Le Conseil de sécurité constate les efforts déployés en Haïti dans les domaines de la reconstruction et de la sécurité

28 février 2012
CS/10559

Le Conseil de sécurité constate les efforts déployés en Haïti dans les domaines de la reconstruction et de la sécurité

28/02/2012
Conseil de sécurité
CS/10559
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6724e séance – matin

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONSTATE LES EFFORTS DÉPLOYÉS EN HAÏTI DANS LES DOMAINES

DE LA RECONSTRUCTION ET DE LA SÉCURITÉ

Après la mission qu’ils ont menée, du 13 au 16 février en Haïti, la première depuis trois ans, les membres du Conseil de sécurité ont entendu ce matin, la Représentante permanente des États-Unis auprès des Nations Unies et Présidente de la mission, résumer les efforts déployés dans les domaines de la reconstruction et de la sécurité qu’ils ont pu constater sur place.

Depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, Haïti a réalisé de grands efforts de reconstruction et accompli des progrès en matière de sécurité et de démocratie, a noté Mme Rice, rappelant en même temps la solidarité dont a fait preuve la communauté internationale.

À Port-au-Prince, la mission du Conseil s’est entretenue avec le Président d’Haïti, M. Michel Martelly, qui lui a présenté sa vision du développement axée sur l’attraction des investissements étrangers.  La mission a également eu un aperçu des projets d’infrastructure et s’est rendue sur les lieux de l’épicentre du tremblement de terre où les entreprises travaillent à la reconstruction de routes et mettent en place des lampes solaires.  Elle a vu les projets menés par des organisations non gouvernementales (ONG) dans le secteur du logement et les efforts de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) visant à renforcer les capacités locales.

La mission a visité le futur parc industriel de Caracol, projet qui sera mis sur pied plus tard cette année et qui, une fois opérationnel, devrait entrainer la création de 60 000 emplois.  La mission s’est aussi rendue dans des foyers pour voir comment vivent les familles et a visité un établissement de traitement du choléra.  Elle a rencontré des représentants d’ONG, des dirigeants religieux et d’autres partenaires qui œuvrent au redressement du pays.  Un des défis consiste à impliquer toutes les parties prenantes civiles et politiques, les ONG et les organismes du système de l’ONU et d’autres organisations internationales, a reconnu Mme Rice.

Lors de son entretien avec la mission du Conseil, le Président haïtien n’a pas caché les problèmes qui se posent au niveau du pouvoir exécutif.  De nombreux Haïtiens, a rappelé Mme Rice, ont partagé nos préoccupations face aux différends politiques, au niveau de l’exécutif comme du judiciaire.  Ils ont appelé leurs dirigeants à travailler ensemble dans un esprit de compromis. 

La mission du Conseil a mis l’accent sur l’importance qu’il y à renforcer le secteur de la sécurité.  Le Président haïtien lui a d’ailleurs présenté les efforts visant un meilleur contrôle des frontières.  La mission a noté que les Forces de police du Bangladesh apportent leur aide à la police d’Haïti.  En effet, lors de sa rencontre avec la MINUSTAH, la mission a pu en savoir plus sur les projets de réduction de la composante militaire, conformément à la résolution 2012 (2011) du 14 octobre 2011 et constater que le retrait de certains contingents à Miragôane donne l’occasion à la Police de l’ONU et à la Police nationale haïtienne de collaborer encore plus étroitement.

Dans le nord, la mission a vu comment les institutions fonctionnent et visité une prison très peuplée, ce qui a rappelé les difficultés dans le renforcement du système judiciaire, a poursuivi Mme Rice.  À Port-au-Prince, a-t-elle ajouté, nous nous sommes rendus dans un commissariat de police et à l’Académie de police, où on nous a présenté les efforts entrepris pour intégrer davantage de femmes et répondre aux accusations de violation de droits de l’homme par certains enquêteurs.

Mme Rice a souligné le dévouement de la MINUSTAH, alors que son personnel travaille dans un environnement difficile.  Elle a noté le souhait des Haïtiens de voir la Mission passer le relais aux autorités nationales.  Les accusations contre le personnel de la MINUSTAH, en particulier leur responsabilité présumée dans l’épidémie de choléra ont érodé les efforts de cette Mission, a-t-elle reconnu.  Le Président haïtien a en effet parlé des abus reprochés au personnel de la MINUSTAH. 

Mme Rice a conclu son exposé en soulignant que beaucoup a été accompli durant ces deux dernières années, même si le Président haïtien, qui a évoqué les projets pour la prévention des catastrophes naturelles, s’est plaint de la lenteur de l’aide internationale. 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.