Le Conseil de sécurité appelle à finaliser rapidement la stratégie intégrée de l’ONU pour répondre à la crise dans la région du Sahel

10 décembre 2012
CS/10849

Le Conseil de sécurité appelle à finaliser rapidement la stratégie intégrée de l’ONU pour répondre à la crise dans la région du Sahel

10/12/2012
Conseil de sécurité
CS/10849
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6882e séance – matin

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE À FINALISER RAPIDEMENT LA STRATÉGIE INTÉGRÉE

DE L’ONU POUR RÉPONDRE À LA CRISE DANS LA RÉGION DU SAHEL

Le Conseil de sécurité, sous la présidence du Maroc, entendait, par le débat de ce matin, contribuer aux efforts visant l’adoption d’une démarche plus globale et mieux coordonnée concernant la situation dans la région du Sahel.  Il a ainsi souligné, dans une déclaration présidentielle, la nécessité de faire rapidement face à la crise dans le nord du Mali selon une approche globale et stratégique, afin de garantir l’intégrité territoriale et de rétablir la stabilité du pays, et d’éviter que les États du Sahel ne soient davantage déstabilisés. 

Six mois après l’adoption de la résolution 2056 (2012) et, à peine une semaine après la réunion qu’il avait consacrée à la situation au Mali, le Conseil a entendu ce matin des représentants des principales parties prenantes à cette question, dont l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahel, M. Romano Prodi.  « Nous ne pourrons réussir que si nous œuvrons, de manière unie, pour trouver un règlement politique à la crise dans la région », a-t-il fait remarquer.

Le Conseil de sécurité, dans une déclaration lue par le Ministre marocain des affaires étrangères et de la coopération, M. Saad-Eddine El Otmani, dont le pays assure ce mois la présidence du Conseil, a appelé aussi à un renforcement de la coopération régionale entre les États du Sahel et du Maghreb, en collaboration avec l’ONU.  Le Conseil a exhorté les organismes compétents des Nations Unies, ainsi que d’autres organisations internationales, régionales et sous-régionales à renforcer les capacités des États du Sahel.  Il les a également exhortés à redoubler d’efforts pour fournir à ces pays une assistance en vue de contribuer à la sécurité et à la maîtrise des armements, et afin de lutter contre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme.

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, qui a ouvert la réunion, a constaté que « tous les signaux étaient au rouge », en citant notamment l’instabilité politique, les activités terroristes, le trafic de drogues et la contrebande d’armes parmi les menaces à la paix et à la sécurité.  Le Secrétaire général a ajouté que les conditions climatiques extrêmes et la fragilité des économies nationales aggravaient davantage la vulnérabilité des pays de la région.  Cette année, a-t-il précisé, 18,7 millions de personnes ont été touchées par l’insécurité alimentaire.  « Les gouvernements et les peuples du Sahel ont besoin de notre plein appui », a-t-il dit, en rappelant que « la résolution 2056 (2012) du Conseil de sécurité reconnaissait la nécessité d’élaborer une stratégie intégrée au Mali, afin de répondre à tous les aspects de la crise ».

M. Prodi a expliqué, pour sa part, qu’une première étape de l’action à entreprendre devait viser à alléger les souffrances et à répondre aux besoins des populations.  Dans une deuxième phase, il s’agira de mobiliser des ressources pour améliorer les infrastructures afin de donner un nouvel élan au développement à long terme.  M. Prodi a dit compter sur les capacités de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ainsi que sur celles des fonds souverains du Golfe et de la Chine.

En matière de sécurité et, en particulier s’agissant de l’intervention militaire actuellement envisagée par l’Union africaine et la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour libérer le nord du Mali, M. Prodi a affiché la plus grande prudence.  « Tous les efforts possibles doivent être menés pour que les objectifs fixés soient atteints de manière pacifique, a-t-il dit, en proposant d’entamer un processus politique après avoir identifié des interlocuteurs dans le nord du pays, qui soient acceptables dans le cadre d’un tel dialogue.  Par ailleurs, M. Prodi a rappelé que les élections doivent se tenir au plus tôt.  Les autorités maliennes doivent réfléchir à une décentralisation profonde, afin de réduire la fracture entre le nord et le sud du pays.  Tout cela ne pourra être mis en œuvre que s’il y a consensus entre les dirigeants, a-t-il estimé.  « Il convient d’identifier et de soutenir un seul et unique centre de décisions au Mali.  C’est un point fondamental, même s’il n’est pas facile à atteindre », a-t-il reconnu.

LeHaut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Antonio Gutteres, a attiré, quant à lui, l’attention sur les problèmes d’accès et d’insécurité pour venir en aide aux réfugiés.  Il a averti qu’une intervention militaire augmenterait le nombre de personnes déplacées et aggraverait la crise humanitaire.  Il a proposé l’ouverture d’un espace humanitaire indépendant de l’espace civil et militaire.

De son côté, le Ministre des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire et Président du Conseil des ministres de la CEDEAO, M. Charles Koffi Diby, a souligné qu’il était urgent pour le Conseil de sécurité d’autoriser, « dans les prochains jours », le déploiement de la Mission internationale de soutien sous conduite africaine au Mali (MISMA).  Il a mis en garde contre tout retard supplémentaire qui risquerait de renforcer la position des terroristes.  « La facture à payer pour les déloger n’en sera que plus élevée pour nous tous », a-t-il lancé.

Les membres du Conseil de sécurité ont souligné, pour leur part, l’urgence de finir d’élaborer la stratégie intégrée pour le Sahel.  Les différents volets de cette stratégie doivent concerner le développement, l’assistance humanitaire et la sécurité, a souligné le représentant de l’Afrique du Sud.  Celui de l’Allemagne a rappelé que la situation au Sahel n’avait été portée à l’attention du Conseil qu’à la fin de l’année dernière, alors que les difficultés auxquelles sont confrontés les pays de cette région sont bien plus anciennes.

Pour le représentant de l’Union africaine, il ne saurait y avoir de solution durable à la crise malienne sans l’adoption d’une approche globale concernant les défis multidimensionnels que connaît toute la région.  Pour le Ministre des affaires étrangères et de la coopération du Maroc, le moment est venu d’asseoir une coopération et une coordination interrégionale inclusive entre les États du Sahel et ceux du Maghreb pour la stabilité de cet espace stratégique de l’Afrique.  « Les différentes organisations, rassemblées ici aujourd’hui, constituent une plateforme idoine pour asseoir une telle coopération », a affirmé le Ministre.

« Les solutions aux défis du Sahel ne peuvent être imposées de l’extérieur.  Elles doivent être portées par les acteurs locaux et régionaux, c’est leur responsabilité », a tenu à rappeler le représentant de la France, en notant que les actions des acteurs locaux et régionaux commencent à porter leurs fruits.

PAIX ET SÉCURITÉ EN AFRIQUE

Le Sahel: Vers une approche plus globale et mieux coordonnée

Lettre datée du 5 décembre 2012, adressée au Secrétaire général par le Représentant permanent du Maroc auprès de l’Organisation des Nations Unies (S/2012/906)

Déclaration présidentielle

      Le Conseil de sécurité réaffirme la responsabilité principale qui lui incombe en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales en vertu de la Charte des Nations Unies et rappelle que la coopération avec les organisations régionales et sous-régionales dans ce domaine, conformément au Chapitre VIII de la Charte, est un important pilier du système de sécurité collective.

Le Conseil réaffirme son ferme attachement à la souveraineté, à l’intégrité territoriale, à l’indépendance et à l’unité des pays de la région du Sahel.

Le Conseil exprime sa préoccupation concernant les problèmes sous-jacents qui règnent dans la région du Sahel et s’intéresse de près aux problèmes de sécurité et aux enjeux politiques complexes auxquels celle-ci fait face, lesquels sont fortement liés à des problèmes humanitaires et à des difficultés de développement, ainsi qu’aux effets néfastes des changements climatiques et écologiques.

Le Conseil demeure gravement préoccupé par l’insécurité et la grave crise humanitaire qui continue de sévir dans la région du Sahel, que viennent compliquer la présence de groupes armés, y compris de mouvements séparatistes et de réseaux terroristes et criminels, et la multiplication de leurs activités, ainsi que la prolifération continue d’armes en provenance de la région et d’ailleurs, qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité des États de la région, et souligne à cet égard qu’il importe de mettre en œuvre toutes les résolutions pertinentes du Conseil, notamment celles concernant les embargos sur les armes.

Le Conseil exprime de nouveau sa profonde inquiétude quant aux conséquences de l’instabilité dans le nord du Mali pour la région et au-delà, et souligne la nécessité de faire rapidement face à cette crise selon une approche globale et stratégique, afin de garantir l’intégrité territoriale du Mali et rétablir la stabilité du pays, et d’éviter que les États du Sahel ne soient davantage déstabilisés.

Le Conseil est vivement préoccupé par la présence de plus en plus solidement établie, au Sahel, d’éléments terroristes, notamment d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), de groupes qui lui sont affiliés et d’autres groupes extrémistes, et ses conséquences pour les pays de la région et au-delà.

Le Conseil demeure préoccupé par la grave menace que représentent la criminalité transnationale organisée dans la région du Sahel et les liens de plus en plus étroits qu’elle entretient parfois avec le terrorisme.

Le Conseil condamne fermement les violations des droits de l’homme commises dans la région par des groupes terroristes et d’autres groupes extrémistes, notamment les violences contre les civils, en particulier les femmes et les enfants, les exécutions extrajudiciaires et arbitraires, les prises d’otage, le trafic d’êtres humains et le recrutement d’enfants soldats.

Le Conseil répète qu’il condamne fermement la profanation, la dégradation et la destruction de sites de caractère sacré, historique ou culturel, particulièrement mais pas seulement ceux désignés comme étant des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont la cité de Tombouctou.

Le Conseil se félicite des initiatives et mesures prises par les États du Sahel, de l’Afrique de l’Ouest et du Maghreb, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, l’Union du Maghreb arabe, la Communauté des États sahélo-sahariens, les partenaires internationaux tels que l’Union européenne et l’Organisation de la coopération islamique, ainsi que l’Organisation des Nations Unies, pour s’attaquer aux problèmes complexes et multidimensionnels auxquels la région du Sahel fait face, mais souligne qu’il importe de renforcer la coopération transrégionale, interrégionale et internationale sur la base d’une responsabilité commune et partagée.

Le Conseil réaffirme, à cet égard, qu’il faut renforcer et généraliser d’urgence la coopération et la coordination entre les États du Sahel et ceux du Maghreb ainsi qu’au sein de chaque région, en collaboration avec les organismes compétents des Nations Unies et les partenaires régionaux et internationaux, afin de lutter contre les activités d’AQMI et d’empêcher la progression des éléments d’AQMI et des groupes qui lui sont affiliés dans les régions du Sahel et du Maghreb, et au-delà, ainsi que pour combattre la prolifération de toutes les armes et la criminalité transnationale organisée, y compris les activités illicites telles que le trafic de stupéfiants.

Le Conseil salue l’action menée et les efforts consentis par les organismes, entités et organes subsidiaires compétents des Nations Unies et par d’autres organisations internationales, régionales et sous-régionales pour renforcer les capacités des États du Sahel, et les exhorte à redoubler d’efforts pour fournir à ces pays, à la demande de ces derniers, une assistance en vue de contribuer à la sécurité et à la maîtrise des armements, et de lutter contre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme.

Le Conseil souligne à nouveau qu’il faut adopter une stratégie renforcée, globale et plus régionale de l’aide humanitaire en faveur des populations qui ne bénéficient pas de la sécurité alimentaire et qui sont touchées par les conflits ou déplacées, dans le respect du droit international et des principes directeurs applicables en matière d’aide humanitaire, et insiste sur la nécessité d’appeler l’attention sur le caractère structurel et chronique de l’insécurité alimentaire et de la crise nutritionnelle dans la région du Sahel, et de s’attaquer aux causes sous-jacentes des situations d’urgence humanitaire chroniques récurrentes ainsi que de renforcer les mécanismes régionaux d’alerte rapide et de réduction des risques de catastrophe.

Le Conseil loue les efforts du Coordonnateur régional des secours humanitaires pour le Sahel du Bureau de la coordination des affaires humanitaires et d’autres institutions en vue d’apporter l’assistance nécessaire et de faire connaître l’ampleur des problèmes qui frappent le Sahel. Il se félicite également de l’appui des pays de la région et d’autres, plus éloignés.

Le Conseil estime que le renforcement des institutions publiques, le développement économique et social, et le respect des droits de l’homme et de la primauté du droit sont autant d’éléments indispensables pour assurer, à long terme, la sécurité, le développement et la stabilité dans la région du Sahel.

Le Conseil estime également qu’il importe d’adopter une approche globale qui embrasse les questions de sécurité et de développement ainsi que les questions humanitaires, et qui soit de nature à répondre aux besoins immédiats de la région du Sahel ainsi qu’à ceux qui s’inscrivent dans une perspective à plus long terme.

Le Conseil se félicite de la tenue, à l’initiative du Secrétaire général, d’une Réunion de haut niveau sur le Sahel, le 26 septembre 2012, en marge de la soixante-septième session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le Conseil se félicite également de la réunion que l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahel a tenue à Rome le 7 décembre 2012, laquelle a permis de définir des mesures concrètes et coordonnées propres à faciliter le règlement des multiples crises que connaît la région du Sahel.

Le Conseil engage l’Envoyé spécial à continuer d’œuvrer à coordonner l’action menée aux niveaux bilatéral, interrégional et international en faveur de la région du Sahel, et à mener un dialogue constructif avec les représentants des organisations régionales et sous-régionales, des partenaires bilatéraux et des pays de la région.  À cet égard, il souligne qu’il importe que toutes les entités des Nations Unies opérant dans la région du Sahel appliquent une stratégie cohérente, globale et coordonnée et coopèrent en vue d’optimiser les synergies.

Le Conseil réitère la demande qu’il avait formulée dans sa résolution 2056 (2012) et prie le Secrétaire général et son Envoyé spécial de mettre la dernière main, dans les meilleurs délais, à la stratégie intégrée de l’ONU pour la région du Sahel touchant les questions de gouvernance, de sécurité, de droits de l’homme et de développement et les questions humanitaires.

Déclarations

M. BAN KI-MOON, Secrétaire général des Nations Unies, a indiqué que la situation au Mali s’inscrivait dans le contexte plus large d’une crise systémique et prolongée dans toute la région du Sahel.  « Ce qui se déroule en ce moment même au Mali peut avoir des conséquences pour toute la région », a-t-il prévenu, en soulignant que la réponse à apporter au Mali, pour être efficace, doit également viser à relever les défis qui menacent la région tout entière.

« Tous les signaux sont au rouge dans la région du Sahel », a ensuite affirmé M. Ban, en citant notamment l’instabilité politique, les activités terroristes, le trafic de drogues et la contrebande d’armes parmi les menaces à la paix et à la sécurité.  Le Secrétaire général a ajouté que les conditions climatiques extrêmes et la fragilité des économies aggravaient davantage la vulnérabilité des pays de la région.  Cette année, a-t-il précisé, 18,7 millions de personnes ont été touchées par l’insécurité alimentaire.

« Les gouvernements et les peuples du Sahel ont besoin de notre plein appui », a insisté M. Ban, qui a rappelé que les Nations Unies avaient recueilli plus d’un milliard de dollars pour aider les pays de la région à répondre aux besoins immédiats de la population.

Le Secrétaire général a ensuite indiqué que l’indispensable renforcement de la résilience de la région exigeait une coordination des efforts du système des Nations Unies et une mise en cohérence des initiatives nationales et des approches régionales.

« La résolution 2056 du Conseil reconnaît la nécessité d’élaborer une stratégie intégrée au Mali, afin de répondre à tous les aspects de la crise », a mentionné M. Ban, en rappelant qu’il avait nommé, il y a deux mois, M. Roman Prodi en tant qu’Envoyé spécial pour la région du Sahel.

Rappelant ensuite qu’il avait lancé l’initiative « Énergie renouvelable pour tous », le Secrétaire général a estimé que la région du Sahel, pourvu que soient apportés le soutien et les investissements nécessaires, pourrait être le parfait exemple, à l’enseigne du monde, d’une utilisation fructueuse de l’énergie solaire.

Avant de conclure, M. Ban a exhorté la communauté internationale à continuer d’appuyer les efforts visant à développer une stratégie intégrée au Sahel.  « Nous ne pouvons pas nous permettre de relâcher nos efforts tant que la paix et la stabilité ne seront pas de retour dans la région », a-t-il dit.

M. ROMANO PRODI, Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahel, a confié qu’il s’était à la fois senti honoré et effrayé lorsqu’il avait été contacté par M. Ban Ki-moon: honoré pour la confiance que l’on plaçait en lui et effrayé par le défi à relever.  « Il s’agit d’un défi que nous pouvons uniquement remporter que si nous sommes unis en œuvrant pour la réalisation du même objectif », a-t-il souligné.  En premier lieu, rien ne peut être fait tant que l’unité du Mali n’aura pas été rétablie, a-t-il estimé, en lançant immédiatement un processus qui permettra l’organisation d’élections libres et transparentes dès que possible.  Parmi les actions à envisager pour faire face au problème, il convient d’apporter d’urgence une assistance humanitaire, de susciter une confiance renouvelée au sein des populations sahéliennes, et d’attirer l’attention internationale afin de pouvoir obtenir un soutien financier et politique.  Il a défini quatre axes de travail: la paix et la sécurité, la stabilité politique, l’aide humanitaire et le développement à long terme.

Durant les premières semaines de son mandat, M. Prodi a précisé qu’il avait eu des contacts élargis avec les dirigeants des pays et des institutions concernés.  Il a rappelé qu’il avait convoqué une réunion à Rome afin de permettre aux parties prenantes d’échanger leurs points de vue, tout en approfondissant les moyens par lesquels les émissaires spéciaux et les médiateurs pouvaient coordonner au mieux leur action.  M. Prodi a estimé que le résultat en a été « extrêmement positif »: « La coordination et l’intégration ont été perçues non pas comme une éventualité mais comme une nécessité ».

M. Prodi a indiqué qu’il se rendra dans la région pour la troisième fois la semaine prochaine, en compagnie du Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest, M. Saïd Djinnit.  « Il est clair que nos interlocuteurs ne peuvent être seulement des responsables politiques: nous avons face à nous l’ensemble de la société et c’est pourquoi, nous engagerons le dialogue avec toutes ses composantes: intellectuels, dignitaires religieux, femmes, entrepreneurs, représentants de tribus. »

L’Envoyé spécial a rappelé que les défis auxquels étaient confrontées les communautés sahéliennes concernent la dégradation de l’environnement, le chômage des jeunes, la gestion de l’eau, la faiblesse des institutions, le trafic d’êtres humains, la criminalité transnationale organisée et le terrorisme.  Il n’a pas caché que pour être efficace dans ces domaines, des ressources étaient nécessaires, « ce qui constitue un défi supplémentaire ».  M. Prodi a annoncé qu’un sommet de tous les pays et institutions disposés à soutenir une action humanitaire d’urgence serait organisé très bientôt.  Il a également estimé que la création d’un fonds spécial pour le Sahel était nécessaire.

Une première étape de l’intervention doit viser à alléger les souffrances et à répondre aux besoins des populations; dans une deuxième phase, il s’agit de mobiliser des ressources pour améliorer les infrastructures de la région afin d’impulser le développement à long terme.  M. Prodi a dit compter sur les capacités de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ainsi que sur celles des fonds souverains du Golfe et de la Chine.  Dans les deux phases, M. Prodi a déclaré qu’il comptait sur l’appui du Conseil de sécurité et de la communauté internationale.  Cet appui ne saurait en aucun cas se substituer à l’exigence d’une bonne gouvernance, a-t-il souligné.  Cela implique que le rôle des autorités locales est tout aussi fondamental.  C’est la raison pour laquelle l’Envoyé spécial de l’Union africaine, le Président Pierre Buyoya, et lui-même prévoient d’organiser dans un proche avenir un sommet des pays de la région du Sahel afin de mieux connaître leurs desiderata en ce qui concerne la définition d’une stratégie pour la région.

Mais tout cela ne pourra être mis en œuvre que s’il y a consensus entre les dirigeants du Mali.  « Il convient d’identifier et de soutenir un seul et unique centre de décision au Mali.  Il s’agit d’un point fondamental, même s’il n’est pas facile à atteindre », a-t-il reconnu.  « Un leadership fort est nécessaire pour négocier avec le nord », a-t-il dit.  La deuxième étape consiste à identifier des interlocuteurs nordistes acceptables dans le cadre d’un dialogue.  Les Maliens doivent conserver l’entière responsabilité du processus, a rappelé M. Prodi, en soulignant que la communauté internationale devrait jouer le rôle important et indispensable de facilitateur.  Elle devrait également encourager la coopération du Mali avec les pays voisins.

Sur le plan militaire, toute opération éventuelle doit être préparée avec les instruments nécessaires et en prenant tout le temps nécessaire, si l’on entend être crédible, a rappelé l’Envoyé spécial.  Compte tenu des conséquences néfastes de toute action militaire, tous les efforts possibles doivent être menés pour que les objectifs fixés soient atteints de manière pacifique, a-t-il ajouté.  Quant aux élections, elles doivent se tenir le plus vite possible, ce qui implique de lancer dès à présent la préparation technique nécessaire.

M. Prodi a déclaré que si l’on entendait contribuer à réunifier le pays, il était nécessaire d’avoir conscience que les tensions entre le sud et le nord ne dataient pas d’aujourd’hui mais qu’elles remontaient à plusieurs décennies.  Par conséquent, un programme de décentralisation est nécessaire, tout en préservant l’unité du pays, a-t-il dit.  S’agissant de l’étendue de cette décentralisation, il a estimé qu’il incombait aux Maliens eux-mêmes d’en décider, avec les conseils de la communauté internationale.

En conclusion, M. Prodi a rappelé que le problème malien pouvait s’étendre à toute la région, les efforts à entreprendre devant viser à préserver le Sahel dans son ensemble.  Il a insisté sur le fait que, comme l’a souligné le Secrétaire général, toute action militaire devrait être entreprise après une analyse et une préparation minutieuses.  Elle devra s’inscrire dans un processus politique négocié s’attaquant aux racines du problème.  M. Prodi a estimé que les défis actuels peuvent être relevés.

M. ANTONIO GUTERRES, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a rappelé que la Convention de l’Union africaine sur la protection et l’assistance des déplacés internes en Afrique, appelée Convention de Kampala, venait d’entrée en vigueur, en précisant que plusieurs pays de la région du Sahel, dont le Mali, l’avaient ratifiée.  Presque 350 000 Maliens ont été forcés de quitter leur foyer depuis le début de l’année 2012 et beaucoup d’entre eux ont cherché refuge dans les pays voisins, dans une région déjà très affectée par la sécheresse et l’insécurité alimentaire, a-t-il expliqué.  De plus, l’insécurité dans le nord, où 200 000 personnes sont déplacées, ralentit l’accès pour les institutions humanitaires et de graves violations des droits de l’homme ont été enregistrées.

La crise au Mali ne doit pas être isolée du contexte régional, empreint de graves problèmes allant de l’insécurité alimentaire à la fragilité institutionnelle, et c’est le Sahel dans son ensemble qui exige l’attention et le soutien de la communauté internationale, a fait observer le Haut-Commissaire.  Il s’est félicité de la générosité et de l’engagement de l’Algérie, du Burkina Faso, de la Guinée, de la Mauritanie, du Niger et du Togo pour la protection des réfugiés maliens et a affirmé que ces pays méritaient une plus grande solidarité internationale pour gérer cette crise humanitaire.

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés et ses partenaires font face à des problèmes d’accès et d’insécurité, y compris de risque d’enlèvement, pour venir en aide aux réfugiés, souvent isolés dans des zones arides et dans des zones frontalières où ils sont exposés au risque d’un enrôlement de force dans les groupes armés extrémistes et où l’autorité de l’État est absente.  Face à cette situation explosive, un État réformé et ouvert à toutes les communautés est nécessaire, a estimé M. Guterres, en plaidant pour des efforts de médiation, un engagement des pays de la région et un large consensus national, régional et mondial. 

M. Guterres a prié la communauté internationale d’examiner trois points clefs pour la stabilité du Sahel, en précisant qu’une intervention militaire augmenterait le nombre de personnes déplacées et aggraverait la crise humanitaire; qu’un espace humanitaire indépendant de l’espace civil et militaire de toute force internationale était nécessaire; et que les personnes déplacées devraient être prises en considération dans la préparation de la transition politique et de la stratégie postconflit.  Le Haut-Commissaire a conclu en exprimant sa confiance envers l’Envoyé spécial du Secrétaire général, M. Romano Prodi, et ses efforts pour une stratégie de l’ONU intégrée dans la région du Sahel.

M. CHARLES KOFFI DIBY, Ministre d’État, Ministre des affaires étrangères de la Côte d’Ivoire et Président du Conseil des ministres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a tout d’abord abordé la future stratégie régionale intégrée des Nations Unies pour le Sahel, en indiquant qu’un accent particulier devra être mis sur le renforcement de la coopération et de la coordination interrégionale et internationale afin de répondre aux menaces multidimensionnelles auxquelles la région est confrontée.  Il a cité parmi ces menaces la prolifération d’armes et de petit calibre, la traite d’êtres humains, les déplacements forcés de population, la paupérisation des populations du fait des conditions climatiques extrêmes, les violations des droits de l’homme et la présence accrue de groupes terroristes.  « Face à toutes ces menaces, il importe que la stratégie intégrée soit très rapidement élaborée, soutenue par tous et mise en œuvre », a-t-il insisté.

Concernant la crise multidimensionnelle au Mali, « point culminant des maux dont souffre le Sahel », le Ministre a de nouveau souligné l’urgence que le Conseil de sécurité autorise le déploiement de la Mission internationale de soutien sous conduite africaine au Mali (MISMA) et les soutiens logistiques et financiers nécessaires.  « Cette requête est faite d’une seule voix par tout le continent africain », a assuré M. Diby, qui a indiqué que le déploiement de la MISMA était vitale pour restaurer l’intégrité territoriale du Mali et mettre fin à la présence terroriste dans la région.  « Il est indispensable que la résolution du Conseil autorisant le déploiement de la MISMA soit adoptée dans les prochains jours », a-t-il souligné, en mettant en garde que tout retard supplémentaire était de nature à renforcer la position des terroristes.  « La facture à payer pour les déloger n’en sera que plus élevée pour nous tous », a fait remarquer M. Diby avant de conclure.

M. SAAD-EDDINE EL OTMANI, Ministre des affaires étrangères et de la coopération du Maroc, a rappelé que des indications concrètes de l’existence des défis à surmonter dans la région du Sahel avaient commencé à émerger, il y a quelques années de cela, sans que la communauté internationale ne prenne les mesures nécessaires.  Concernant la situation au Mali, dont les deux tiers du territoire sont occupés par des groupes terroristes et des mouvements armés et séparatistes, le Ministre a exhorté le Conseil à agir rapidement en assurant son soutien au Mali.  « Tout retard dans la résolution de cette crise grave ne fera que renforcer l’emprise des réseaux terroristes », a-t-il affirmé.

« La priorité devrait être accordée à soutenir l’État malien sur tous les plans afin de restaurer l’intégrité territoriale du pays et faire face aux entités qui menacent sa stabilité, dont Al-Qaida dans le Maghreb islamique (AQMI) et le Mouvement de l’Unicité et du Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) », a assuré M. El Otmani, qui a souhaité que le Conseil de sécurité réponde favorablement, et dans les plus brefs délais, à la demande formulée d’une seule voix par le continent africain afin d’aider le Mali à lutter contre ces menaces.

Tout en appelant la communauté internationale à renforcer son soutien aux États de la région du Sahel, le Ministre a estimé que le moment était venu pour asseoir une coopération et une coordination interrégionale inclusive entre les États du Sahel et les États du Maghreb pour la stabilité de cet espace stratégique de l’Afrique.  « Les différentes organisations, rassemblées ici aujourd’hui, constituent une plateforme idoine pour asseoir une telle coopération », a affirmé M. El Otmani.

Le Ministre a en outre souligné les défis économiques, sociaux et humanitaires auxquels font face les États du Sahel et plaidé pour qu’une réponse soit apportée pour répondre à la fréquence des crises alimentaires, et ce, par le biais d’une approche globale et plus régionale de l’assistance humanitaire.  « La clef de voûte pour faire face aux défis de la région est le développement durable de l’espace du Sahel », a-t-il souligné.  « Les crises multidimensionnelles et interconnectées du Sahel, qui doivent être abordées suivant une approche holistique et intégrée, exigent des mesures urgentes », a insisté le Ministre, qui a rappelé que le temps jouait en faveur des groupes terroristes et criminels.

Mme MARÍA ANGELA HOLGUÍN, Ministre des affaires étrangères de la Colombie, a déclaré que la région du Sahel était confrontée à des problèmes d’ordre structurel, aggravés depuis une année par la détérioration des conditions en termes de sécurité, l’instabilité politique et social, et une sécheresse inhabituelle, de même que par un trafic illégal d’armes, l’exacerbation de diverses formes de criminalité transnationale organisée et le terrorisme.  Des crises alimentaire et humanitaire et des violations accrues des droits de l’homme en ont résulté, a-t-elle constaté.  L’ampleur de la crise dans la région du Sahel exige que des mesures, qui tiennent compte de la situation propre à chaque État, soient prises en faveur de la région tout entière.  Pour ce faire, l’action du Conseil devrait reposer sur deux piliers: la reconnaissance de l’appropriation nationale dans la recherche de solutions aux divers problèmes qui se posent au Sahel, et une coopération étroite et coordonnée avec les organisations tant régionales que sous-régionales, a expliqué Mme Holguín.  Ces organisations, a-t-elle estimé, disposent des outils nécessaires pour parvenir à un consensus en vue de définir une stratégie qui réponde à cette situation.

« Il est essentiel que les autorités nationales se mettent d’accord et définissent des stratégies claires et spécifiques répondant aux besoins et aux aspirations de la population, jouissant du soutien nécessaire des différents secteurs de la société, et tendant vers des solutions structurelles à long terme, a-t-elle ajouté.

Dans le domaine de la sécurité, la Ministre colombienne des affaires étrangères a appelé à une action coordonnée axée pour assurer la sécurité le long des frontières entre les États de la région.  Les groupes criminels et les organisations terroristes tirent profit de la porosité des frontières pour mener aisément leurs activités, a-t-elle fait observer, avant d’encourager les pays concernés « à créer des mécanismes d’échange de renseignements et d’expériences, élaborer des cadres communs d’assistance juridique, et renforcer le contrôle frontalier ».  Il conviendrait, par ailleurs, que les Nations Unies et la communauté internationale concentrent leurs activités dans la région sur le renforcement des capacités nationales et institutionnelles, dans le cadre d’une approche générale et à long terme, qui prennent en considération tous les aspects des problèmes qui affectent le Sahel.  Concernant le Mali, elle a invité le Conseil à agir « de manière urgente, pour résoudre les questions en suspens et faire en sorte que les dirigeants du pays et de la région disposent de mécanismes et de ressources leur permettant de résoudre la crise au Mali et son impact sur le Sahel ».

M. ELLIOT OHIN, Ministre des affaires étrangères et de la coopération du Togo, a indiqué que l’objectif de cette rencontre, qui consiste à explorer les voies pour aller « vers une approche plus globale et coordonnée » de la question du Sahel, était tout à fait opportun, compte tenu des circonstances.  Le Togo se réjouit du travail entrepris par le Secrétaire général de l’ONU pour doter la région d’un plan stratégique intégré dont les objectifs principaux visent à optimiser les actions de l’ONU pour la résolution, à terme, des multiples défis qui se posent à cette région.  « Le Togo apprécie, tout particulièrement, l’approche intégrée adoptée par notre Organisation commune dans le cadre de cette stratégie », a poursuivi le représentant.  Il a ensuite souligné toute l’importance de ne pas perdre de vue l’impact de la situation dans le Sahel sur les régions d’Afrique de l’Ouest, du Centre, de l’Est sur le Maghreb, du point de vue de la crise alimentaire et de l’insécurité.  La définition des priorités, les approches de solutions et leurs modalités de mise en œuvre doivent, en effet, prendre en compte les répercussions sur les autres régions.  M. Ohin a ensuite rappelé qu’il ne saurait y avoir de développement ou de bonne gouvernance sans stabilité et sécurité.

Le Ministre a réitéré les vives préoccupations de son gouvernement face à la situation dans le nord du Mali et a appelé l’ensemble de la communauté internationale pour qu’elle envisage la mise en œuvre du principe universel de secourir les populations vulnérables.  Le devoir de protéger qu’il incombe de mettre en avant se justifie par le fait que l’exigence minimale de la sécurité humaine, la protection des personnes et des biens, sont les corollaires indispensables pour la sécurité de l’État et la stabilité des institutions, a affirmé le Ministre.  Le Conseil de sécurité, en adoptant la résolution 2071, a franchi un pas déterminant et marqué, de façon claire, sa disponibilité à faire prévaloir les droits de l’hommes et la démocratie sur l’obscurantisme, l’intégrisme religieux et le terrorisme, le dialogue sur la force, a-t-il souligné.  Cependant, les groupes armés au nord du Mali, a-t-il fait observer, ont manifestement choisi une autre voie, celle de fouler aux pieds la dignité humaine.  « Il est donc impérieux que le Conseil se décide à redonner espoir aux Maliens, particulièrement ceux vivant dans le nord du pays, en adoptant une nouvelle résolution, celle qui autorise le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) », a-t-il insisté.  Avant de conclure, le Ministre a indiqué qu’un mécanisme regroupant tous les acteurs concernés, sous la coordination des Nations Unies, devrait s’atteler aux problèmes du Sahel.  Le Togo, qui se félicite de la nomination, par le Secrétaire général de l’ONU, de M. Romao Prodi en tant qu’Envoyé spécial pour le Sahel, invite celui-ci à travailler de concert avec les autres envoyés spéciaux dans la région, y compris l’Envoyé spécial de l’Union africaine pour le Mali, en vue de la recherche de solutions aux multiples problèmes que connaît la région du Sahel.

Mme SUSAN RICE (États-Unis) a déclaré que la communauté internationale demeurait confrontée à un défi au Mali qui débordait bien au-delà des frontières de ce pays.  « Nous avons besoin par conséquent d’une solution globale en mobilisant les acteurs pertinents dans le cadre de la Stratégie des Nations Unies pour le Sahel », a-t-elle ajouté.  Il s’agit de développer le Sahel en en faisant une région stabilisée.  Il convient cependant de considérer tous ces problèmes dans le contexte général de la région, a-t-elle ajouté, en notant que les problèmes internes étaient en effet exacerbés par des facteurs externes, tels que la criminalité transnationale organisée ou les changements climatiques.

L’inclusion du facteur humanitaire et des droits de l’homme doivent être pris en compte dans toute opération militaire éventuelle, a reconnu Mme Rice.  L’influence des groupes terroristes ne cesse de s’étendre, a-t-elle constaté.  On pourra uniquement y faire face de manière unie, a-t-elle rappelé.  Mme Rice a souligné l’importance d’adopter une politique commune concernant les rançons exigées lors des prises d’otages afin de parvenir à couper les sources de financement des groupes terroristes.  Les États-Unis se sont engagés à verser plus de 400 millions de dollars au titre de l’aide humanitaire en 2012, a-t-elle indiqué.  Le chemin qui reste à parcourir sera long pour faire face à la situation dans la région du Sahel, a-t-elle averti, en se déclarant convaincue que seul un programme multidimensionnel complexe, établi dans le cadre d’une stratégie coordonnée, contribuera à trouver une solution à cette situation.

M. STEPHEN O’BRIEN, Envoyé spécial du Royaume-Uni pour le Sahel, a tout d’abord souligné les faibles capacités des États de la région et la porosité de leurs frontières avant de détailler les nombreux défis auxquels font face ces États.  Le Sahel est l’une des régions les plus pauvres du monde, a-t-il rappelé, avant de plaider, dans le droit fil de l’intervention du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), M. Antonio Guterres, pour l’adoption d’une approche intégrée dans la fourniture de l’assistance alimentaire. 

M. O’Brien a ensuite indiqué que les actes violents commis au nom de la religion ne reflétaient pas l’islam pacifique pratiqué par les populations de la région.  « Il faut collaborer avec tous les interlocuteurs acceptables afin de combattre les fléaux du terrorisme et des réseaux criminels », a-t-il insisté.  L’Envoyé spécial du Royaume-Uni a ensuite indiqué que son pays avait engagé plus de 80 millions de dollars pour appuyer les efforts entrepris par les pays de la région du Sahel.  « L’Organisation des Nations Unies doit montrer la voie aux pays de la région du Sahel en adoptant une approche intégrée », a-t-il déclaré, en soulignant l’urgence à agir.

M. YASHAR ALIYEV (Azerbaïdjan) a déclaré que, pendant des années, la région du Sahel avait été marquée par des problèmes politiques, sécuritaires, économiques, sociales et humanitaires complexes.  La vague récente de violences, ainsi que l’infiltration de groupes armés, de réseaux terroristes et criminels dans la région, ont sapé davantage la stabilité des pays du Sahel et rendu encore plus difficiles les conditions de vie des habitants.  Le ferme engagement de la communauté internationale en faveur du respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’unité et de l’indépendance politique des pays du Sahel est une condition essentielle pour faire face à la situation, a affirmé le représentant.  Il a fait sienne la position du Secrétaire général selon laquelle les dimensions politiques, sécuritaires, humanitaires et des droits de l’homme de stratégie intégrée, qui devrait être adoptée pour faire face à la crise au Mali, soient coordonnées et renforcées. 

L’Azerbaïdjan soutient les efforts nationaux, internationaux, régionaux et sous-régionaux en faveur d’une réconciliation nationale et de la restauration de l’ordre constitutionnel au Mali.  Le représentant s’est félicité de la mission de haut niveau entre le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et l’Organisation de la coopération islamique, réalisée en octobre dernier et à laquelle son pays avait participé.  Dans le même temps, la situation dans le nord du pays nécessite des mesures urgentes, en particulier en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, pour restaurer l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’unité du pays, a souligné M. Aliyev.  En conclusion, il a déclaré que les efforts de l’Envoyé spécial Romano Prodi étaient indispensables pour parvenir le plus tôt possible à l’adoption par les Nations Unies d’une stratégie intégrée pour le Sahel et s’est félicité, à cet égard, de la détermination du Conseil de sécurité.

M. GÉRARD ARAUD (France) a souligné qu’il était important, au-delà de la situation spécifique du Sahel, de ne pas perdre de vue les problèmes récurrents dans le reste de la région, tant sur les plans humanitaire, sécuritaire et de développement que sur la situation des droits de l’homme.  « Si la situation humanitaire semble s’être stabilisée en 2012 malgré le problème nouveau des 400 000 déplacés et réfugiés provoqué par la crise malienne, le bilan est plus inquiétant dans le domaine sécuritaire et critique en matière de développement et de répartition des richesses », a fait remarquer M. Araud.  Il a rappelé que les groupes armés, grâce à des soutiens occultes, aux trafics et aux prises d’otages, ont prospéré bien avant la crise en Libye, narguant ainsi les gouvernements des pays de la région du Sahel trop démunis pour faire face à des menaces transfrontalières.  Il a précisé que le trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest à destination de l’Europe avait quadruplé ces dernières années, en générant un montant équivalent à 300 millions de dollars par an et en créant un marché inédit de 2,5 millions de consommateurs africains.

M. Araud a estimé que les solutions aux défis du Sahel ne pouvaient être imposées de l’extérieur.  « Elles doivent être portées par les acteurs locaux et régionaux, c’est leur responsabilité », a-t-il insisté avant de saluer des actions qui commencent à porter leurs fruits. Il a rappelé que la France avait consacré, en 2012, près de 30 millions d’euros d’aide au Sahel pour soutenir les populations les plus affectées par la malnutrition.  La France soutient aussi l’initiative AGIR (Alliance globale pour l’initiative résilience au Sahel et en Afrique de l’Ouest) portée par la Commission européenne, la CEDEAO et les pays de la bande sahélienne pour la résilience aux crises alimentaires dans le Sahel, dont l’objectif est de trouver un mécanisme de réponse pérenne.

Il est nécessaire d’offrir les conditions d’une croissance économique durable, bénéficiant à toutes les populations, a souligné l’Ambassadeur Araud.  Il a prévenu que la perspective nécessaire d’une opération militaire pour libérer le nord du Mali ne saurait se substituer à des projets de moyen et long termes visant à aider les États à sécuriser leurs frontières et à lutter contre la criminalité transnationale organisée.  C’est dans ce contexte, a-t-il ajouté, que l’Union européenne avait lancé, en juillet 2012, une mission baptisée EUCAP SAHEL, destinée au renforcement des capacités des forces de sécurité nigériennes et de la coopération régionale.  C’est pour les mêmes raisons, a-t-il insisté, que la France contribue à hauteur de 10 millions d’euros par an à des programmes de coopération en matière de justice et de gouvernance avec les pays du Sahel, sur son enveloppe bilatérale de Fonds spéciaux prioritaires.

Par ailleurs, le représentant de la France s’est réjoui de la nomination de M. Romano Prodi comme Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahel.  Il a estimé que la mission de l’Envoyé spécial était une occasion unique de poursuivre les efforts pour organiser, en interne, le travail des institutions spécialisées, fonds et programmes du système des Nations Unies implantés dans les États du Sahel, afin que ces entités travaillent enfin dans la même direction.  Il a appelé à une stratégie qui tienne compte des spécificités et orientations choisies par chaque pays, à l’image de la stratégie pour le Sahel mise en place par l’Union européenne.  Une autre tâche importante pour l’Envoyé spécial est d’assurer une coordination régulière entre le système des Nations Unies et les autres acteurs engagés sur le Sahel, à commencer par l’Union africaine, les pays du champ et du Maghreb, la CEDEAO mais aussi l’Union européenne et les grands donateurs bilatéraux, a-t-il ajouté avant de conclure.

M. LI BAODONG (Chine) a souligné que la présence de forces extrémistes terroristes menaçant désormais la stabilité de l’ensemble de la région, implique que seule une stratégie intégrée, adoptée sous les auspices des Nations Unies, pourrait contribuer à faire face à la situation, a estimé le représentant de la Chine.  Il faudrait s’attaquer aux racines des maux dont souffre la région, ce qui implique une assistance financière et technique internationale accrue, visant tout d’abord à résoudre la crise alimentaire.  La Chine estime que l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont un rôle de premier plan à jouer, afin de garantir le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États, a-t-il indiqué.

Le représentant a estimé que les différentes institutions des Nations Unies devraient par ailleurs se partager la tâche pour résoudre la crise actuelle.  La communauté internationale ne peut se permettre aucun retard, si elle entend agir rapidement et efficacement, a-t-il souligné.  Le représentant a assuré que la Chine soutenait activement les initiatives des pays de la région pour ramener la paix, notamment en ce qui concerne le déploiement d’une force internationale.  La Chine, qui fournit déjà une aide humanitaire, est disposée à contribuer à une solution aux problèmes du Sahel, a-t-il ajouté.

M. VITALY CHURKIN (Fédération de Russie) a indiqué que la situation au Mali était une menace pour la paix et la stabilité de la région.  Sa délégation, a-t-il dit, est profondément préoccupée par les activités terroristes qui sont menées dans le nord du Mali.  M. Churkin s’est cependant félicité des récents contacts établis entre d’une part certains groupes armés et d’autre part les autorités du Mali.  Ces groupes doivent rompre leurs liens avec les réseaux terroristes, ce qu’il a considéré comme étant la condition sine qua non de tout accord.  Une intervention militaire dans le nord du pays ne peut être qu’une solution de dernier recours, a tenu à rappeler M. Churkin, avant de plaider pour un dialogue politique inclusif entre toutes les parties maliennes.

« La crise en Libye a servi de déclencheur à la crise au Mali », a fait remarquer le représentant de la Fédération de Russie, en estimant que l’arrivée des Touaregs et l’afflux d’armes en provenance de la Libye avaient déstabilisé toute la région du Sahel.  M. Churkin a ensuite souligné l’urgence de respecter l’embargo sur les armes à l’encontre de la Libye, en particulier compte tenu du fait que ce pays possède encore des armes chimiques.  En conclusion, M. Churkin a indiqué que la réponse à apporter aux défis de la région devrait émaner en premier lieu des États de la région, même si l’ONU a un rôle éminent à jouer.

M. JOSÉ FILIPE MORAES CABRAL (Portugal) a déclaré que la crise actuelle trouvait ses racines dans des causes pluridimensionnelles complexes impliquant l’adoption d’une stratégie intégrée.  Il a attiré l’attention sur le fait que l’instabilité ne se limitait pas au Sahel.  Il a noté que les États côtiers étaient aussi concernés, notamment, par les activités de la criminalité transnationale organisée, permettant de financer les groupes terroristes.  L’appui à la région est une réalité, en particulier de la part de l’Union européenne, a-t-il dit, en soulignant aussi le rôle fondamental des institutions multilatérales.  Le représentant a indiqué que le Portugal se félicitait du rôle que joue l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahel, M. Romano Prodi, dans la définition de la stratégie intégrée qui doit impliquer tous les pays de la région, y compris ceux du Maghreb.  Une réponse rapide est nécessaire pour éviter que la crise actuelle ne s’étende à tous les pays de la région, a-t-il insisté.  Si le contrôle de la circulation des armes et des frontières est fondamental, le problème du chômage des jeunes et la nécessité du renforcement des capacités le sont tout autant, a rappelé le représentant du Portugal.  Avant de conclure, il a souhaité une démarche cohérente et coordonnée, en assurant que le « Portugal apportera sa pierre à l’édifice ».

M. MOHAMMAD MASOOD KHAN (Pakistan) a indiqué que le conflit en Libye avait aggravé les difficultés dans la région du Sahel, faisant ainsi du Mali la première victime.  La présence de réseaux terroristes et criminels dans le nord du Mali constitue une menace pour la sécurité et la stabilité de la région, a-t-il poursuivi.  Soulignant les faibles capacités du secteur de la sécurité des États de la région, M. Khan a exhorté la communauté internationale à leur fournir à court terme une assistance efficace.  L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) doit jouer, à ce titre, un rôle important, a-t-il insisté.

Le délégué du Pakistan a affirmé que la stratégie des Nations Unies pour le Sahel devait avoir pour fondement le principe d’appropriation nationale et être élaborée en étroite consultation avec les États de la région.  « Les objectifs poursuivis doivent être réalistes et respecter un équilibre entre besoins immédiats et de long terme », a-t-il estimé.  M. Khan a ajouté qu’une telle stratégie devrait également identifier les ressources financières nécessaires à sa bonne mise en œuvre.  Convaincu que la situation du Mali exigeait l’attention du Conseil de sécurité de manière urgente, M. Khan a indiqué que le Concept stratégique pour les futures opérations pour la Mission de l’Union africaine en Somalieconstituait une base satisfaisante pour répondre à la crise au Mali.  « Une stratégie intégrée des Nations Unies pour la région du Sahel pourrait servir de contrepoids en aidant à endiguer l’extrémisme observé dans la région et à promouvoir le développement économique et social », a déclaré M. Khan avant de conclure. 

M. BASO SANGQU (Afrique du Sud) a indiqué que son pays s’était engagé à aider le Niger, la Mauritanie, le Mali et le Tchad à faire face au déficit alimentaire actuel en fournissant des centaines de tonnes de maïs et des compléments nutritionnels pour les enfants.  Il a souligné que les défis auxquels la région faisait face exigeaient que les États Membres adoptent une approche globale.  Il a souligné qu’il était impératif que la communauté internationale, en partenariat tout d’abord avec les organisations régionales, l’Union africaine et la CEDEAO en premier lieu, mais également avec tous les pays de la région, coopère étroitement pour résoudre les racines des maux du Sahel. 

L’Afrique du Sud estime que les nominations de MM. Prodi et Buyoya, respectivement aux postes d’Envoyé spécial de l’ONU pour le Sahel et d’Envoyé spécial de l’Union africaine pour le Sahel, offrent une occasion unique à la communauté internationale de coordonner ses efforts dans le cadre d’une réponse collective, a indiqué son représentant.  Il les a appelés à finaliser d’urgence la stratégie intégrée pour le Sahel dont les différents volets doivent concerner le développement, l’assistance humanitaire et la sécurité.  S’agissant du Mali, dont les maux sont liés à la situation globale du Sahel, le représentant a assuré que l’Afrique du Sud soutenait pleinement la demande de l’Union africaine et de la CEDEAO de déployer une force militaire dont le rôle serait de reconquérir le nord du pays.

M. GERT ROSENTHAL (Guatemala) a alerté les délégations sur la menace que fait peser la crise malienne sur la paix et la sécurité régionales et mondiales.  Les demandes de plus grande autonomie émanant de groupes touaregs dans le nord du pays mettent à rude épreuve l’intégrité territoriale malienne.  Les lourdes carences du Gouvernement malien rendent en effet plus probable encore une propagation de la crise aux pays limitrophes.  En conséquence, a-t-il expliqué, son pays soutiendra une réponse ferme de la communauté internationale selon les principes dégagés par la proposition (S/2012/894) formulée par le Secrétaire général.  Il a estimé que cette situation nécessitait une coopération accrue et rationnalisée entre les Nations Unies et les institutions africaines. 

M. Rosenthal s’est par ailleurs dit préoccupé par les exactions et les meurtres commis contre des civils innocents par des groupes terroristes qui cherchent à établir des sanctuaires et des zones de non-droit.  Les exécutions sommaires, les amputations, les viols et le recrutement d’enfants soldats figurent parmi les exactions commises par ces groupes et se poursuivront, a-t-il dit, tant que le Gouvernement malien n’aura pas rétabli son plein contrôle sur son territoire.  En outre, la criminalité transnationale organisée est en plein essor avec la résurgence des trafics de drogues et d’armes ainsi que de la traite des personnes.  Ces circonstances créent les conditions d’une nouvelle crise humanitaire nécessitant une réponse rapide et concertée des Nations Unies, a-t-il dit.  Il a, à cet égard, souhaité que les Nations Unies adoptent une stratégie intégrée pour le Sahel.  Cette demande, qui figure au paragraphe 28 de la résolution 2056, avait été faite par son gouvernement, en juillet dernier, a-t-il rappelé.

M. MANJEEV SINGH PURI (Inde) a détaillé les nombreux défis auxquels font face les États du Sahel avant de souligner les conséquences pour toute la région de la détérioration continue de la situation humanitaire et sécuritaire au Mali.  M. Puri a ensuite appelé les Nations Unies à mettre en place une approche intégrée pour la région, et ce, en concertation étroite avec les États et organisations de la région.

Revenant sur la situation au Mali, le délégué de l’Inde a souhaité que le Conseil de sécurité réagisse rapidement à la demande formulée par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union africaine relative au déploiement d’une force d’appui dans le nord du pays.  Un tel déploiement devra, a estimé M. Puri, se faire parallèlement à un dialogue politique renouvelé entre les parties maliennes.  En conclusion, le représentant de l’Inde a réaffirmé que le principe d’appropriation nationale devrait guider l’approche intégrée des Nations Unies pour la région du Sahel, dont il a espéré qu’elle soit adoptée rapidement.

M. PETER WITTIG (Allemagne) a rappelé que la situation au Sahel n’avait été portée qu’à la fin de l’année dernière à l’attention du Conseil, alors que les difficultés que cette région connaît étaient bien plus anciennes.  Le développement du terrorisme et la création de camps d’entraînement dans la région, ainsi que la prolifération des armes doivent être vigoureusement combattus, a souligné le représentant, en assurant que l’Allemagne soutenait des projets visant à lutter contre cette prolifération à la fois dans un cadre bilatéral et au sein de l’Union européenne.  Le changement climatique est un des aspects du problème bien qu’il ait été négligé jusqu’à présent.  La communauté internationale doit intensifier son aide, a estimé le représentant de l’Allemagne.

On ne saurait trop insister par ailleurs sur la nécessité de renforcer les institutions, a déclaré l’Ambassadeur Wittig, tout en appuyant les efforts déployés par les organisations régionales et sous-régionales.  L’Allemagne fournit une assistance technique pour aider les pays de la région du Sahel à renforcer leurs capacités, notamment en ce qui concerne la gestion des données douanières.  Elle soutient aussi un centre de recherche sur les changements climatiques dans la région.  Concernant le renforcement de la coopération entre les États, ainsi qu’avec l’ONU, M. Wittig a assuré que son pays avait déjà pris une série de mesures concrètes qui, a-t-il dit, peuvent s’inscrire dans le cadre de la stratégie intégrée en cours d’élaboration sous la direction de M. Prodi.

M. ANTONIO TÉTE, de l’Union africaine, a indiqué que le débat d’aujourd’hui s’inscrivait dans le prolongement des discussions que le Conseil a eues il y a de cela quelques jours sur le Mali.  Il ne saurait y avoir de solution durable à la crise malienne sans approche globale des défis multidimensionnels que connaît la région du Sahel, a-t-il estimé.  M. Téte a rappelé que le Concept stratégique sur le règlement de la crise au Mali comportait tout un volet consacré à la région du Sahel.  Il a en outre rappelé que l’Union africaine avait immédiatement condamné les attaques lancées à la mi-janvier 2012 par des rebelles armés dans la partie nord du Mali, consciente que de tels développements ne pouvaient qu’aggraver une situation sécuritaire déjà précaire, créer une crise humanitaire et déstabiliser à la fois le Mali et l’ensemble de la région.  « Nos craintes se sont hélas révélées fondées », a affirmé le représentant.  L’Union africaine, a-t-il ajouté, avait très tôt pris conscience de la nécessité d’adopter une approche intégrée traitant de toutes les questions en jeu.  À cet égard, il a rappelé qu’en décembre 2011, la Commission de l’Union africaine avait, conjointement avec les Nations Unies, entrepris une mission conjointe dans les pays du Sahel pour évaluer l’impact de la crise libyenne. 

Le représentant a par ailleurs indiqué qu’à la mi-mars 2012, la Commission de l’Union africaine, en étroite collaboration avec les Nations Unies, avait organisé une réunion d’experts rassemblant les pays de la région, les différentes institutions des Nations Unies et les partenaires internationaux, pour examiner la situation dans la région du Sahel et formuler des recommandations sur l’action à entreprendre.  Il a précisé que cette réunion avait permis d’adopter des conclusions touchant aux aspects politiques, sécuritaires, humanitaires et de développement, ainsi qu’un mécanisme de suivi.  La Commission de l’Union africaine s’emploie à mettre en œuvre ces conclusions et elle a, dans ce cadre, décidé de renforcer sa présence dans la région, en ouvrant des bureaux dans les pays où elle ne dispose pas de représentation et en renforçant les capacités des bureaux existants dans la région, a indiqué M. Téte.  Sur un plan plus programmatique, la Commission s’emploie à développer une approche globale de l’Union africaine, en appui aux efforts des pays de la région, a-t-il précisé.  M. Téte a ensuite souligné qu’en examinant la situation dans la région du Sahel et l’action qu’il convient de prendre, il était impératif de ne pas perdre de vue le fait qu’au cours de ces dernières années, les pays de la région avaient déployé des efforts soutenus, aussi bien individuellement que collectivement, afin de répondre aux défis auxquels ils sont confrontés.  Avant de conclure, le représentant a attiré l’attention du Conseil sur une question de grande préoccupation pour la région et pour l’Union africaine, à savoir le paiement de rançons.  C’est une source majeure de financement pour les terroristes, a-t-il souligné, en demandant à nouveau au Conseil de sécurité d’adopter une résolution interdisant le paiement de rançons aux groupes terroristes.

M. DAVID O’SULLIVAN, de l’Union européenne, a déclaré que le Sahel souffrait non seulement de la crise humanitaire mais également des conséquences du conflit dans le nord du Mali.  « Le temps joue en faveur des groupes terroristes et de la criminalité transnationale organisée », a-t-il averti.  Rappelant l’interdépendance des crises au Mali et dans la région du Sahel, M. O’Sullivan a plaidé pour l’adoption d’une approche intégrée et a encouragé les Nations Unies à finaliser rapidement l’élaboration de cette stratégie.  Il a ensuite détaillé la stratégie de l’Union européenne pour la sécurité et le développement du Sahel, qui est mise en œuvre en concertation étroite avec les États de la région et dont l’objectif est la promotion de la sécurité, de la bonne gouvernance et du développement aux niveaux local, national et régional.  Le rôle de tous les États de la région, y compris des États du Maghreb, est reconnu dans cette stratégie, a-t-il affirmé.

« L’Union européenne avait lancé en juillet 2012 une nouvelle mission afin d’entraîner les forces de sécurité du Niger et de renforcer la coordination régionale avec le Mali et la Mauritanie pour combattre les activités terroristes et criminelles », a rappelé M. O’Sullivan.  Concernant la demande faite par le Gouvernement du Mali à l’Union européenne pour un appui à la modernisation des Forces de défense maliennes, M. O’Sullivan a indiqué que la future mission de l’Union européenne se penchera, en particulier, sur les moyens de restaurer la chaîne de commandement des forces maliennes.  Il a souligné, avant de conclure, le rôle important que pourrait jouer une mission internationale de soutien au Mali, sous la conduite africaine, à condition qu’une telle mission s’inscrive dans un cadre politique inclusif et une approche coordonnée adoptée par les pays voisins.

M. AHMAD ALLAM-MI (Tchad), au nom de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), a indiqué que depuis une dizaine d’années, le Sahel était devenu un passage prisé par les trafiquants en tout genre, impliqués dans le trafic d’êtres humains, de drogues, de cigarettes ou d’armes.  Il a rappelé qu’il n’y avait pas de développement sans sécurité, et que ce constat s’appliquait également au Sahel.  Le Tchad souhaite que les pays de la région, appuyés par la communauté internationale, poursuivent et conviennent d’une meilleure coordination de leurs luttes contre les bandes armées de terroristes et de criminels de tous les genres qui y sévissent.  Toutefois, l’éradication de l’insécurité ne peut suffire, à elle, seule à stabiliser le Sahel sans un vaste programme de développement, dans la mesure où le Sahel est en proie à la sécheresse, à la désertification, ou encore à la famine endémique.

S’agissant de la situation au Mali, le représentant du Tchad a estimé que la partie nord de ce pays frère, tout comme la région du Sahel, est en passe de devenir une véritable et solide base arrière d’opérations de terroristes et d’extrémistes de tous bords, alors que la communauté internationale n’arrive pas à parler d’une même voix et se contente de compromis minimaux.  Pour le Tchad, de tels compromis sont insuffisants pour faire face de manière concrète, urgente et efficace aux défis qui pèsent sur la sécurité de la sous-région et de tout le continent africain, et au-delà.  « Plus le temps passe et plus cette base se renforcera et sera difficilement prenable », a mis en garde le représentant.  S’agissant d’une éventuelle intervention militaire africaine ou internationale au Nord-Mali, le Tchad a comme position de principe de jouer sa partition le moment venu, a indiqué son représentant.  Toutefois, tout en réaffirmant la solidarité de son pays avec le peuple malien, le représentant a assuré que le Tchad adoptera une position définitive lorsque les Maliens, la CEDEAO, l’Union africaine et les Nations Unies parleront d’une même voix.  Le représentant a conclu en indiquant qu’il y avait urgence de porter secours aux populations maliennes qui subissent les exactions des bandes armées et aussi de mettre un terme à une situation qui menace la paix et la sécurité internationales.

Mme SAIDA MENDILI de l’Union du Maghreb arabe, a salué les efforts importants effectués par le Maroc face à la situation au Sahel, en rappelant qu’il était l’un des membres fondateurs de son organisation.  Les groupes armés représentent une menace pour l’ensemble de la région, a-t-elle souligné, en évoquant la présence endémique d’Al-Qaida qui recrute des jeunes dans les pays de la région.  En outre, la contrebande d’armes et de matières illicites ou dangereuses, est facilitée par la difficulté de surveiller complètement les frontières, a fait remarquer Mme Mendili.  La représentante de l’Union du Maghreb arabe a souligné qu’il était essentiel de lancer des campagnes pour récupérer les armes, avec l’assistance des organismes spécialisés des Nations Unies.  Après avoir souligné les diverses menaces qui se posent aux pays de la région, elle a estimé qu’il faudrait redoubler d’efforts, dans le cadre des responsabilités communes aux niveaux régional et international.  À cet égard, une stratégie globale intégrée est nécessaire, a-t-elle dit, en rappelant qu’il n’y avait pas d’autres choix que celui de renforcer la coopération entre les pays de la région, notamment à travers les organisations régionales et sous-régionales, mais également avec les Nations Unies.  Il convient aussi de supprimer les sources du financement du terrorisme, a soutenu la représentante de l’Union du Maghreb arabe, qui a mis l’accent sur la nécessité de s’attaquer aux causes profondes des problèmes actuels.

Mme RITVA REINIKKA, Directrice pour le développement humain à la Banque mondiale, qui s’exprimait au nom du Président de la Banque mondiale, M. Jim Yong Kim, a assuré les membres du Conseil de sécurité que cette institution attachait une grande importance à un solide partenariat avec les Nations Unies dans la région du Sahel, où 19 millions de personnes ont été affectées par l’accès réduit à l’alimentation en raison de la sécheresse qui avait sévi en 2011.  Le conflit et l’insécurité ont particulièrement affecté l’acheminement de l’assistance humanitaire et le développement au nord du Mali, pays également touché par les changements climatiques et une pluviométrie variable.  La crise institutionnelle et sécuritaire à l’issue du coup d’État militaire en mars dernier ont fait que la situation va de mal en pis dans le pays, a-t-elle souligné, en précisant qu’à présent, quelque 4,6 millions de personnes sont menacées par l’insécurité alimentaire, dont 1,6 million vivent dans les régions septentrionales en proie au conflit.  Plus de 450 000 personnes ont fui leurs foyers depuis le début du conflit et le nombre de déplacés à l’intérieur est estimé à 119 000, a-t-elle indiqué.

Face à cette situation, la Banque mondiale fournit un appui pratique en vue d’aider les groupes vulnérables à confronter cette crise et s’apprête à mettre en place des programmes d’éducation de base et filets de sécurité, a assuré Mme Reinikka.  Elle s’emploie également à créer des synergies avec ses partenaires, notamment avec l’UNICEF et le Programme alimentaire mondiale, d’une part, et avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ou encore l’Union africaine-NEPAD, ainsi qu’avec plusieurs agences bilatérales et multilatérales, a-t-elle précisé.

M. YOUSSOUF OUÉDRAOGO, Banque africaine de développement (BAD), a indiqué que la Banque répondrait présente à toutes les initiatives que pourrait prendre l’Envoyé spécial pour le Sahel, M. Romano Prodi.  Rappelant que, depuis trop longtemps, le Sahel était affecté par des conflits d’intensité variable, il a assuré que la Banque soutenait une stratégie globale et intégrée pour la région.  Il a ensuite détaillé les actions entreprises par la BAD, afin de faire de la région du Sahel une zone de développement, alors que le rythme des sécheresses s’est récemment accéléré. 

M. Ouédraogo a mis l’accent sur un programme doté de 500 millions de dollars que la Banque a établi en vue de renforcer la résilience des économies des pays du Sahel, dont la mise en œuvre devrait commencer en 2014.  Il a également détaillé les initiatives prises pour améliorer les infrastructures et désenclaver les économies de la région, ainsi que les projets, dont une vingtaine est en cours d’exécution, visant à mieux gérer les ressources en eau.  Le Mali, a rappelé M. Ouédraogo, était considéré, il y a encore un an comme un pays exemplaire.  La Banque s’est aujourd’hui engagée à contribuer au règlement à long terme de la crise au Mali.

M. UFUK GOKCEN, Organisation de la coopération islamique (OCI), a tout d’abord condamné les atrocités perpétrées par les groupes terroristes contre les civils, ainsi que les destructions des sites classés par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), notamment à Tombouctou.  Il a ajouté que l’OCI avait l’intention de nommer un envoyé spécial pour le Mali et le Sahel, afin de contribuer aux efforts régionaux et internationaux visant à régler, par des moyens pacifiques, la crise qui sévit au Mali.

M. Gokcen a ensuite appelé toutes les parties maliennes à s’engager dans le dialogue de médiation en cours, sous les auspices du Burkina Faso.  La création d’une coalition large, basée sur les forces locales, contre les éléments affiliés à Al-Qaida et qui n’appartiennent pas à la région, est nécessaire, a-t-il insisté.  En conclusion, M. Gokcen a plaidé pour une approche intégrée et globale en vue de répondre aux immenses défis posés par la situation sécuritaire, politique, humanitaire, économique et sociale dans la région du Sahel.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.