Libye: le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques condamne fermement l’attaque contre le consulat américain à Benghazi

12 septembre 2012
CS/10760

Libye: le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques condamne fermement l’attaque contre le consulat américain à Benghazi

12/09/2012
Conseil de sécurité
CS/10760
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité                                        

6832e séance – matin


LIBYE: LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT AUX AFFAIRES POLITIQUES CONDAMNE FERMEMENT

L’ATTAQUE CONTRE LE CONSULAT AMÉRICAIN À BENGHAZI


Le représentant libyen confirme la volonté

de son pays de traduire en justice les auteurs de cet acte


Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, a exprimé, ce matin devant le Conseil de sécurité, la ferme condamnation des Nations Unies de l’attaque perpétrée contre le consulat des États-Unis à Benghazi, en Libye, qui a coûté la vie à l’Ambassadeur, John Christopher Stevens, et à trois autres diplomates américains. 


« Hier le monde a vu un triste rappel des défis que rencontrent non seulement les Libyens mais aussi ceux qui, au sein de la communauté internationale, sont engagés dans l’appui aux efforts de transformation de la Libye », a déclaré M. Feltman, qui présentait le rapport du Secrétaire général sur la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL)*.


« Les Nations Unies rejettent la diffamation des religions sous toutes ses formes, mais aucune violence, telle que celle qui a éclaté à Benghazi hier, ne saurait être justifiée.  Nous condamnons dans les termes les plus forts cette attaque », a poursuivi M. Feltman, adressant ses condoléances aux familles et aux proches des victimes, ainsi qu’aux peuples américain et libyen, et ses meilleurs vœux de rétablissement aux blessés.


Auparavant, en début de séance, le Président du Conseil, M. Peter Wittig, de l’Allemagne, avait également exprimé ses sincères condoléances à ses collègues américains, ainsi qu’aux familles et aux proches des victimes.


« Cette organisation, sous la direction du Secrétaire général, est engagée à faire de son mieux pour soutenir la transformation en cours de la Libye et aider les Libyens à réaliser leurs aspirations pour une Libye sûre, démocratique, unie et prospère », a souligné M. Feltman.


« Le Secrétaire général rappelle aux autorités libyennes leurs obligations à protéger les bâtiments et le personnel diplomatiques », a-t-il ajouté, se félicitant des déclarations faites par les autorités libyennes, qui ont assuré que les auteurs de cette attaque seront traduits en justice.


Le représentant de la Libye, M. Ibrahim Dabbashi, a réitéré cette condamnation, tout en réaffirmant la volonté de son gouvernement de tout mettre en œuvre pour poursuivre et traduire en justice les responsables de l’attaque qui, a-t-il dit, « porte gravement préjudice à l’islam ». 


Adressant lui aussi les condoléances les plus sincères de son gouvernement et de son peuple aux familles des diplomates américains et civils, il a précisé que l’enquête était déjà en cours et a insisté sur le fait que la Libye était attachée au respect des Conventions de Vienne sur les protections des missions et personnels diplomatiques et qu’elle ne permettrait à aucun hors-la-loi de mettre en péril la stabilité du pays.  


M. Dabbashi a rappelé la nécessité d’aider la Libye à étendre son autorité sur l’ensemble de son territoire, pour lui permettre de devenir un État stable.


Cet acte, « horrible et tragique », de même que des assassinats de membres du personnel de sécurité à Benghazi, des explosions à Tripoli et des attaques contre des mausolées soufis « montrent bien les défis sécuritaires que rencontrent les autorités en Libye », a expliqué le Secrétaire général adjoint au cours de son exposé.


Pour M. Feltman, le transfert du pouvoir du Conseil national de transition aux 200 membres du Congrès national, le 8 août dernier, a représenté un « moment historique ».  « Pour la première fois en plus de quatre décennies, la Libye a désormais un organe démocratiquement élu », a-t-il dit.  Le lendemain, a-t-il précisé, le Congrès élisait un président, M. Mohamed Youssef el-Maqariaf, et deux vice-présidents.


« Le Congrès devra maintenant régler plusieurs questions prioritaires urgentes », a-t-il ensuite indiqué, citant la nécessité d’initier un dialogue national sur la réconciliation, de renforcer ses capacités à exercer le contrôle du Gouvernement, de prévenir la poursuite d’une corruption devenue systématique et d’adopter une législation de gouvernance locale.  « Il est également essentiel que le Congrès crée des mécanismes à travers lesquels la société civile est assurée d’avoir une voix et d’être consultée sur les questions importantes », a indiqué M. Feltman.


Le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, observe, dans son rapport, que l’élection du Congrès national, qui s’est tenue le 7 juillet, a « marqué un tournant dans la transition démocratique du pays » et a « mis fin à des décennies de dictature ».  « C’est aux responsables libyens qu’il appartient de faire avancer le processus politique », écrit-il, tout en les encourageant ensuite à « faire preuve de la même détermination et du même courage que ceux que le peuple a manifestés afin d’assurer une transition sans heurt et réussie après la révolution et de commencer à reconstruire le pays ».


Le Secrétaire général exhorte les responsables libyens « à prendre rapidement d’importantes mesures pour former un nouveau gouvernement qui associe toutes les parties et qui recueille l’aval du peuple libyen ».  « Ainsi, les problèmes immédiats pourront être effectivement abordés, notamment la difficile instauration d’institutions publiques solides, responsables et modernes, la collecte des armes et l’intégration des révolutionnaires dans les institutions chargées de la sécurité, autant d’éléments qui feront avancer le pays sur la voie de la démocratie, de la réconciliation nationale et de la stabilité à long terme. »


Aujourd’hui, a souligné M. Feltman, le Congrès national libyen se prononcera pour désigner le premier ministre, lequel devra lui présenter un cabinet pour approbation, dans les deux mois.


« Les Nations Unies continuent d’encourager l’adoption de mécanismes consultatifs transparents et inclusifs en vue de gérer l’ensemble du processus de développement constitutionnel », a également déclaré le Secrétaire général adjoint.  En outre, « l’ONU a incité les autorités libyennes à consolider leur expérience des élections et à en préserver l’infrastructure pour organiser les prochaines ».


Enfin, M. Feltman a salué le travail du Représentant spécial du Secrétaire général en Libye, M. Ian Martin, à la tête de la MANUL, précisant que la nomination de son successeur, M. Tarik Mitri, serait annoncée dans la journée.


*     S/2012/675


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.