« La solidarité sauve des vies » déclare le Secrétaire général qui, à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, lance un appel pour mettre fin aux souffrances dans la Corne de l’Afrique

19 août 2011
SG/SM/13750-IHA/1295-OBV/1021

« La solidarité sauve des vies » déclare le Secrétaire général qui, à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, lance un appel pour mettre fin aux souffrances dans la Corne de l’Afrique

19/8/2011
Secrétaire général
SG/SM/13750 IHA/1295 OBV/1021
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

« LA SOLIDARITÉ SAUVE DES VIES » DÉCLARE LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL QUI, À L’OCCASION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE L’AIDE HUMANITAIRE,

LANCE UN APPEL POUR METTRE FIN AUX SOUFFRANCES DANS LA CORNE DE L’AFRIQUE

Est reproduite ci-après la déclaration que le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a prononcée aujourd’hui 19 août à New York à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire:

Chers invités, Mesdames et Messieurs, éminents collègues, Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence, et Tony Lake, Directeur général de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance).

En cette Journée mondiale de l’aide humanitaire, nous célébrons les hommes et les femmes de ce monde qui ont décidé de consacrer leur vie à aider les autres.  Il s’agit de personnes dynamiques et talentueuses, promises à un brillant avenir, quelle que soit la voie dans laquelle elles auraient choisi de s’engager.  Pourtant, ces personnes ont choisi d’aider.

Leur choix nous permet d’entrevoir un monde meilleur, un monde où les gens viennent en aide aux autres sans se préoccuper de qui ils sont, d’où ils viennent et de ce en quoi ils croient.

Que ce soit en Somalie, où ils luttent contre la pire famine jamais connue depuis des décennies, en Libye, où ils aident la population à survivre à la guerre, au Pakistan, où des millions de personnes tentent de se remettre d’inondations dévastatrices, ou encore en Haïti, plus d’un an après le terrible tremblement de terre, ils nous ont prouvé qu’un tel monde pouvait devenir réalité.

Dans toutes ces situations, et dans bien d’autres encore, nous sommes témoins d’une réalité: la solidarité sauve des vies et entretient l’espoir d’un avenir meilleur.

Les travailleurs humanitaires ne sont, au fond, que des êtres humains.  Ils sont dévoués, dynamiques et plein d’énergie, mais jeunes ou vieux, femmes ou hommes, d’ici ou d’ailleurs, ils restent des êtres humains.

Lorsqu’une crise survient, les travailleurs humanitaires font leurs valises et se mettent à l’œuvre.  Ce sont des professionnels: ils voient quels sont les problèmes, décident de la manière de les régler et agissent en conséquence.

Fondamentalement, la Journée mondiale de l’aide humanitaire est une célébration de ce que des gens ordinaires avec des rêves extraordinaires sont capables d’accomplir.  Mais c’est aussi une commémoration.  En ce jour, nous rendons hommage à tous les travailleurs humanitaires qui ont sacrifié leur vie pour aider les autres.

Que ce soit en Afghanistan, en Haïti ou en République démocratique du Congo.  Qu’ils aient été tués, blessés ou enlevés, qu’ils soient tombés malades ou qu’ils aient subi un traumatisme psychologique.  Nous rendons également hommage à leur famille, et aux sacrifices qu’elles ont dû faire.  Mères, pères, conjoints, enfants.  Nous leur exprimons notre plus profonde gratitude.

Profitons de cette journée pour réfléchir à la manière dont nous vivons nos vies.  Que pouvons-nous faire pour aider, pour tendre la main davantage à ceux qui font face à des catastrophes ou qui sont en proie à des difficultés?

Aujourd’hui, nos pensées vont bien sûr aux populations vivant dans la Corne de l’Afrique.  La famine s’y propage et a tué des dizaines de milliers de personnes.  Des millions d’autres luttent pour leur survie.  Les travailleurs humanitaires sont sur le terrain et sauvent des vies, mais nous ne parvenons pas à aider toutes les personnes qui ont besoin de nous, et le pire est encore à venir.

Je voudrais remercier tous les donateurs pour leurs généreuses contributions.  Cependant, nous avons encore besoin de plus d’un milliard de dollars pour nos opérations humanitaires.

En cette Journée mondiale de l’aide humanitaire, j’encourage nos partenaires à donner, et à donner davantage, pour qu’il soit mis fin à ces souffrances.  Les gouvernements, les organisations civiques et les citoyens ordinaires peuvent tous apporter leur pierre à l’édifice.  Ensemble, nous pouvons sauver toute une génération dans la Corne de l’Afrique et lui assurer un avenir meilleur.

Dans quelques instants, nous écouterons l’hymne officiel de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, magnifiquement interprété par Ziggy Marley, Sweet Rush et Salman Ahmad.  Merci infiniment pour votre contribution.

Cette chanson s’interroge sur ce qui arriverait si nous pouvions changer le monde aujourd’hui.

Les travailleurs humanitaires auxquels nous rendons hommage font tout leur possible pour que ce rêve se réalise.

Puisse leur exemple nous inspirer.  Je vous remercie infiniment pour votre engagement.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.