L’Assemblée générale adopte la décision créant le Groupe de travail ouvert chargé de la définition des objectifs du développement durable pour l’après-2015

22 janvier 2013
AG/11338

L’Assemblée générale adopte la décision créant le Groupe de travail ouvert chargé de la définition des objectifs du développement durable pour l’après-2015

22/01/2013
Assemblée générale
AG/11338
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale                                        

Soixante-septième session                                  

63e séance plénière – matin

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ADOPTE LA DÉCISION CRÉANT LE GROUPE DE TRAVAIL OUVERT CHARGÉ

DE LA DÉFINITION DES OBJECTIFS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR L’APRÈS-2015

Elle adopte une résolution promouvant l’élargissement de la coopération

entre l’Organisation des Nations Unies et la Communauté des Caraïbes

L’Assemblée générale a, ce matin, décidé* de créer un Groupe de travail à composition non limitée sur les objectifs de développement durable, en application des recommandations du Document final de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), et s’est félicitée de la composition de ce Groupe, qui a été décidée par les cinq groupes régionaux des Nations Unies.  L’Assemblée a aussi adopté une résolution qui appelle à élargir la coopération entre l’Organisation des Nations Unies et la Communauté des Caraïbes.

Sept mois après la Conférence Rio+20, au cours de laquelle les États Membres de l’ONU ont pris une série de décisions sur les efforts à mener pour définir le programme de développement durable pour la période post-2015, l’adoption par consensus de la décision relative à la création du Groupe de travail à composition non limitée a été applaudie par les délégations.

Après avoir remercié la Représentante permanente du Brésil qui a coordonné les travaux pour parvenir à un accord sur la composition du Groupe de travail**, le Président de l’Assemblée générale, M. Vuk Jeremić, a rappelé que la composition de ce Groupe était attendue depuis un certain temps.  « Des mois de consultations ont été nécessaires pour y parvenir », a-t-il relevé, avant d’expliquer qu’il s’agit d’une « question stratégique qui pourrait façonner les travaux de l’ONU au cours des décennies à venir ».

Le Président de l’Assemblée a assuré qu’il veillerait à ce que le processus de définition des objectifs de développement durable devienne une priorité.  Il s’est dit prêt à apporter son aide dans la recherche de nouvelles options pour le financement du développement.  Nous devrons aussi renforcer la coordination entre l’Assemblée générale, le Conseil économique et social (ECOSOC) et le Secrétariat de l’ONU, a dit M. Jeremić, espérant qu’il en résulterait « un ordre du jour unique et cohérent pour la période de l’après-2015 ».  Il a invité le Groupe de travail à composition non limitée sur les objectifs de développement durable à entamer ses travaux le plus tôt possible, et a indiqué qu’il prévoyait une première réunion de ses membres au début du mois de février.  « Il nous faut saisir cette occasion générationnelle pour que nos enfants héritent d’une planète où aucune nation ne sera laissée en marge », a ajouté le Président de l’Assemblée.

Le Groupe de travail est chargé de formuler des objectifs de développement durable de portée mondiale devant être adoptés par l’Assemblée générale pour la période post-2015, c’est-à-dire celle qui va s’ouvrir après la date butoir fixée pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), comme le prévoit le paragraphe 248 du Document final de Rio+20 intitulé « L’Avenir que nous voulons ».  À Rio, les États ont en effet décidé de mettre en place « un mécanisme intergouvernemental transparent et participatif » concernant les objectifs de développement durable, qui soit « ouvert à toutes les parties prenantes ». 

Le groupe de travail créé aujourd’hui devait être formellement constitué au plus tard lors de l’ouverture de la soixante-septième session de l’Assemblée, qui a eu lieu au mois de septembre dernier, mais sa composition a pris un peu plus de temps que prévu.  « J’ai bien cru qu’on n’y parviendrait jamais! », a aujourd’hui lancé le Président de l’Assemblée après l’adoption de la décision y afférente.  Cette question avait été confiée à la Commission économique et financière (Deuxième Commission) pendant sa session, mais le retard pris par les délégations de la Commission a conduit l’Assemblée à l’examiner directement en séance plénière.  Le secrétariat de la Deuxième Commission a précisé que l’adoption de la décision sur la composition du Groupe de travail n’aurait pas d’incidence financière pour l’Organisation.

Si le Document de Rio prévoyait 30 représentants au sein de ce Groupe, il laissait cependant aux États Membres le soin de les choisir au sein des cinq groupes régionaux de l’ONU, « afin de respecter une représentation géographique juste, équitable et équilibrée ».

Selon les termes du Document final, le Groupe de travail à composition non limitée « définira tout d’abord sa méthode de travail et devra, notamment, arrêter des modalités pour garantir la pleine participation à ses travaux des parties prenantes et des spécialistes concernés de la société civile, des scientifiques et des organismes des Nations Unies, de façon à tirer parti des différents points de vue et expériences.  Il présentera un rapport à l’Assemblée à sa soixante-huitième session, dans lequel figurera une proposition d’objectifs de développement durable, pour examen et suite à donner ».

Aujourd’hui, avant l’adoption de la décision, la représentante de la France a fait remarquer que l’appellation de ce Groupe de travail « à composition non limitée » n’était pas fidèle à la traduction du concept et des termes « open working group » qui figure dans la version anglaise.  Elle a donc demandé que l’on revienne à la traduction retenue dans le Document final de la Conférence Rio+20, c’est-à-dire « groupe de travail ouvert ».  Le représentant de la Colombie a demandé que la version espagnole soit corrigée de la même façon.

Plusieurs participants à la réunion, à l’instar du représentant du Sri Lanka, ont salué cette décision.  Le représentant du Pérou a invité à tirer parti des synergies et à éviter les chevauchements afin d’utiliser au mieux les ressources disponibles, qui sont très limitées.  Il a émis le souhait que la société civile puisse participer de manière plus active aux travaux de ce Groupe de travail.  Dans le même sens, le représentant du Venezuela a lancé un appel pour que le Groupe de travail soit véritablement « ouvert » et que tous les États puissent s’y exprimer.  Il a souhaité que les décisions qui en émaneront soient adoptées à l’unanimité à travers une procédure ouverte et transparente.

« Nous avons franchi une étape très importante dans la définition d’une vision commune, comme prévu dans le Document final de Rio+20 », a commenté le représentant de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui s’exprimait en tant que président du Groupe des États d’Asie-Pacifique.  Comme son homologue de la Colombie, il a demandé que le Groupe de travail commence ses travaux de manière urgente.

Au cours de cette séance de travail, l’Assemblée générale a également adopté une résolution*** sur la « coopération entre l’ONU et la Communauté des Caraïbes », qui lui a été présentée par la représentante du Bélize.  Par cette résolution, l’Assemblée priele Secrétaire général de l’ONU et celui de la Communauté des Caraïbes de continuer, dans la limite de leurs mandats respectifs, à promouvoir et élargir la coopération entre les deux organisations afin de donner à celles-ci les moyens d’atteindre leurs objectifs et de relever les défis mondiaux, notamment en ce qui concerne les changements climatiques, les secours en cas de catastrophe et la planification préalable, les problèmes socioéconomiques, y compris la pauvreté, et la criminalité transnationale organisée.

Par ce texte, l’Assemblée générale accueille aussi avec satisfaction l’adoption par consensus de la déclaration politique adoptée à sa réunion de haut niveau sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles.  En outre, l’Assemblée se félicitedes solides accords de partenariat conclus entre la Communauté des Caraïbes, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation panaméricaine de la santé en ce qui concerne la lutte contre les maladies non transmissibles.  Elle se félicite égalementde la coopération active qui existe entre la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes et la Communauté des Caraïbes, particulièrement dans le domaine des échanges commerciaux.

Aux termes de cette résolution, l’Assemblée soulignequ’il est urgent de rouvrir le Bureau régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) afin de renforcer les efforts des États de la région dans la lutte contre la drogue, la criminalité violente et le commerce illicite des armes légères et de petit calibre.

Au cours de la réunion de ce matin, l’Assemblée générale a par ailleurs pris note que deux pays (Fidji et l’ex-République yougoslave de Macédoine), sur les 22 qui sont en retard dans le versement de leur contribution financière aux Nations Unies selon les termes de l’Article 19 de la Charte des Nations Unies, ont effectué les versements nécessaires pour résorber leur arriéré de façon à ne pas perdre leur droit de vote à l’Assemblée générale. 

La prochaine séance de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

*A/67/L.48/Rev.1

** Composition du Groupe de travail à composition non limitée sur les objectifs de développement durable

1. Algérie/Égypte/Maroc/Tunisie

2. Ghana

3. Bénin

4. Kenya

5. République-Unie de Tanzanie

6. Congo

7. Zambie/Zimbabwe

8. Nauru/Palaos/Papouasie-Nouvelle-Guinée

9. Bhoutan/Thaïlande/Viet Nam

10. Inde/Pakistan/Sri Lanka

11. Chine/Indonésie/Kazakhstan

12. Chypre/Émirats arabes unis/Singapour

13. Arabie saoudite/Bangladesh/République de Corée

14. Iran (République islamique d’)/Japon/Népal

15. Colombie/Guatemala

16. Bahamas/Barbade

17. Guyana/Haïti/Trinité-et-Tobago

18. Mexique/Pérou

19. Brésil/Nicaragua

20. Argentine/Bolivie (État plurinational de)/Équateur

21. Australie/Pays-Bas/Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

22. Canada/États-Unis d’Amérique/Israël

23. Danemark/Irlande/Norvège

24. Allemagne/France/Suisse

25. Espagne/Italie/Turquie

26. Hongrie

27. Bélarus/Serbie

28. Bulgarie/Croatie

29. Monténégro/Slovénie

30. Pologne/Roumanie

*** A/67/L.53

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.