Conférence de presse sur le lancement du tout premier rapport sur les naissances prématurées

Conférence de presse
2 mai 2012

Conférence de presse sur le lancement du tout premier rapport sur les naissances prématurées

02/05/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LE LANCEMENT DU TOUT PREMIER

RAPPORT SUR LES NAISSANCES PRÉMATURÉES


Le Siège de l’ONU a accueilli, cet après-midi, un groupe de spécialistes venus présenter le tout premier rapport sur les naissances prématurées, principale cause de décès chez les nouveau-nés et deuxième cause chez les enfants de moins de cinq ans, après la pneumonie.


Rédigé par plus de 45 organisations, le rapport intitulé « Né trop tôt: L’action mondiale sur les naissances prématurées », vient compléter la stratégie « Toutes les femmes, tous les enfants » du Secrétaire général de l’ONU.  C’est ce qu’a précisé Mme Carole Presern, Directrice du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).


Chaque année, 15 millions de bébés naissent prématurés dont 1,1 million meurent, a indiqué Mme Joy Lawn, de l’ONG « Save the Children ».  La prématurité est la principale cause de décès dans les pays à haut revenu et est en train de devenir un problème croissant dans les pays à revenu intermédiaire. 


Nés avant 28 semaines, les très grands prématurés représentent 5% des naissances précoces, les grands prématurés, nés entre 28 et 32 semaines, 10%, et les prématurés, nés entre 33 et 37 semaines, 83% du total. 


Pour inverser la tendance des taux de mortalité, les spécialistes ont vanté, outre l’allaitement pour éviter les infections, la méthode dite « Kangourou » consistant à ce que l’enfant soit en contact direct avec la peau de sa mère pour réguler sa température.


« Les mères sont souvent plus efficaces que les couveuses qui de surcroit manquent dans les pays en développement ou sont défaillantes », a expliqué la représentante de l’ONG « Save the Children ».  « Les couveuses ont du bon, mais on peut faire beaucoup sans elles », a renchéri son homologue de l’OMS.


On peut aussi baisser les taux de mortalité en insistant sur la prévention dont la planification familiale, le traitement des infections et un meilleur suivi de la santé des adolescentes.  « Des solutions existent, mais leur mise en œuvre fait défaut », a prévenu la représentante de « Save the Children », avant que Mme Flavia Bustreo, Sous-Directrice générale en charge de la santé de la famille, de la femme et de l’enfant à l’OMS, ne soulève la question du financement du secteur de la santé.


Ambassadeurs de l’ONG « March of Dimes », M. et Mme Adam et Lauren Pallone ont en effet révélé que les soins prodigués jusqu’ici à leur fille grande prématurée ne pesant que 817 grammes à sa naissance s’élève à 1,2 million de dollars.  Handicapée moteur Kendall, qui était avec ses parents à la conférence de presse, aura besoin de soins toute sa vie.   


Les spécialistes ont tenté d’expliquer le taux élevé de 12% de prématurés aux États-Unis, soit 2 fois plus le taux européen.  Un taux choquant pour un pays qui dépense 2,7 mille milliards de dollars par an dans le secteur de la santé, a commenté Mme Jennifer L. Howse, Présidente de « March of Dimes ».


Pour expliquer ce phénomène, la représentante de l’ONG « Save the Children » a invoqué les grossesses tardives, les traitements contre la stérilité et les grossesses multiples, l’hypertension, le diabète, l’obésité et le tabagisme.  Sa collègue de « March of Dimes » a ajouté à la liste les accouchements provoqués qui ne devraient pas se faire avant 39 semaines de grossesse, a-t-elle insisté.


Les 14 et 15 juin prochains, les États-Unis, l’Inde et l’Éthiopie organiseront un forum sur la survie de l’enfant, a annoncé la représentante de l’OMS, Mme Flavia Brustreo, au cours d’une conférence à laquelle a également participé le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies.  M. Li Baodong s’est ainsi félicité d’un rapport « d’une importance pratique remarquable » pour les pays en développement.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.