Le Secrétaire général exhorte les pouvoirs publics et les entreprises à financer le fonds de contributions volontaires pour la lutte contre l’esclavage moderne

27 novembre 2012
SG/SM/14676-DH/5113-OBV/1163

Le Secrétaire général exhorte les pouvoirs publics et les entreprises à financer le fonds de contributions volontaires pour la lutte contre l’esclavage moderne

27/11/2012
Secrétaire général
SG/SM/14676
DH/5113
OBV/1163
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EXHORTE LES POUVOIRS PUBLICS ET LES ENTREPRISES À FINANCER

LE FONDS DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES POUR LA LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE MODERNE


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, le 2 décembre:


Quatre-vingt-cinq années se sont écoulées depuis l’entrée en vigueur de la Convention relative à l’esclavage. Pourtant, cette pratique déshumanisante connaît au XXIe siècle des formes nouvelles.


Chaque jour, aux quatre coins du monde, des femmes sont victimes de la traite, vendues et cloîtrées dans des maisons closes où elles sont exploitées sexuellement.  Des petites filles sont mariées de force, victimes de sévices sexuels et utilisées comme domestiques.  Des enfants travaillent dans les mines, où ils posent des explosifs et respirent des poussières toxiques.  D’autres sont enlevés, enrôlés comme soldats et contraints de tuer et de torturer.  Des hommes sont séparés de leurs familles et obligés de travailler dans des plantations ou enfermés dans des usines clandestines et travaillent gratuitement pour rembourser des dettes dont ils ne peuvent jamais s’acquitter.


Le mouvement antiesclavagiste a conduit la communauté internationale à proclamer que les différentes formes d’esclavage constituaient une atteinte à cette condition humaine qui est notre bien commun et à déclarer qu’aucun être humain ne saurait être la propriété de l’un de ses semblables.  Aujourd’hui, les pouvoirs publics, la société civile et le secteur privé doivent s’unir pour abolir toutes les formes contemporaines de l’esclavage.


Pour y parvenir, nous disposons d’instruments puissants. Le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage, qui fournit une assistance humanitaire, financière et juridique aux victimes, est l’un d’entre eux.  Au cours des 20 dernières années, le Fonds est venu en aide, dans plus de 90 pays, à des dizaines de milliers de victimes de l’esclavage.  Pourtant, il manque cruellement d’argent pour mener à bien sa mission et pour répondre à une demande de plus en plus importante.


À l’occasion de cette Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, j’exhorte les pouvoirs publics et les entreprises à financer le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage, à l’appui de son action en faveur des victimes dans le monde entier.  Ensemble, faisons tout notre possible pour aider les millions de personnes qui sont réduites en esclavage et qui sont privées de leurs droits élémentaires et de leur dignité.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.