Conférence de presse du Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre et Représentant permanent du Maroc, M. Mohammed Loulichki

4 décembre 2012
Conférence de presse

Conférence de presse du Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre et Représentant permanent du Maroc, M. Mohammed Loulichki

4/12/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE DÉCEMBRE ET REPRÉSENTANT PERMANENT DU MAROC,M. MOHAMMED LOULICHKI

« Le programme des travaux du Conseil de sécurité pour le mois de décembre sera court, puisqu’il s’achèvera le 20 décembre, mais sera chargé », a averti le Président du Conseil de sécurité pour ce mois et Représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies qui présentait, cet après-midi devant la presse, le programme de travail mensuel du Conseil.

M. Loulichki a indiqué que la situation « très préoccupante » dans la région du Sahel, et en particulier au Mali, figurait parmi les priorités de la présidence de son pays.

« La réunion du Conseil le 10 décembre sur la situation dans la région du Sahel se tiendra au niveau ministériel et en présence de M. Romano Prodi, l’Envoyé spécial pour le Sahel », a expliqué le nouveau Président du Conseil, en précisant qu’une déclaration présidentielle sera adoptée à l’occasion de cette réunion afin de renforcer l’action de la communauté internationale dans la région.

Concernant la situation au Mali, objet d’une séance d’information le 5 décembre au matin, M. Loulichki a indiqué que le Conseil examinait toujours un projet de résolution ouvrant la voie au déploiement d’une force d’intervention dans le nord du Mali.

« Le Conseil est saisi, à cette fin, d’un document de travail que lui a fait parvenir la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) », a-t-il dit, en se déclarant convaincu que le Conseil pourra aller de l’avant, « une fois que les modalités d’une telle force auront été convenues par tous ses États membres ».

Interrogé par un journaliste sur la possibilité que le projet de résolution en discussion soit adopté avant Noël, M. Loulichki, répondant en sa capacité nationale, a espéré que cela soit effectivement le cas.  « La situation au Mali exige une action urgente du Conseil de sécurité », a-t-il affirmé.

La situation au Moyen-Orient dominera également les travaux du Conseil pour le mois de décembre avec la tenue de deux séances d’information, cet après-midi sur la situation au Yémen, et le 19 décembre sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question de Palestine.

« La réunion du 19 décembre permettra de faire le point sur les récents développements concernant la région, y compris l’accession de la Palestine au statut d’État observateur non membre le 29 novembre et l’annonce de nouvelles colonies de peuplement israéliennes à Jérusalem-Est », a déclaré l’Ambassadeur Loulichki.

Le Président du Conseil de sécurité a indiqué que le Conseil avait bien reçu une lettre de l’Observateur permanent de la Palestine au sujet de ces colonies de peuplement, tout en précisant qu’elle n’adressait aucune demande spécifique au Conseil.

Concernant la situation en Syrie, l’Ambassadeur Loulichki a précisé que le Conseil pourrait inscrire la Syrie à son programme de travail si l’un de ses membres en faisait la demande.  Il en va de même pour la situation en République démocratique du Congo, a-t-il ajouté.

Louant ensuite les efforts du Représentant spécial conjoint pour la Syrie, M. Lakhdar Brahimi, qui doit se rendre prochainement dans le pays, le Président du Conseil a convenu qu’il ne « savait pas à quel niveau du Gouvernement syrien M. Brahimi serait reçu ».

«  Le débat sur les opérations de maintien de la paix qui doit se tenir dans l’après-midi du 12 décembre sera l’occasion d’explorer les pistes d’un renforcement de la coopération entre les différentes missions des Nations Unies », a expliqué M. Loulichki, qui a ajouté que le Conseil se pencherait sur les travaux de ses organes subsidiaires, le 7 décembre.

Outre ses deux débats sur les Tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, ainsi que sur la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), respectivement les 5 et 19 décembre, le Conseil tiendra un débat public sur la consolidation de la paix le 20 décembre à partir de 10 heures.

« Nous pourrons ainsi discuter des enjeux du renforcement des capacités des pays émergeant de situations de conflit, ainsi que de leur développement économique », a indiqué le Président du Conseil.  Une déclaration présidentielle sera adoptée à cette occasion, a-t-il précisé.

*  ***  *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.