Conférence de presse du Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre et Représentant permanent de la Fédération de Russie, M. Vitaly Churkin

2 décembre 2011
Conférence de presse

Conférence de presse du Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre et Représentant permanent de la Fédération de Russie, M. Vitaly Churkin

02/12/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE DÉCEMBRE

ET REPRÉSENTANT PERMANENT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE, M. VITALY CHURKIN

Le Représentant permanent de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies, M. Vitaly Churkin, a présenté, aujourd’hui, à la presse le programme de travail mensuel du Conseil de sécurité.  Ce programme de travail, a-t-il dit, sera « plus chargé que ce qui était initialement prévu ». 

Outre deux débats portant sur les Tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) et pour le Rwanda (TPIR) et sur la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), ce programme de travail sera marqué par la tenue, le 5 décembre à partir de 10 heures d’une réunion sur la paix et la sécurité en Afrique, au cours de laquelle le Président de l’Érythrée devrait s’adresser aux membres du Conseil. 

Les délégations du Gabon et du Nigéria ont en effet fait circuler au sein du Conseil un projet de résolution prévoyant des sanctions contre l’Érythrée, a précisé M. Churkin, qui a ajouté que le Président érythréen devrait bel et bien être présent.  Des pays voisins de l’Érythrée pourraient, s’ils le souhaitent, s’adresser aux membres du Conseil, a-t-il dit. 

« Les membres du Conseil pourraient ensuite décider de se prononcer sur l’adoption de ladite résolution dans l’après-midi », a ensuite indiqué le Président du Conseil qui, en sa qualité de représentant de la Fédération de Russie, a précisé qu’il n’était pas entièrement « satisfait » par le texte qui est distribué.  

M. Churkin a indiqué par ailleurs qu’au cours de ce mois, le Conseil de sécurité tiendra des réunions d’information portant sur la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI) le 6 décembre, le Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) le 7 décembre, la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) le 8 décembre, la Somalie le 13 décembre, les organes subsidiaires du Conseil de sécurité et le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) le 14 décembre. 

Le Conseil entendra également un exposé du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) concernant le Soudan le 15 décembre et celui du Président du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1737 (2006) le 19 décembre.  Le 20 décembre, il tiendra une réunion d’information sur la situation au Moyen-Orient et, le 21 décembre, une autre sur la Libye, qui portera également sur le Comité chargé des sanctions contre la Libye. 

Le 13 décembre dans l’après-midi, le Conseil de sécurité devrait pourvoir, en parallèle avec l’Assemblée générale, le siège restant vacant à la Cour internationale de Justice (CIJ)*.  

Le Conseil procèdera, cet après-midi, au renouvellement du mandat de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) et à celui de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP), le 14 décembre.  

Le même jour, il devrait également adopter une autre résolution, sur le dispositif de sanctions à l’encontre du Libéria.  Le 20 décembre, le Conseil devrait adopter une série de résolutions concernant la prorogation des mandats du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB), de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD), du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS) ou encore du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). 

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) fera l’objet de consultations du Conseil, le 8 décembre, en prévision de la tenue des élections le 11 décembre, de même que les situations en Somalie, au Moyen-Orient, en Iraq et au Koweït, ainsi qu’au Yémen, a ajouté le Président du Conseil de sécurité. 

Interrogé sur la situation en Syrie, M. Churkin a répondu qu’aucun membre du Conseil de sécurité n’avait soulevé la question au cours des consultations que le Conseil avait tenues ce matin pour arrêter son programme de travail pour le mois de décembre.  

S’exprimant en sa qualité de représentant de la Fédération de Russie, M. Churkin a estimé que les sanctions imposées récemment par la Ligue des États arabes à la Syrie étaient « contreproductives ».  Dressant un parallèle avec la situation au Yémen, objet de la résolution 2014 (2011)** du Conseil, il a déploré que peu de considération avait été portée au projet de résolution équilibré sur la situation en Syrie, présenté conjointement par sa délégation et la Chine. 

Concernant l’Iran, il a estimé que les sanctions envisagées à l’encontre de ce pays n’étaient pas fondées et qu’il était préférable de poursuivre les pourparlers.  Il a estimé que le récent rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur le programme nucléaire iranien s’apparentait davantage à un exercice de communication qu’à une analyse sérieuse de la situation.  

Enfin, interrogé sur la demande d’admission de la Palestine aux Nations Unies, M. Churkin a indiqué que les deux conditions nécessaires pour que le Conseil procède à un vote sur cette question, à savoir le souhait clairement exprimé par l’Autorité palestinienne qu’un tel vote ait lieu et la présentation d’un projet de résolution en ce sens, n’étaient pour l’heure pas réunies. 

*CS/10456

**CS/10418

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.