L’Assemblée générale rend hommage à la mémoire du Président Hugo Chávez, « chantre de la solidarité », et change le nom du Conseil d’administration du PNUE

13 mars 2013
AG/11345

L’Assemblée générale rend hommage à la mémoire du Président Hugo Chávez, « chantre de la solidarité », et change le nom du Conseil d’administration du PNUE

13/03/2013
Assemblée générale
AG/11345
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale                                        

Soixante-septième session                                  

67e séance plénière – après-midi

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE REND HOMMAGE À LA MÉMOIRE DU PRÉSIDENT HUGO CHÁVEZ, « CHANTRE

DE LA SOLIDARITÉ », ET CHANGE LE NOM DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU PNUE

Après avoir rendu hommage à la mémoire du Président Hugo Chávez, en présence du Ministre vénézuélien des affaires étrangères et du Secrétaire général de l’ONU, l’Assemblée générale a changé le nom du Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) qui s’appelle désormais « Assemblée des Nations Unies pour l’environnement du PNUE ».

Les délégations se sont succédé à la tribune pendant plus de deux heures pour rendre hommage à la mémoire du Président vénézuélien, mort le 5 mars dernier à l’âge de 58 ans.  Le Président de l’Assemblée générale, M. Vuk Jeremić de la Serbie, avait émis le vœu que les États oublient leur « opposition personnelle ou politique » et s’inclinent ensemble devant l’image d’un leader progressiste et défenseur acharné du « Global South ».

C’est précisément la vingtaine de pays de ce « Monde du sud » qui, avec émotion, a déclaré que le nom d’Hugo Chávez restera dans l’histoire comme celui du chantre de la solidarité et de la coopération entre les peuples et, surtout entre les nations du Sud.  Cet héritage en fait incontestablement aux yeux du monde en développement un « leader international ».

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a en effet salué l’un des dirigeants qui a su faire la différence dans son pays, dans sa région et dans le monde, et dont l’attachement aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) s’est traduit par des « progrès incontestables » au Venezuela mais également par des actes de solidarité avec d’autres nations.  Hugo Chávez, a rappelé le Secrétaire général, a joué un rôle de leadership dans l’intégration régionale de l’Amérique du Sud.

Avant les interventions, les délégations ont pu visionner en boucle un petit film où apparaissaient des visages de jeunes du monde entier rendant un dernier hommage au Président vénézuélien. 

Au nom du Groupe des 77 et de la Chine, le représentant de Fidji a vu aujourd’hui en Hugo Chávez, l’incarnation d’un dirigeant qui va jusqu’au bout de la voie qu’il a choisie.  Lui faisant écho, son homologue de la République islamique d’Iran, au nom du Mouvement des pays non alignés, a insisté sur l’engagement jamais démenti du Président Chávez en faveur de la paix, de l’égalité sociale, de l’indépendance politique et de l’égalité souveraine.  Des qualités qui ont fait que le Venezuela était pressenti pour prendre la présidence du Mouvement entre 2015 et 2018.

Les représentants du Pérou, au nom de l’UNASUR et de l’Uruguay, au nom du Mercosur, ont naturellement souligné le rôle crucial d’Hugo Chávez dans l’intégration régionale de l’Amérique du Sud.  Il ne fait pas de doute, à leurs yeux, que sans le dévouement du Président vénézuélien, des initiatives comme l’Alba, la CELAC, l’UNASUR ou encore la Banco del Sur ne se seraient jamais concrétisées.

Hugo Chávez a ouvert un chapitre nouveau dans les relations entre pays, a acquiescé le représentant de Guyana, au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM).  Son homologue du Tchad, au nom du Groupe des États d’Afrique, a confié que des millions d’Africains pleurent la mort prématurée du leader le plus charismatique et le plus visionnaire, comme l’a dit la représentante du Cuba, au nom du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes.  « On se souviendra de Chávez comme d’un leader honnête, capable de prendre des risques et révolutionnaire qui « était la réincarnation de Simon Bolivar ».

« Notre pays a connu un processus révolutionnaire sans pareil, qui a même transcendé nos frontières », s’est réjoui le Ministre des affaires étrangères du Venezuela, M. Elias Jaua Milano.  Il n’a pas manqué de dénoncer la campagne de diabolisation dont a été victime le Président Chávez et les deux tentatives de coup d’État fomentées par « des forces impérialistes » auxquelles il a survécu.  Le Ministre a prévenu que son pays est plus que jamais « déterminé à poursuivre la révolution bolivarienne ». 

Au nom du Groupe des États d’Europe occidentale et autres États, le représentant de la Finlande a dit la disposition de son Groupe à travailler avec le Venezuela pour la paix, la prospérité et la croissance.  Le représentant de la Moldova, au nom du Groupe des États d’Europe orientale a également pris la parole ainsi que ceux de Saint-Vincent-et-les-Grenadine, du Chili, de l’Égypte, des Seychelles, de l’Argentine, d’El Salvador, de la Syrie, du Brésil et du Belarus.

En fin de séance, l’Assemblée générale a adopté une résolution* par laquelle elle change le nom du Conseil d’administration du PNUE en « Assemblée des Nations Unies pour l’environnement du PNUE », étant entendu que ce changement ne modifie ni ne modifiera le mandat, les buts et les objectifs du Programme des Nations Unies pour l’environnement, ni les rôles et les fonctions de son organe directeur.  Les représentants du Brésil, du Viet Nam et de l’Indonésie ont expliqué leur position.

La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies

*A/67/784

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.