Déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur les attaques visant le personnel diplomatique israélien

23 février 2012
SC/10556

Déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur les attaques visant le personnel diplomatique israélien

23/02/2012
Conseil de sécurité
SC/10556
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LES ATTAQUES VISANT LE PERSONNEL DIPLOMATIQUE ISRAÉLIEN

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de février, M. Kodjo Menan (Togo):

Les membres du Conseil ont condamné dans les termes les plus énergiques l’attaque terroriste perpétrée à New Delhi (Inde) contre du personnel diplomatique israélien, qui a fait des blessés parmi le personnel diplomatique et la population civile, ainsi que la tentative récente d’attentat qui a eu lieu à Tbilissi (Géorgie).

Les membres du Conseil ont réaffirmé que le terrorisme, sous toutes ses formes et manifestations, constitue l’une des menaces les plus sérieuses contre la paix et la sécurité et que tous les actes de terrorisme, quels qu’ils soient, sont criminels et injustifiables, quels qu’en soient les motivations, l’époque et les auteurs.

Les membres du Conseil ont réaffirmé qu’il faut combattre par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de toutes les obligations imposées par le droit international et en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit des réfugiés et le droit international humanitaire, les menaces que les actes de terrorisme font peser sur la paix et la sécurité internationales.

Les membres du Conseil ont condamné les nouveaux actes de violence commis de façon répétée contre des représentants diplomatiques et consulaires, qui mettent en danger et font périr des innocents et perturbent gravement les activités normales de ces représentants et fonctionnaires.

Les membres du Conseil ont rappelé les obligations imposées aux États, notamment par la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques, la Convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires et la Convention de 1973 sur la prévention et la répression des infractions contre les personnes jouissant d’une protection internationale, y compris les agents diplomatiques.

Les membres du Conseil ont souligné que les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes de terrorisme inqualifiables et ceux qui les ont financés doivent être traduits en justice, et a demandé instamment à tous les États, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et à ses résolutions pertinentes, de coopérer activement avec toutes les autorités compétentes à cette fin.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.