Ban Ki-moon salue le jugement « historique » contre l’ancien Président du Libéria, Charles Taylor, premier chef d’État à être condamné pour crimes graves

26 avril 2012
SG/SM/14256-AFR/2382-L/3192

Ban Ki-moon salue le jugement « historique » contre l’ancien Président du Libéria, Charles Taylor, premier chef d’État à être condamné pour crimes graves

26/04/2012
Secrétaire général
SG/SM/14256 AFR/2382 L/3192
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

BAN KI-MOON SALUE LE JUGEMENT « HISTORIQUE » CONTRE L’ANCIEN PRÉSIDENT DU LIBÉRIA,

CHARLES TAYLOR, PREMIER CHEF D’ÉTAT À ÊTRE CONDAMNÉ POUR CRIMES GRAVES

La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:

Le Secrétaire général salue la décision rendue aujourd’hui par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone dans le procès de M. Charles Taylor, l’ancien Président du Libéria.  C’est un moment historique et un jour décisif pour le peuple de la Sierra Leone, la région et au-delà.  Les pensées du Secrétaire général s’adressent aujourd’hui aux victimes des crimes pour lesquels Charles Taylor a été jugé coupable.  Le jugement est une avancée significative pour la justice pénale internationale, dans la mesure où, pour la première fois, un ancien chef d’État est condamné par un tribunal pénal international pour la planification, la facilitation et la complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.  Il adresse un message ferme à tous les dirigeants leur rappelant qu’ils peuvent être tenus responsables de leurs actions.

Le Secrétaire général apprécie profondément l’engagement du Tribunal spécial pour établir la responsabilité pour les crimes graves commis contre le peuple de la Sierra Leone et contre les Nations Unies et le personnel associés pendant le conflit dans ce pays.

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone est un excellent modèle de partenariat pour la coopération avec les Nations Unies afin de traduire en justice les responsables de crimes internationaux graves, conformément aux normes internationales de justice et d’équité et dans le respect de la légalité.  Il a contribué au processus de réconciliation nationale et à la restauration et au maintien de la paix en Sierra Leone.

Alors que le Tribunal spécial pour la Sierra Leone est sur le point d’achever son mandat, le Secrétaire général appelle la communauté internationale à préserver et promouvoir son héritage en soutenant le mécanisme appelé à exercer les fonctions résiduelles du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, qui commencera à fonctionner à la clôture du Tribunal spécial.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.