Reprenant les travaux de sa session de fond de 2011, l’ECOSOC pourvoit des sièges vacants au sein de sept de ses organes subsidiaires

5 décembre 2011
ECOSOC/6489

Reprenant les travaux de sa session de fond de 2011, l’ECOSOC pourvoit des sièges vacants au sein de sept de ses organes subsidiaires

5/12/2011
Conseil économique et social
ECOSOC/6489
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil économique et social                               

Reprise de la session de fond de 2011                      

54e séance – après-midi                                    

REPRENANT LES TRAVAUX DE SA SESSION DE FOND DE 2011, L’ECOSOC POURVOIT DES SIÈGESVACANTS

AU SEIN DE SEPT DE SES ORGANES SUBSIDIAIRES

Le Conseil économique et social adopte d’autre part un projet

de résolution relatif au soutien apporté par l’ONU aux petits États insulaires en développement

Dans le cadre d’une reprise des travaux de sa session de fond de 2011, le Conseil économique et social (ECOSOC) a, cet après-midi, procédé à des élections afin de pourvoir des postes vacants au sein de sept de ses organes subsidiaires dont la Commission du développement social, la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale et le Conseil d’administration de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes).  L’ECOSOC a par ailleurs adopté un projet de résolution relatif à l’« examen de l’appui des Nations Unies aux petits États insulaires en développement, (PEID) », ainsi qu’un projet de décision. 

En début de séance, sur proposition du Groupe des États d’Asie et du Pacifique, le Conseil a élu le Bangladesh, le Népal et le Viet Nam en qualité de membres de la Commission du développement social, pour un mandat prenant effet aujourd’hui et expirant à la clôture de la cinquante-troisième session de la Commission, en 2015.  En l’absence d’autres candidatures, l’ECOSOC a décidé de reporter à une date ultérieure l’élection, à cette Commission, d’un membre issu du Groupe des États d’Europe orientale, pour un mandat qui s’achève en 2013.  De même, les membres de l’ECOSOC ont décidé de reporter l’élection à la Commission du développement social d’un membre du même Groupe d’États, ainsi que celle d’un État membre du Groupe des États d’Europe occidentaleet autres États, pour un mandat devant s’achever en 2015. 

Le Conseil économique et social a également reporté à une date ultérieure l’élection à cette même Commission, de deux membres du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes et d’un membre du Groupe des États d’Europe occidentaleet autres États, pour un mandat d’une durée de quatre ans, devant prendre effet en 2012 et s’achever en 2016.

Suite à la démission du Nigéria, et agissant pour pourvoir un poste au nom du Groupe des États d’Afrique, le Conseil a élu aujourd’hui, par acclamation, l’Algérie, comme membre de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale, pour un mandat de trois ans, prenant effet en janvier 2012 et expirant à la fin de l’année 2014. 

C’est également par acclamation que l’ECOSOC a élu la Finlande, le Canada, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et les États-Unis, comme membres du Conseil d’administration de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, pour un mandat qui prendra effet en janvier 2012.  Ces nouveaux membres sont appelés à achever le mandat des pays démissionnaires que sont le Danemark, la France, l’Italie, le Luxembourg et la Suède.  La Suède a cependant été élue, à la demande du Groupe des 10 plus grands contributeurs volontaires de la période 2007-2009, à l’ancien « UNIFEM », devenu « ONU-Femmes », pour occuper le siège laissé vacant par les États-Unis, au sein de ce Groupe.

Pour sa part, le Guatemala a été élu au Conseil d’administration du Programme alimentaire mondial (PAM), pour un mandat démarrant le 1er janvier 2012 et se terminant le 31 décembre 2014.  Pour la même durée de mandat, le Canada et la Norvège, au nom du Groupe des États d’Europe occidentale et autres États, ont été élus par acclamation comme membres du Conseil de coordination du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida. 

C’est également au nom duGroupe des États d’Europe occidentale et autres Étatsque l’ECOSOC a élu Israël au Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), pour un mandat prenant effet le 1er janvier 2012 et expirant le 31 décembre 2015. 

Il a ensuite été décidé, à contrario, de remettre à une date ultérieure les élections, à ce Conseil d’administration, dedeux pays membres du Groupe des États d’Europe occidentale et autres États pour des mandats s’achevant le 31 décembre 2011; de deux membres du même Groupe pour des mandats expirant le 31 décembre 2012; ainsi que celle d’un autre État membre de ce Groupe et de deux autres pays du Groupe des États d’Europe orientale, pour des mandats de quatre ans devant démarrer le 1er janvier 2012 et prendre fin le 31 décembre 2015.

Le Chili a quant à lui, été élu par l’ECOSOC comme membre du Comité d’organisation de la Commission de consolidation de la paix, qui compte actuellement 31 membres, pour achever le mandat du Guatemala, pour une période allant du 1er janvier 2012 au 31 décembre de la même année. 

Cet après-midi, l’ECOSOC a par ailleurs adopté un projet de résolution* relatif à l’« examen de l’appui des Nations Unies aux petits États insulaires en développement ».  Aux termes de cette résolution, l’ECOSOC chargele Comité des politiques de développement, dans la limite des ressources existantes, de lui présenter avant sa session de fond de 2013 un rapport contenant les vues et analyses qu’il aura formées sur la façon de renforcer l’application pleine et effective du Programme d’action de la Barbade et de la Stratégie de Maurice, y compris de réorienter les efforts pour privilégier les résultats et de réfléchir à des mesures nouvelles et plus efficaces qui permettraient de mieux tenir compte des vulnérabilités et des besoins de développement propres aux petits États insulaires en développement.  

Par ce texte, le Conseil recommande en outre, de considérer le rapport demandé au paragraphe 1 comme une contribution au processus d’examen en cours, amorcé en application du paragraphe 33 de la résolution 65/2 de l’Assemblée générale.  

« L’adoption consensuelle de ce projet de résolution réaffirme l’importance que le Conseil accorde à la nécessité de trouver des réponses aux questions de développement rencontrées par les PEID, compte tenue de leurs spécificités et de leurs vulnérabilités particulières », a souligné la délégation des Maldives, réagissant après l’adoption du texte.  La délégation des Bahamas, intervenant au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) a rappelé l’importance du Programme d’action de la Barbade et de la Stratégie de Maurice dans la réduction de la vulnérabilité des petits États insulaires en développement.  Pour les Bahamas, a-t-elle dit, malgré l’intérêt que porte l’ECOSOC à la question, la Commission du développement durable demeure l’organe le plus approprié pour discuter des questions relatives aux PEID.

L’ECOSOC a en outre adopté, dans le cadre de son examen des questions relatives aux droits de l’homme, un projet de décision** confirmant la nomination, par sa Commission du développement social, de six personnes à des postes du Conseil d’administration de l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social.  Aux termes de ce texte, les représentants de la  Chine et de la Suisse sont nommés pour un mandat de quatre ans prenant effet à la date de confirmation de leur désignation par le Conseil, et expirant le 30 juin 2014.  Ceux des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Irlande du Nord, de la Suède et de l’Éthiopie sont nommés pour un mandat de deux années supplémentaires commençant à la date de confirmation de leur désignation par le Conseil et expirant le 30 juin 2013.

En fin de séance, le Conseil économique et social a décidé de différer à sa session de 2012 l’examen des recommandations contenues dans le rapport du Comité des droits économiques, sociaux et culturels, toujours en discussion.  Il a également renvoyé à sa session de fond de 2012, l’examen d’un éventuel projet de résolution émanant du Conseil d’administration d’ONU-Femmes. 

La prochaine séance plénière de l’ECOSOC sera annoncée dans le Journal de l’ONU.

* E/2011/L.52

** E/2011/26

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.