Miguel Enrique Tesoro Torres, de Cuba, obtient la vingt-cinquième bourse d’études « Hamilton Shirley Amerasinghe » sur le droit de la mer

23 Juillet 2012
MER/1976

Miguel Enrique Tesoro Torres, de Cuba, obtient la vingt-cinquième bourse d’études « Hamilton Shirley Amerasinghe » sur le droit de la mer

23/07/2012
Communiqué de presse
MER/1976
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

MIGUEL ENRIQUE TESORO TORRES, DE CUBA, OBTIENT LA VINGT-CINQUIÈME BOURSE D’ÉTUDES

« HAMILTON SHIRLEY AMERASINGHE » SUR LE DROIT DE LA MER

(Adapté de l’anglais)

NEW YORK, 23 juillet 2012 (Division des affaires maritimes et du droit de la mer au Bureau des affaires juridiques) ―- M. Miguel Enrique Tesoro Torres, de Cuba a obtenu la vingt-cinquième bourse d’études décernée au titre de la Dotation commémorative Hamilton Shirley Amerasinghe sur le droit de la mer.  M. Torres pourra ainsi poursuivre ses recherches sur la question de « la délimitation des espaces maritimes, et l’exploration et l’exploitation des ressources marines ».

La bourse d’études sert à améliorer les compétences et les connaissances des responsables gouvernementaux, des chercheurs et des universitaires des pays en développement, impliqués dans les questions de droit de la mer.  Elle contribue à la compréhension et à la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. 

Miguel Enrique Tesoro Torres bénéficiera, dans un premier temps, d’une formation pratique à la Division des affaires maritimes et du droit de la mer et poursuivra, dans un deuxième temps, ses recherches dans l’une des 17 institutions d’enseignement de renommée mondiale qui accueillent les boursiers.

Le programme de bourses d’études a été créé en 1981 à la mémoire de Hamilton Shirley Amerasinghe, Premier Président de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer.  Ce sont les travaux de cette Conférence qui ont abouti à l’adoption de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, en avril 1982, un traité qu’on appelle aussi « la constitution des océans » et qui compte actuellement 162 États parties.

À cause de l’insuffisance des fonds, une seule bourse d’études est accordée chaque année.  Comme par le passé, l’Assemblée générale de l’ONU, par sa résolution 66/231, a appelé les États Membres et les organisations, fondations et particuliers à verser des contributions volontaires pour financer le programme de bourses.  L’année dernière, des contributions ont été faites par l’Argentine, Chypre, Monaco, le Sri Lanka et le Royaume-Uni.  Certains États ont également versé une contribution à des institutions ou universités accueillant les boursiers.

Au cas où Miguel Enrique Tesoro Torres aurait été dans l’incapacité d’accepter la bourse d’études, c’est Ousmane Diouf, du Sénégal qui l’aurait obtenue.

Par le passé, la bourse d’études a été, sur recommandation d’un panel de haut niveau, octroyée à des ressortissants de l’Argentine, de la Barbade, de la Bulgarie, du Cameroun, du Cap-Vert, du Chili, de la Colombie, ou encore de l’ex-Yougoslavie,de l’Indonésie, du Kenya, du Népal, du Nigéria, de Palau, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de la République islamique d’Iran, de la République-Unie de Tanzanie, de Samoa, de Sao Tomé-et-Principe, des Seychelles, du Sri Lanka, de la Thaïlande, de Tonga, de Trinité-et-Tobago et du Viet Nam.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.