négociateurs du Président de l’Assemblée.  « Il ne fait aucun doute qu’il dirigera l’Assemblée de la manière la plus avisée et la plus compétente qui soit, a acquiescé le Président de la soixante-septième session, M. Vuk Jeremić.


Au nom des cinq groupes régionaux, les représentants de Djibouti, du Sri Lanka, de la Hongrie, de Trinité-et-Tobago et de l’Irlande ont attiré l’attention sur l’expérience considérable de M. Ashe au sein de l’ONU, ainsi que sur la confiance dont il jouit auprès de ses collègues.  Au nom du pays hôte, la représentante des États-Unis a reconnu les mêmes qualités au nouveau Président.


L’Assemblée générale a également désigné les 21 États, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni), qui occuperont les vice-présidences de la soixante-huitième session.


Il s’agit du Botswana, du Cameroun, de la Guinée, du Soudan du Sud, du Togo et de la Tunisie, pour le Groupe des États d’Afrique; des Îles Salomon, de la Malaisie, de l’Ouzbékistan, de la Thaïlande et du Turkménistan, pour le Groupe des États d’Asie; du Chili et du Guatemala pour le Groupe d’Amérique latine et des Caraïbes; de l’Espagne et de Monaco pour le Groupe des États d’Europe occidentale et autres États et enfin de la Roumanie pour le Groupe des États d’Europe orientale.


Enfin, bénéficiaire du tirage au sort, la Croatie occupera le premier siège dans la salle de l’Assemblée générale pour toute la durée de la soixante-huitième session.  La délégation croate sera assise à droite, face à la tribune présidentielle, et les autres États Membres suivront, par ordre alphabétique des noms de leur pays en anglais.


La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


* Les huit OMD sont l’élimination de l’extrême pauvreté et de la faim; l’accès universel à l’éducation primaire; l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes; la réduction de la mortalité infantile; l’amélioration de la santé maternelle; la lutte contre le VIH/sida, le paludisme et autres maladies; la protection de l’environnement; et la création d’un partenariat mondial pour le développement.


** Conférence internationale tenue dans la ville brésilienne du 20 au 22 juin 2012, 20 ans après le Sommet de la Terre de 1992. 


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.