Activités du Secrétaire général au Japon, du 6 au 9 juillet 2012

10 Juillet 2012
SG/T/2856

Activités du Secrétaire général au Japon, du 6 au 9 juillet 2012

10/07/2012
Secrétaire général
SG/T/2856
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

ACTIVITÉS DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL AU JAPON, DU 6 AU 9 JUILLET 2012


(Adapté de l’anglais)


Le Secrétaire général a quitté New York le vendredi 6 juillet dans l’après-midi et est arrivé à Tokyo, au Japon, le samedi 7 juillet.


Après son arrivée, il s’est rendu à une réception offerte par le Ministre des affaires étrangères du Japon, M. Koichiro Gemba, dont le pays a organisé, le jour suivant, la Conférence de Tokyo sur l’Afghanistan.


Dimanche matin, M. Ban Ki-moon a participé à la Conférence de Tokyo sur l’Afghanistan, une importante réunion sur le développement futur de ce pays qui a réuni les pays donateurs et les dirigeants afghans.


Dans son discours, le Secrétaire général a souligné que sous la conduite du Président afghan, M. Hamid Karzai et de son gouvernement, des réels progrès ont été réalisés en matière de sécurité et de développement.


Ces avancées, a-t-il ajouté, restent fragiles.  L’incapacité à investir dans les domaines de la bonne gouvernance, de la justice, des droits de l’homme, de l’emploi et du développement social pourrait réduire à néant les investissements et les sacrifices qui ont été faits au cours de ces 10 dernières années, a-t-il prévenu.  Il était important, a-t-il dit, de donner au peuple de l’Afghanistan la perspective d’un avenir meilleur à long terme.


Le Secrétaire général s’est félicité du cadre de responsabilité mutuelle de Tokyo, un mécanisme qui devrait redonner confiance aux Afghans et aux bailleurs de fonds que les engagements qu’ils ont pris seront suivis et respectés.  (Voir communiqué de presse publié en anglais SG/SM/14403)


En marge de la Conférence, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Ministre des affaires étrangères de l’Allemagne, M. Guido Westerwelle, avant de se rendre à la résidence du Premier Ministre du Japon, M. Yoshihiko Noda, pour discuter de l’Afghanistan, de la Syrie, du Soudan et du Soudan du Sud, de Haïti, de la République populaire démocratique de Corée, de la réforme du Conseil de sécurité ou encore de la contribution du Japon à l’Organisation des Nations Unies.


Le Secrétaire général a ensuite rencontré M. Hamid Karzai, Président de l’Afghanistan, avant de rencontrer les responsables des institutions des Nations Unies au Japon, puis de donner une conférence de presse au Club de la presse japonais.


Au cours de cette conférence de presse, le Secrétaire général a indiqué que si les parties en Syrie continuaient à agir en violation des résolutions du Conseil de sécurité, le Conseil devrait prendre les mesures collectives nécessaires.  Il a aussi déclaré que le peuple syrien et la région ne peuvent subir davantage les atrocités, les souffrances et le chaos.  Il a indiqué que le Président Bashar Al-Assad doit comprendre que les choses ne peuvent plus continuer ainsi.  C’est pourquoi, a-t-il insisté, un changement fondamental est nécessaire.


Le Secrétaire général a ensuite rencontré Mme Sadako Ogata, Conseillère auprès du Ministre des affaires étrangères du Japon, puis deux représentants d’une délégation de la société civile afghane à la Conférence de Tokyo.


Ensuite, M. Ban a eu une réunion bilatérale avec la Ministre des affaires étrangères du Pakistan, Mme Hina Rabbani Khar, puis avec le Ministre des affaires étrangères de la République islamique d’Iran, M. Ali Akbar Salehi.


Dans la soirée, le Secrétaire général a rencontré le Ministre des affaires étrangères du Japon, M. Koichiro Gemba.  Il a ensuite répondu aux questions des journalistes, avant de poursuivre avec lui leurs discussions au cours d’un dîner de travail.


Dans la matinée du lundi 9 juillet, le Secrétaire général a quitté Tokyo pour New York, où il est arrivé le même jour.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.