Conférence de presse sur la réunion du Groupe des Amis de la République centrafricaine

5 avril 2012
Conférence de presse

Conférence de presse sur la réunion du Groupe des Amis de la République centrafricaine

05/04/2012
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LA RÉUNION DU GROUPE DES AMIS DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

La République centrafricaine (RCA) pourra avec confiance entamer le processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants, qui est l’un des éléments de la réforme du secteur de la sécurité du pays, a estimé cet après-midi son Premier Ministre, M. Faustin-Archange Touadéra, alors que se tenait, au Siège de l’ONU à New York, la réunion du Groupe des Amis de la République centrafricaine.

« Nous sommes particulièrement satisfaits de cette réunion car, parmi la dizaine d’intervenants, nous avons reçu le soutien de l’ensemble de ces Amis de la RCA qui ont compris la nécessité de soutenir le processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) des anciens combattants », a poursuivi M. Touadéra au cours d’une conférence de presse, organisée cet après-midi, au Siège de l’ONU.

L’objectif de la réunion du Groupe des Amis de la République centrafricaine  est de partager « la nécessité et l’urgence d’entamer le processus de DDR », a expliqué, de son côté, la Représentante spéciale du Secrétaire général et Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), Mme Margaret Vogt.

« Pratiquement tous les groupes d’ex-combattants sont prêts à déposer les armes, mais il reste des défis à relever au niveau du financement de ce processus, qui devrait concerner environ 4 700 ex-combattants », a précisé le Premier Ministre.  Il a estimé qu’il était à présent temps pour son pays de faire face aux difficultés qui affectent la vie de la population dans les zones où a lieu l’essentiel de la production agricole centrafricaine.  « Si nous perdons cette fenêtre d’opportunité, nous risquons de faire face à une déstabilisation encore plus grande », a-t-il dit.

Le Premier Ministre centrafricain a fait remarquer que ce message avait été transmis, ce matin, avec force, au Groupe des Amis de la République centrafricaine et que, parmi eux, l’Australie avait déjà annoncé une contribution en financements, tandis que d’autres « Amis de la RCA » ont expliqué avoir besoin d’un peu plus de temps pour réajuster le niveau de leurs contributions financières. 

Au cours de la conférence de presse, M. Touadéra a souligné que son pays avait besoin de ce soutien pour entamer la mise en œuvre d’un programme de développement, en particulier la relance de l’agriculture.  « Sans quiétude, la population ne peut pas se concentrer aux activités champêtres et d’élevage », a-t-il rappelé, « et nous manquons des ressources suffisantes pour faire avancer le programme de DDR avant la fin de la saison des pluies ».

À force d’attendre, a-t-il indiqué, il y a une crainte que les combattants reprennent les armes, « ce qui serait une perte énorme, car il y a eu des avancées importantes dans le sens de la paix ». 

Le Premier Ministre a également précisé que, ce matin, au cours de la réunion du Groupe des Amis de la RCA, le Ministre délégué centrafricain à la défense avait fait un bref exposé sur la situation liée à l’Armée de résistance du seigneur (LRA).  « Aujourd’hui, cette rébellion d’origine ougandaise sévit essentiellement en République centrafricaine dans la région du sud-est ». « Il est au moins certain que les responsables de cette rébellion se trouvent en République centrafricaine », a-t-il précisé. 

Le Premier Ministre n’a toutefois pas pu estimer le nombre de combattants de la LRA présents en République centrafricaine, car ceux-ci arrivent à se dissimuler en raison de leur extrême mobilité et de l’étendue de cette partie du territoire centrafricain.  Il a ensuite fait remarquer que « la lutte contre la LRA » était associée au processus de DDR car « si nous arrivons à désarmer les ex-combattants dans d’autres régions, cela donnera plus de moyens aux Forces de défense centrafricaines pour se concentrer sur cette question », a expliqué le Premier Ministre.

M. Touadéra a également estimé qu’il y avait « de fortes certitudes » que Joseph Kony, le chef de l’Armée de résistance du Seigneur, se trouve sur le territoire de la République centrafricaine. 

Le Premier Ministre a d’autre part fait remarquer que la République centrafricaine n’était pas épargnée des retombées de la situation au Mali en termes de circulation d’armes à feu.

Dans un message adressé, ce matin, aux Amis de la République centrafricaine et lu par le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. B. Lynn Pascoe, le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a appelé la communauté internationale à faire tout son possible pour aider le Gouvernement centrafricain à consolider la paix sur le territoire de la RCA, à reconstruire et à réformer le secteur de la sécurité, ainsi qu’à désarmer, démobiliser et réintégrer les ex-combattants.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.