Conférence de presse du Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre et Représentant permanent de l’Allemagne auprès de l’ONU, M. Peter Wittig

5 septembre 2012
Conférence de presse

Conférence de presse du Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre et Représentant permanent de l’Allemagne auprès de l’ONU, M. Peter Wittig

05/09/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE SEPTEMBRE

ET REPRÉSENTANT PERMANENT DE L’ALLEMAGNE AUPRÈS DE L’ONU, M. PETER WITTIG

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre et Représentant permanent de l’Allemagne auprès des Nations Unies, M. Peter Wittig, a présenté, cet après-midi, devant la presse, le programme de travail du Conseil de sécurité au cours de ce mois. 

Soulignant l’ordre du jour chargé du Conseil, dont les travaux coïncideront en partie avec l’ouverture de la soixante-septième session de l’Assemblée générale, le 18 septembre prochain, M. Wittig a indiqué que les bouleversements récemment survenus dans le monde arabe seraient au cœur de la présidence allemande du Conseil de sécurité.

À l’occasion d’un débat de haut niveau sur le Moyen-Orient qui devrait se tenir dans l’après-midi du 26 septembre, les membres du Conseil exploreront notamment les liens institutionnels entre les Nations Unies et la Ligue des États arabes, a expliqué le Représentant permanent de l’Allemagne, qui a souligné le rôle crucial et récent joué par la Ligue arabe dans la gestion des crises que connaît la région.

« Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, ainsi que le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, M. Nabil Elaraby, prendront la parole au cours d’un débat qui sera présidé par le Ministre allemand des affaires étrangères, M. Guido Westerwelle », a précisé M. Wittig.  Il a ajouté que certaines délégations seront représentées au niveau des chefs d’État et de gouvernement.

La situation en Afghanistan sera la deuxième priorité de la présidence allemande, a poursuivi M. Wittig, qui a souligné l’importance de la transition en cours dans le pays et rappelé les grands jalons de l’accompagnement fourni par la communauté internationale à ce processus de transition, qui s’est manifesté notamment par la tenue des Conférences de Bonn, de Chicago, de Kaboul et de Tokyo.

« Les membres du Conseil se pencheront en particulier sur le rôle de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), ceci à l’occasion d’un débat qui devrait se tenir l’après-midi du 20 septembre », a précisé l’Ambassadeur allemand.

M. Wittig a ensuite abordé la situation en Syrie, qui a fortement suscité l’intérêt des journalistes présents.

Il a tout d’abord expliqué que le non-renouvellement du mandat de la Mission de supervision de l’ONU en Syrie (MISNUS), qui s’achevait le 19 août dernier, privait le Conseil d’un certain nombre d’informations relatives à la situation sur le terrain.

« Malgré les divisions profondes des membres du Conseil sur cette question, la Syrie reste au cœur des préoccupations du Conseil de sécurité », a déclaré Peter Wittig, tout en déplorant que le coût du blocage du Conseil, à la suite du double veto opposé par la Fédération de Russie et la Chine, soit « payé par le peuple syrien ».

« Aucun membre du Conseil n’est satisfait de la situation en Syrie, qui ne saurait d’ailleurs être plus préoccupante qu’elle ne l’a été à ce jour », a estimé l’Ambassadeur Wittig en soulignant, à la suite du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le grand nombre de réfugiés depuis le début de la crise qui a affecté ce pays.

Il a ensuite apporté son soutien aux efforts du Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, M. Lakhdar Brahimi, qui a été nommé le 17 août dernier, et dont il a rappelé qu’il avait été le principal architecte des Accords de Taëf, conclus en 1989, et qui ont mis fin à la guerre civile libanaise.

« En raison de l’ampleur de la tâche qui l’attend, M. Brahimi, avec lequel je me suis entretenu ce matin, a veillé à tempérer les espoirs que sa nomination a pu faire naître », a poursuivi M. Wittig, qui n’a pas exclu qu’un terrain d’entente puisse être trouvé par les membres du Conseil sur le dossier syrien.

Le Représentant permanent de l’Allemagne a ensuite indiqué que le débat public portant sur la situation des enfants en temps de conflit armé, qui doit se tenir dans la matinée du 19 septembre, examinera en particulier la responsabilité des auteurs de violations récurrentes des droits des enfants.

Les conflits en Afrique devant occuper une part importante de l’ordre du jour du Conseil, M. Wittig a précisé que M. Haile Menkerios, Envoyé spécial pour le Soudan et le Soudan du Sud, fera part aux membres du Conseil de sécurité des derniers développements survenus entre les deux pays dans le cadre de consultations qui se tiendront demain, jeudi le 6 septembre.

Abordant la « très préoccupante » situation qui prévaut dans la région du Sahel, et soulignant notamment le caractère déstabilisateur du conflit en cours dans le nord du Mali, M. Wittig a indiqué que le Secrétaire général devrait présenter le 17 septembre devant les membres du Conseil une stratégie globale pour la région.

« Un sommet sur le Sahel devrait également se tenir en marge des travaux de l’Assemblée générale, probablement autour du 26 septembre », a-t-il expliqué, ajoutant que le Conseil examinera le renouvellement des mandats du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone (BINUCSIL) et de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), respectivement les 15 et 30 septembre prochains.

Enfin, alors que le Conseil devrait se pencher le 20 septembre sur les activités du Comité 1737, chargé des sanctions contre l’Iran, M. Wittig a indiqué que les sanctions prises par le Conseil de sécurité, ainsi que les sanctions additionnelles décidées par l’Union européenne, étaient « ciblées » et « n’avaient pas pour but de rendre encore plus difficiles les conditions de vie du peuple iranien ».

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.