« Nous sommes finalement en mesure de mettre fin à l’épidémie de sida », affirme Ban Ki-moon en réclamant les 24 milliards de dollars promis à ONUSIDA

29 novembre 2011
SG/SM/13982-SIDA/176-OBV/1058

« Nous sommes finalement en mesure de mettre fin à l’épidémie de sida », affirme Ban Ki-moon en réclamant les 24 milliards de dollars promis à ONUSIDA

29/11/2011
Secrétaire général
SG/SM/13982 SIDA/176 OBV/1058
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

« NOUS SOMMES FINALEMENT EN MESURE DE METTRE FIN À L’ÉPIDEMIE DE SIDA », AFFIRME BAN KI-MOON EN RÉCLAMANT LES 24 MILLIARDS DE DOLLARS PROMIS À ONUSIDA

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre le sida célébrée le 1er décembre 2011:

Au bout de quatre décennies, nous sommes finalement en mesure de mettre fin à l’épidémie de sida.

Les progrès accomplis jusqu’ici prouvent que nous pouvons réaliser notre objectif, à savoir zéro infection par le VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au sida.

Le nombre de nouvelles infections par le VIH est tombé de plus de 20% depuis 1997, et il continue de diminuer dans la plupart des régions du monde.  En Afrique subsaharienne, la région la plus affectée par l’épidémie de sida, l’incidence du VIH a diminué dans 22 pays.

Parmi les populations à risque, la situation est en train de changer.  L’accès à des services de prévention du VIH permet aux jeunes, aux travailleurs de l’industrie du sexe et à leurs clients, aux usagers de drogues par voie intraveineuse, aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et aux transgenres de prendre leur santé en main pour être mieux.

Les traitements ont évité 2,5 millions de décès liés au sida depuis 1985.  Pour la seule année 2010, 700 000 vies ont été sauvées.  Quelque 6,6 millions de personnes, dont près de la moitié ont besoin d’un traitement dans des pays à bas et moyen revenus, sont maintenant soignées.

Les synergies entre prévention et traitement accélèrent les progrès.

Mais pour mettre fin au sida, il faut faire encore davantage.

Cette année, au mois de juin, la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée au sida a adopté des objectifs audacieux pour 2015: réduire de moitié la transmission du VIH par voie sexuelle, éliminer les nouvelles infections chez les enfants, dispenser un traitement à 15 millions de personnes vivant avec le VIH, mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination et remédier à la pénurie de fonds pour la lutte contre le sida.

Moyennant une volonté politique vigoureuse, des ressources financières raisonnables et une approche reposant solidement sur les droits de l’homme, nous pouvons réaliser tous ces objectifs.

Le financement sera crucial si l’on veut réussir.  J’exhorte toutes les parties concernées à agir dans le cadre d’investissements proposé par ONUSIDA et à financer intégralement l’objectif fixé au niveau mondial, soit 24 milliards de dollars par an.  Les résultats compenseront les dépenses initiales en moins d’une génération.

Nous devons tirer parti de l’engagement politique, des investissements, de l’énergie, de la volonté et de la détermination qui nous ont amenés à ce tournant.

La dynamique est avec nous, tirons-en parti pour mettre fin au sida – une fois pour toute.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.