Le Secrétaire général est profondément attristé par le décès de Wangari Maathai, championne de l’environnement, des droits de l’homme et prix Nobel de la Paix 2004

26 septembre 2011
SG/SM/13846

Le Secrétaire général est profondément attristé par le décès de Wangari Maathai, championne de l’environnement, des droits de l’homme et prix Nobel de la Paix 2004

26/9/2011
Secrétaire général
SG/SM/13846
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EST PROFONDÉMENT ATTRISTÉ PAR LE DÉCÈS DE WANGARI MAATHAI, CHAMPIONNE DE L’ENVIRONNEMENT,

DES DROITS DE L’HOMME ET PRIX NOBEL DE LA PAIX 2004


La déclaration suivante a été communiquée par le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Le Secrétaire général a été profondément attristé par l’annonce du décès du Professeur Wangari Maathai.  Fervente championne reconnue sur le plan international des droits de l’homme et de l’autonomisation des femmes, le Professeur Waathai a joué un rôle de pionnière en mettant en exergue les liens entre les droits de l’homme, la pauvreté, la protection environnementale et la sécurité, ce qui lui a valu de recevoir le prix Nobel de la Paix en 2004.


Le Professeur Maathai a contribué pendant plusieurs décennies à faire avancer les idéaux et les objectifs des Nations Unies.  En reconnaissance de son ferme engagement, le Secrétaire général l’a nommée, en décembre 2009, Messagère de la paix des Nations Unies, avec comme point focal l’environnement et les changements climatiques.  En juin 2010, le Secrétaire général a invité Wangari Maathai à se joindre à un groupe éminent de personnalités responsables chargées de mettre à profit leur crédibilité et leur notoriété mondiale pour donner de l’élan aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).  Elle s’est acquittée de ces deux fonctions avec efficacité et enthousiasme.


Les relations entre le Professeur Maathai et les Nations Unies se sont étendues sur plusieurs décennies.  Elle était connue dans la communauté du développement et des droits de l’homme non seulement pour son éloquence inspiratrice, mais pour sa chaleur humaine.  Sa disparition est une perte pour le peuple du Kenya et pour le monde, notamment au moment où nous nous préparons pour la tenue, l’an prochain, sous l’égide de l’ONU, de la Conférence Rio+20 sur le développement durable, qui est d’une importance critique.


Le Secrétaire général transmet ses condoléances les plus sincères à la famille et aux amis du Professeur Maathai.  En cette période de tristesse, souvenons-nous des contributions remarquables d’une femme remarquable.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.