Déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur la République démocratique du Congo

7 février 2011
SC/10167

Déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur la République démocratique du Congo

07/02/2011
Conseil de sécurité
SC/10167
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de février, Mme Maria Luiza Ribeiro Viotti (Brésil), sur la République démocratique du Congo:

Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé de M. Roger Meece, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo, sur la situation dans le pays.

Les membres du Conseil se sont félicités des améliorations qu’ont connues la coopération et la communication entre le Gouvernement de la République démocratique du Congo et la MONUSCO, en particulier en ce qui concerne le processus d’évaluation conjointe.  Ils ont souligné qu’il importait d’adopter une démarche sans exclusive propre à favoriser une communauté de vues quant aux conditions de sécurité sur le terrain.  Ils ont reconnu les graves problèmes intimement liés auxquels le Gouvernement et le peuple de la République démocratique du Congo continuaient de faire face et les efforts que ceux-ci déployaient pour les surmonter.

Les membres du Conseil ont pris note des amendements constitutionnels adoptés à la mi-janvier par le Parlement congolais, notamment la modification du mode de scrutin pour les élections présidentielles.  Ils ont engagé toutes les parties à veiller à instaurer un climat de paix propice à la tenue d’élections libres, équitables, transparentes et crédibles et une période électorale paisible.  Ils ont demandé au Gouvernement de la République démocratique du Congo d’entreprendre les préparatifs de manière ouverte et avec détermination afin que les élections se tiennent comme prévu.  Ils se sont félicités de l’appui constant que la MONUSCO apporte à ce processus.

Les membres du Conseil se sont déclarés préoccupés par les progrès limités accomplis dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité et de la justice, en particulier la formation et la réforme de l’armée nationale et de la police, qui demeure un facteur déterminant pour la stabilisation et la consolidation de la paix dans le pays.  Ils ont demandé un engagement renouvelé à l’appui des efforts entrepris par le Gouvernement congolais pour progresser dans ce domaine essentiel.  Les membres du Conseil se sont également déclarés profondément préoccupés par la récente promotion de certains membres des FARDC impliqués dans des violations des droits de l’homme et crimes graves et ont réaffirmé l’importance de la politique de soutien conditionnel de la MONUSCO.  Ils ont encouragé les parties à faire davantage de progrès en ce qui concerne les opérations de désarmement, démobilisation et réintégration ainsi que de désarmement, démobilisation, rapatriement, réinstallation et réintégration, en particulier en ce qui concerne les FDLR.

Les membres du Conseil ont réaffirmé les préoccupations profondes que leur inspiraient la persistance et le niveau élevé de l’insécurité, de la violence et des atteintes aux droits de l’homme, en particulier dans les zones touchées par le conflit dans l’est du pays, dont les victimes sont essentiellement des femmes et des enfants.  Ils ont fermement condamné les incidents survenus récemment dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, en particulier dans la ville de Fizi, où des civils ont été blessés et des dizaines de femmes et de filles violées par des éléments des FARDC.  Ils se sont félicités de la réaction rapide du Gouvernement de la République démocratique du Congo et de la MONUSCO face à ces attaques graves contre les civils.  Ils ont demandé que les auteurs d’atteintes aux droits de l’homme, y compris les personnes impliquées dans les incidents survenus à Walikale en juillet-août 2010, soient rapidement poursuivis et que la lutte contre l’impunité bénéficie d’un plus ferme engagement, et ont invité les autorités congolaises à informer le Secrétaire général des mesures qu’elles auront prises à cette fin.

Les membres du Conseil ont salué la démarche dynamique et énergique adoptée ces derniers mois par la MONUSCO pour renforcer l’action qu’elle mène en vue de l’exécution de son mandat, en particulier s’agissant de la protection des civils, notamment en menant récemment ses propres opérations militaires en coordination étroite avec les FARDC ou de concert avec celles-ci.  Ils se sont déclarés profondément préoccupés par le manque chronique d’hélicoptères militaires que connaissait la MONUSCO et ont demandé instamment aux États Membres de fournir d’urgence des hélicoptères militaires pour remédier au déficit de ce moyen essentiel.  Les membres du Conseil ont exprimé leur appui sans réserve au travail effectué par le Représentant spécial du Secrétaire général et l’ont encouragé à poursuivre ses efforts en vue de l’exécution du mandat de la MONUSCO.

Les membres du Conseil se sont félicités des résultats du sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs tenu à Lusaka le 15 décembre 2010 et de l’engagement pris par la région et la communauté internationale de lutter ensemble contre l’exploitation et le commerce illicites des ressources naturelles, qui constituent l’un des principaux facteurs qui attisent et aggravent les conflits dans la région des Grands Lacs.  Ils ont salué l’amélioration des relations entre les pays de la région et ont invité ces derniers à continuer de renforcer leur coopération politique, militaire et économique.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.